Marianne Grunberg-Manago

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grunberg.
Marianne Grunberg-Manago
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 91 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Domaine
Membre de
Distinctions

Marianne Grunberg-Manago, née le à Saint-Petersbourg et morte le à Paris, est une biochimiste française et directrice de recherche au CNRS. Elle est la première femme présidente de l'Académie des sciences (1995-1996), elle a découvert des étapes clés de la traduction génétique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle naît à Petrograd en 1921, pendant que sa mère finit des études d'architecte[1]. Sa famille fuit la Russie soviétique et émigre en France alors qu'elle a neuf mois. Elle arrive à Nice quand elle a douze ans et obtient un baccalauréat à 17 ans[1].

Elle fait un certificat de littérature comparée (1940), puis s'oriente vers des études scientifiques, obtenant une licence de sciences à l'université de Paris (1943) puis un doctorat en 1947[2]. Elle fait de la recherche au laboratoire de biologie marine de Roscoff[1], part en stage aux États-Unis, rejoint le laboratoire de biologie moléculaire de Severo Ochoa[3] en 1954, ce qui l'amènera à découvrir la polyribonucléotide nucléotidyltransférase, une enzyme qui va bouleverser la recherche sur l'hérédité en permettant une meilleure compréhension des mécanismes de réplication de l'acide désoxyribonucléique[4].

En 1961, elle devient directrice de recherche au CNRS. Elle est professeure associée à l'université Paris 7 (1977-1982) et à l'université Harvard (1977).

Elle est élue correspondante de l'Académie des sciences française le 31 octobre 1977, puis membre, au sein de la section biologie moléculaire et cellulaire, le . Elle est présidente de l'Académie (1995-1996), devenant la première femme à occuper cette fonction[1]. En 1990, elle est élue à la National Academy of Sciences.

Recherches[modifier | modifier le code]

Marianne Grunberg-Manago élucide de nombreuses étapes de la traduction génétique (« initiation » des chaînes protéiques, rôle des ribosomes, interactions codons/anti-codons). Elle est membre de l’Organisation européenne de biologie moléculaire dès sa création en 1964.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Première femme à diriger l'Union internationale de biochimie

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Françoise Harrois-Monin Françoise, « Madame le Président », (consulté le 10 août 2017).
  2. CV sur la notice de l'Académie des sciences, [PDF] [1].
  3. Grunberg-Manago, M. (1997). "Severo Ochoa. 24 September 1905--1 November 1993: Elected For.Mem.R.S. 1965". Biographical Memoirs of Fellows of the Royal Society 43: 351–310. doi:10.1098/rsbm.1997.0020
  4. Grunberg-Manago, Marianne; Ortiz, P; Ochoa, S (April 1956). "Enzymic synthesis of polynucleotides. I. Polynucleotide phosphorylase of Azotobacter vinelandii.". Biochem Biophysica Acta 20 (1): 269–85. PMID 13315374
  5. Historique du prix, sur le site de la Société de chimie biologique, Célébration du cinquantenaire 1914-1964 [PDF] [2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Notice sur le site de l'Académie des sciences [lire en ligne]
  • Journée ARN en hommage à Marianne Grunberg-Manago, 10 février 2015, site de l'Académie des sciences [3]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]