Marianne (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marianne (homonymie).
Marianne
Description de cette image, également commentée ci-après
Hohenschwangau, un site de tournage extérieur
Titre original Marianne
Réalisation Julien Duvivier
Scénario Julien Duvivier
d’après le roman de Peter de Mendelssohn, Douloureuse Arcadie
Acteurs principaux
Sociétés de production Filmsonor
Régina
Allfram-Film
Royal-Produktions
Pays d’origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau de la France France
Genre Drame romantique
Durée 108 min
Sortie 1955

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Marianne est un film franco-allemand réalisé par Julien Duvivier et sorti en 1955.

C'est la version allemande de Marianne de ma jeunesse que Julien Duvivier a tournée simultanément avec une équipe technique et une distribution adaptée à la communauté linguistique et artistique du pays.

Si, dans cette version, c'est Horst Buchholz qui incarne Vincent Loringer, son premier grand rôle au cinéma, dans la version française, c'est Pierre Vaneck qui tient ce rôle dans ce qui est également son premier grand film.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Au pensionnat aristocratique bavarois sis dans le château d'Heiligenstadt, Vincent Loringer est considéré comme un garçon singulier par les autres élèves. Il chante des airs exotiques d'une voix mélancolique en s'accompagnant à la guitare. Un jour, lui et quelques camarades s'embarquent pour aller explorer les rives de l'autre côté du lac. Ils s'aventurent dans une propriété qu'on dit abandonnée et, lorsqu’apparaît une ombre dans la vieille demeure, ils regagnent précipitamment leur pensionnat sans Vincent. Quand celui revient beaucoup plus tard, il est comme transformé et semble contempler avec émerveillement quelque chose d'intangible. Il raconte alors qu'il a rencontré la plus angélique des créatures répondant au doux nom de Marianne. Il n'a plus qu'une idée : la revoir, et tenter de la délivrer, car elle serait prisonnière de la demeure. Ses camarades s'arment de courage et l'accompagnent dans la mystérieuse propriété, mais Marianne a disparu. Vincent quitte alors le pensionnat pour partir à la recherche de son amour de jeunesse, prêt à aller jusqu'au bout du monde s'il le faut, car c'est à cette seule condition qu'il retrouvera l'envie de vivre.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marianne, mon premier amour. Source : Filmportal.de.
  2. Graphie exacte, voir Wikipedia (de) Peter de Mendelssohn (et non « Peter von Mendelssohn »).

Lien externe[modifier | modifier le code]