Marianne-Agnès Falques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marianne-Agnès Falques
Biographie
Naissance
Décès
Activité

Marianne-Agnès Pillement de Falques (Fauques ou Fauque) de la Cépède (née à Avignon en 1720, morte entre 1773 ou 1785), surnommée La Vaucluse, est une femme de lettres française du XVIIIe siècle, auteur de plusieurs romans sentimentaux, parallèlement à des écrits séditieux ou d’actualité.

Ses ouvrages furent pour la plupart traduits à l'époque en anglais et en allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Religieuse défroquée après dix ans de couvent, dûment répertoriée dans les registres de la police de Louis XV, Marianne-Agnès Falques défraya la chronique scandaleuse de son époque par ses excès. Forcée de s'exiler en Angleterre, elle devint préceptrice auprès d’enfants de bonnes famille anglaises. Mais elle signala son séjour anglais par la parution de l’Histoire de Madame de Pompadour en 1759, texte scandaleux bien connu de Voltaire qui donne la pleine mesure de son audace et de l’indépendance de son esprit. Ce texte fut célèbre en son temps : sous couleur d’un portrait peu flatteur de la favorite, c’est la corruption omniprésente du milieu de la Cour qui s'y trouve crûment représentée. L'audace, la malignité évidentes de cette œuvre qui ressemble à un règlement de comptes justifient les réticences de Mme de Falques à réintégrer sa patrie ou elle revint pourtant finir ses jours par un suicide en 1773[1].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Le Triomphe de l'amitié : ouvrage traduit du grec, par Mlle de***, chez Bauche fils, Londres et se vend à Paris, 1751 (lire en ligne).
  • Abbassaï, histoire orientale, De l'imprimerie de Bagdad. Et se trouve à Paris. Chez Bauche fils, libraire, quay des Augustins, à l'image Ste. Geneviève, 1753.
  • Contes du serrail, traduits du turc, à La Haye [i. e. Paris, Veuve de Noël Pissot], 1753.
  • Les Préjugés trop bravés et trop suivis, ou Les mémoires de Mlle d’Oran, par Mlle de***, [J.-F. Bastien ?], Londres, 1755.
  • La dernière guerre des bêtes, fable pour servir à l'histoire du XVIIIe siècle, par l'auteur d'Abassaï, C.-G. Seyffert, Londres, 1758.
  • Frédéric le Grand au temple de l'Immortalité, aux dépens de S. Hooper, Londres, 1758.
  • Mémoires de Mme F. de la C. contre M. C. [Monsieur Celesia, ministre de la République de Gênes], Londres, 1758.
  • L’Histoire de Madame la Marquise de Pompadour, traduite de l’anglois, aux dépens de S. Hooper, à la tête de César, à Londres, 1759 (le comte d'Affry, ministre de France, fut chargé par Louis XV d'acheter l'édition entière de ce pamphlet et de la détruire).
  • The Vizirs: Or The Enchanted Labyrinth : An Oriental Tale, Londres, 1774.
  • Dialogues moraux et amusants, en anglois et françois. Pour l'instruction de la jeunesse, etc., chez Jean Exshaw, Londres, 1777.

Liens internet[modifier | modifier le code]

Édition originale du roman sur Mme de Pompadour

Pour l'analyse critique des contes orientaux par Raymonde Robert : http://feeries.revues.org/102?lang=en

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Boudin Stéphanie, Une romancière et aventurière des Lumières : Marianne-Agnès Falques, dite la Vaucluse, thèse sous la direction de Geneviève Artigas-Menant, université Paris-Est Créteil Val-de-Marne, 1994.cf. http://www.sudoc.fr/130510254 ou directement sur le catalogue des bibliothèques de l'UPEC : http://bibliotheque.u-pec.fr/accueil/
  • Grondin Angélique, La Représentation de la femme dans l'Orient de Marianne-Agnès Falques, thèse sous la direction de Marie-Françoise Bosquet, université de la Réunion, 2005.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir. M.-L. Girou Swidersk, « À la découverte des Terrae incognitae de l’écriture féminine d'antan », in Le Moniteur du bibliophile, 1879-1880, 2e année.