Marianne d'Alger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marianne d'Alger
Pays
Année d'émission
1944
Année de retrait
1945
Description
Impression
Dentelure
12
Tirage
France : 31 105 000
Algérie : -

La Marianne d'Alger est une série de timbres d'usage courant émis à partir de 1944 en Algérie française, puis dans les territoires français libérés, dessinée par Louis Fernez.

Cette série est souvent associée à celle du « Coq d'Alger » d'Henry Razous qui servit à fournir des valeurs non initialement prévues pour la Marianne.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'émission de ce timbre a été décidée en novembre 1943 par le Comité français de Libération nationale (CFLN), à Alger. Le dessin fut réalisé par Louis Fernez et les gravures nécessaires effectuées par Charles Hervé.

Imprimées en sous-traitance par l'entreprise Typo-Litho Carbonnel d'Alger, les feuilles de timbres étaient contrôlées par l'imprimerie algéroise Heintz. Les coins datés portent donc la date de contrôle, et non la date d'impression comme habituellement.

Description[modifier | modifier le code]

Un des premiers (avec la Marianne de Dulac) timbres français à l'effigie de Marianne, elle représente donc l'allégorie de la République française : le profil droit d'une femme portant un bonnet phrygien et une branche d'olivier. Sur les côtés, deux rameaux encadrent le portrait.

Au-dessus figure la mention « REPUBLIQUE FRANÇAISE ». La valeur faciale est signalée dans un carré en bas à droite. En dessous, deux mentions ont existé :

  • « POSTES ALGERIE » pour servir dans la colonie française,
  • « POSTES » pour servir en métropole au fur et à mesure de la Libération.

Émission[modifier | modifier le code]

La version destinée à être utilisée en France métropolitaine, et en particulier la valeur à 1 F 50 (lettre simple ordinaire), est imprimée en priorité afin de faire face à la pénurie de timbres qui suit le débarquement en Corse, à l'automne 1943. La valeur à 1 F 50 apparaît donc dès le mois de janvier 1944, alors que les autres valeurs ne seront émises qu'au cours du printemps, et mises en vente en Corse le 17 avril 1944. Lors du débarquement en Provence en août 1944, il est envisagé de diffuser la série au fur et à mesure de l'avancée des troupes alliées. Un stock est expédié à Marseille depuis Alger, mais la direction régionale des postes de Marseille se voit interdire début octobre l'utilisation de ce stock, puis reçoit un peu plus tard l'instruction de le diffuser sur l'ensemble du territoire. L'émission générale des deux séries (Coq et Marianne) intervient le 15 novembre 1944.

En août 1944, des timbres avec la mention « ALGERIE » sont vendus par erreur en Corse.

Des timbres non émis, dentelés et non dentelés, sont connus.

Ces timbres sont retirés de la vente le . Plus de 31 millions d'exemplaires ont été tirés pour les timbres destinés à la métropole, dont un tiers pour le 1F50 bleu correspondant à l'usage le plus courant, la lettre simple.

Collections[modifier | modifier le code]

Ces timbres sont recherchés s'ils ont servi seuls sur lettre, en particulier en Corse entre janvier et octobre 1944, voire très recherchés si l'affranchissement a été complété par un timbre à l'effigie du maréchal Pétain avant la démonétisation du 1er novembre 1944.

Commémoratifs[modifier | modifier le code]

À l'occasion du soixantième anniversaire de ce timbre, un carnet mixte Marianne du 14 juillet-Marianne d'Alger est émis par la poste française en novembre 2004. Cette dernière a été regravée par Jacky Larrivière.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Marianne de Fernez : les plus belles lettres », article paru dans Timbres magazine n°51, novembre 2004, p.108-111. Article présentant plusieurs exemples de lettres affranchies avec cette série.

Liens internes[modifier | modifier le code]