Marianne Mako

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marianne Mako
Naissance
Livry-Gargan
Décès (à 55 ans)
Paris 15e
Nationalité Française
Profession Journaliste
Spécialité Football
Médias
Télévision TF1

Marianne Mako, née le à Livry-Gargan et morte le dans le 15e arrondissement de Paris[1], est une journaliste française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir débuté sa carrière en réalisant des piges pour les services des sports de différents médias (France Inter, Sud Ouest, RMC, Libération...)[2], Marianne Mako intègre en 1987 l'équipe de l'émission Téléfoot sur TF1. Elle devient alors la première femme journaliste contribuant à une émission sur le football à la télévision française[3].

Elle est cependant parfois « maltraitée » au sein de l'équipe de Téléfoot[4]. Thierry Roland, l'animateur de l'émission, déclare en effet dans un livre d'entretiens que le football n'a « pas vraiment été prévu pour les femmes journalistes »[5] en prenant en exemple Marianne Mako, dans la bouche de laquelle il dit avoir entendu « beaucoup de catastrophes »[4]. Marianne Mako s'abstient de pousser plus loin son litige avec Thierry Roland et obtient par la suite sa propre rubrique, Crampons Aiguilles[5]. Mais, en 1997, elle est licenciée après une dizaine d'années de présence dans l'émission[6]. Elle est alors remplacée par celle qui vient d'être élue Miss France, Sophie Thalmann[4]. Une vingtaine d'années plus tard, Gérard Holtz, dénonçant le machisme dans le milieu sportif, prend comme exemple l'histoire de Marianne Mako et affirme que cette dernière a été évincée à la demande de Thierry Roland qui ne voulait « pas de femme pour le football »[6].

Blessée par cette expérience, Marianne Mako abandonne le journalisme sportif et travaille ensuite dans le secteur de la communication[4].

Souffrant d'un cancer depuis deux ans, elle meurt le dans une clinique parisienne de soins palliatifs. Son ancien confrère Sébastien Barnaud, journaliste à TF1, salue en elle la « pionnière de la féminisation du journalisme sportif en France »[7].

Ouvrages[8][modifier | modifier le code]

  • Joël Bats (coll.), Gardien de ma vie, J'ai lu, 1987
  • Ces hommes en bleu : 30 vies en confidence, Hachette, 1998
  • Les Rois du mondial 2006, Solar, 2006

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]