Marianne Mahn-Lot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mahn et Lot.
Marianne Mahn-Lot
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activité
Père
Mère
Fratrie
Éveline Lot-Falck
Irène Vildé-Lot (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Autres informations
Distinction

Marianne Mahn-Lot, née le à Fontenay-aux-Roses et morte le à Issy-les-Moulineaux, est une historienne française, spécialiste de la découverte de l'Amérique espagnole et de Bartolomé de Las Casas, premier défenseur des Indiens.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille des médiévistes Ferdinand Lot et Myrrha Borodine et sœur d'Éveline Lot-Falck, elle a passé son enfance à Fontenay-aux-Roses. Élève de l'École des chartes, où elle rencontre son futur mari Jean-Berthold Mahn, elle y obtient le diplôme d'archiviste paléographe en 1937 grâce à une thèse sur Philippe d'Évreux, roi de Navarre.

Après la guerre, où son mari a trouvé la mort lors de la campagne d'Italie, elle travaille au Mercure de France, tout en poursuivant des recherches historiques qui lui permettront ensuite d'être ingénieur de recherches à la VIe section de l’École pratique des hautes études. L'essentiel de son œuvre d'historienne est consacré à la découverte de l'Amérique et à Las Casas, mais elle a aussi travaillé à faire mieux connaître les travaux de son mari et ceux de ses parents.[1]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Bartolomé de Las Casas et le droit des indiens, Payot, 1995 (nouvelle édition), coll. le regard de l'histoire.
  • Bartolomé de Las Casas, une théologie pour le Nouveau Monde, Desclée de Brouwer, 1991, coll. Prophète pour demain.
  • L'Evangile et la Force / Bartolomé de Las Casas, présentation, traduction, choix de textes, éditions du Cerf, 1991 (3e éd.)
  • Portrait historique de Christophe Colomb, Seuil, coll. Points Histoire, 1988.
  • La Découverte de l'Amérique, Flammarion, « Champs », 1970
  • Le Réseau du Musée de l'Homme - Boris Vildé, Historiens et géographes no 369 - Mars 2000

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Chazelas, nécrologie, Bibliothèque de l'École des chartes, 2006, p. 681-684.

Liens externes[modifier | modifier le code]