Mariam Baouardy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marie de Jésus.
Marie de Jésus Crucifié
Image illustrative de l'article Mariam Baouardy
Mariam Baouardy sous l'habit de Carmélite
Bienheureuse
Naissance
Abellin, Galilée (Nord Israël aujourd'hui)
Décès (à 32 ans) 
Bethléem
Nom de naissance Mariam Baouardy
Autres noms Mariam, la petite arabe
Nationalité Palestinienne
Béatification  Rome
par Jean-Paul II
Vénéré par l'Église catholique, Ordre du Carmel
Fête 26 août, 25 août ou le 30 août

Mariam Baouardy (en religion sœur Marie de Jésus Crucifié), née le à Abellin, en Galilée et décédée le à Bethléem était une religieuse carmélite palestinienne (ou libanaise)[1], connue pour diverses manifestations mystiques.

Elle est béatifiée en 1983 par Jean-Paul II. Sa canonisation est prévue le . Sa fête liturgique est célébrée le 26 août (mais aussi le 25 ou le 30 août, suivant les lieux).

Biographie[modifier | modifier le code]

Naissance[modifier | modifier le code]

La famille Baouardy, de rite melkite et d'origine libanaise[1] voit ses douze garçons mourir en bas âge. Les parents décident de faire un pèlerinage de 170 km jusqu'à Bethléem pour prier Dieu de leur accorder une fille par l'intercession de la Vierge Marie[2]. Cette fille naît neuf mois plus tard le . On lui donne le nom de Marie, Mariam. Elle est baptisée et confirmée suivant le rite grec-melkite catholique. L'année d'après, un garçon, Boulos, vient agrandir la famille.

Enfance[modifier | modifier le code]

Ses parents meurent à quelques jours d'intervalle quand elle a trois ans. Mariam et son frère sont séparés et ne se reverront plus. Elle est recueillie par un oncle paternel, tandis que son frère Boulos est recueilli chez une tante maternelle.

À l'âge de 8 ans, elle fait sa première communion. Puis peu de temps après son oncle (et elle-même avec toute la famille) part s'installer à Alexandrie[3].

À l'âge de 13 ans, son oncle veut la marier. Elle refuse car elle se sent appelée à consacrer sa vie à Dieu. Elle s'enfuit. Un musulman la recueille, mais comme elle refuse de renier sa foi catholique, cet homme lui tranche la gorge. Il la croit morte et la dépose dans une rue d'Alexandrie. Mariam se réveille dans une grotte où une Sœur vêtue en bleu la soigne pendant plusieurs mois. Mariam racontera plus tard (à ses soeurs religieuses) avoir reconnu en cette femme la Vierge Marie[4].

De cette époque-là, Mariam étant seule au monde, travaille comme servante là où le destin la conduit : Alexandrie, Jérusalem, Beyrouth. Elle aboutit à Marseille.

Vie religieuse[modifier | modifier le code]

Sœurs de Saint-Joseph de l'Apparition[modifier | modifier le code]

Sœur Marie de Jésus Crucifié

À 19 ans, elle entre comme novice chez les Sœurs de Saint-Joseph-de-l'Apparition à Marseille[5]. Elle ne sait ni lire ni écrire, et ne parle pas bien le français. Au bout de deux ans, elle n'est pas admise à prononcer ses premiers vœux. Sa maitresse des novices, Mère Véronique de la Passion l'oriente vers un autre ordre religieux : le Carmel.

Le Carmel[modifier | modifier le code]

Elle entre alors au Carmel de Pau comme sœur converse et y reçoit le nom de sœur Marie de Jésus Crucifié[6].

Trois ans plus tard, en 1870, Mariam fait partie d'un petit groupe qui part fonder le premier Carmel en Inde, à Mangalore[7]. Elle prononce ses vœux perpétuels à Mangalore le . En 1872, elle est renvoyée au Carmel de Pau en France par l'évêque de Mangalore.

En 1875, elle fait partie du groupe de 10 carmélites dirigées par Mère Véronique de la Passion, qui quittent Pau pour fonder un nouveau Carmel à Bethléem en Terre sainte. Elle s'occupe particulièrement des travaux de construction du nouveau couvent, étant la seule à parler l'arabe[8]. Elle meurt le dans sa 33e année à la suite d'une chute et d'une fracture du bras (qui a entrainé une gangrène).

Grâces mystiques et charismes[modifier | modifier le code]

Le biographe Amédée Brunot a rapporté dans son ouvrage[A 1] de nombreux dons mystiques qu'aurait reçus Mariam et dont des proches ont témoigné : extases[A 2], lévitations[9],[A 3], stigmates de la passion[A 4], don de prophétie[A 5], don d'ubiquité[A 6], transverbération du cœur[A 7], apparition et visions de nombreux saints[A 8], don de poésie[A 9]. Une de ses visions a contribué à l’identification du lieu saint d’Emmaüs (Luc 24,13).

Mariam était perçue comme humble, obéissante et charitable selon son épitaphe[A 10].

Béatification et Canonisation[modifier | modifier le code]

Elle est béatifiée par le pape Jean-Paul II[10],[11].

Sa fête liturgique est célébrée le jour de son décès, soit le 26 août. Dans l'Ordre des Carmes Déchaux, le 26 août étant réservé à la fête de la Transverbération de sainte Thérèse d'Avila[12], la mémoire de Marie de Jésus Crucifiée est célébrée le 25 août, sauf en France, car le 25 est la fête de Saint Louis. En France, la fête de Mariam est donc exceptionnellement célébrée le 30 août (pour respecter les ordres de priorités liturgique). Dans l'Ordre du Carmel, sa fête est célébrée avec rang de mémoire facultative[12].

Le , le pape François a reconnu un miracle obtenu par l'intercession de la Bienheureuse Mariam Baouardy, ce qui permet sa canonisation[13]. Elle sera déclarée sainte le [14].

Citations[modifier | modifier le code]

  • « Où est la charité, Dieu est aussi. Si vous pensez à faire le bien pour votre frère, Dieu pensera à vous. Si vous faites un trou pour votre frère, vous y tomberez; il sera pour vous. Mais, si vous faites un ciel pour votre frère, il sera pour vous »[15].
  • « Tout le monde dort. Et Dieu, si rempli de bonté, si grand, si digne de louanges, on l’oublie !… Personne ne pense à lui !… Vois, la nature le loue; le ciel, les étoiles, les arbres, les herbes, tout le loue ; et l’homme, qui connaît ses bienfaits, qui devrait les louer, il dort !… Allons, allons réveiller l’univers ! »[9].
  • « Il n’y a que l’amour qui peut remplir le cœur de l’homme. Le juste avec l’amour et une pincée de terre est rassasié ; mais le mauvais, avec tous les plaisirs, les honneurs, les richesses a toujours faim, toujours soif. Il n’est jamais rassasié. »[16].
  • « Esprit-Saint, inspirez-moi ;
Amour de Dieu, consumez-moi ;
Au vrai chemin conduisez-moi ;
Marie, ma Mère, regardez-moi ;
Avec Jésus, bénissez-moi ;
De tout mal, de toute illusion,
De tout danger préservez-moi »[16].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Amédée Brunot, Mariam, la petite arabe, Paris, Salvator,‎ , 10e éd. (1re éd. 1981), 184 p. (ISBN 978-2706706684).
  • Sister M. Carol AC, A Strange destiny, Bangalore, 1989.
  • Recueil de pensées de la Bienheureuse Marie de Jésus crucifié, Éditions du Serviteur, Ourscamp, 1993.
  • Père Estrate, Mariam sainte palestinienne, ou la vie de Marie de Jésus crucifié, Téqui, 1999, 2005.
  • Maurice Barrès, Une enquête au pays du Levant
  • René Schwob, La légende dorée au-delà des mers

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b La définition de la nationalité de Mariam Baouardy est difficile à indiquer car elle a vécu dans un pays (l'Empire ottoman), aujourd'hui disparut, qui regroupait en son sein diverses populations et nationalités. Aujourd'hui, le village natale de Mariam, Abellin, fait partie de l'état d'Israël (voir la carte sur en:I'billin). L'origine libanaise de ses parents la fait parfois qualifier de "libanaise", alors que son lieu géographique de naissance lui fait attribuer une origine "palestinienne" (voir israélienne). Il ne semble pas y avoir de consensus actuellement sur sa nationalité à ce jour.
  2. « Bienheureuse Marie de Jésus Crucifié/Sa vie », sur Le Carmel en France, carmel.asso.fr (consulté le 30 mars 2015).
  3. « Mariam, sa vie, l'enfance », sur Les Carmélites de Terre Sainte, carmelholyland.org,‎ (consulté le 30 mars 2015).
  4. « Bienheureuse Marie de Jésus Crucifié BAOUARDY », sur Abbaye de Saint Benoit, abbaye-saint-benoit.ch (consulté le 30 mars 2015).
  5. « Mariam sa vie - Marseille », sur Les carmélites de Terre Sainte, carmelholyland.org (consulté le 30 mars 2015)
  6. « Bienheureuse Mariam de Jésus Crucifié », sur Le Carmel en France, carmel.asso.fr (consulté le 30 mars 2015).
  7. « Mariam sa vie - Carmel de Mangalore », sur Les carmélites de Terre Sainte, carmelholyland.org (consulté le 30 mars 2015)
  8. « Mariam sa vie - Bethléem », sur Les carmélites de Terre Sainte, carmelholyland.org (consulté le 30 mars 2015)
  9. a et b « Mariam sa vie - Retour Pau », sur Les carmélites de Terre Sainte, carmelholyland.org (consulté le 30 mars 2015).
  10. Jean-Paul II, Homélie pour la béatification de la carmélite Mariam Baouardy (13 novembre), vol. 80, La Documentation catholique,‎ , 1864e éd., p. 1145-1148.
  11. Jean-Paul II, « Discours du pape Jean-Paul II aux pèlerins venus pour la béatification de soeur Marie de Jésus Crucifiée », sur Libreria Editrice Vaticana, vatican.va,‎ (consulté le 30 mars 2015).
  12. a et b Les heures du Carmel, Lavaur, Éditions du Carmel,‎ , 347 p. (ISBN 2-84713-042-X), p. 177 et 179
  13. Anita Bourdin, « La bienheureuse Mariam appelée au secours d'un nouveau-né », sur zenit.org, ZENIT, Le monde vu de Rome,‎ (consulté le 11 décembre 2014).
  14. « Bientôt trois nouvelles saintes », Radio Vatican,‎ (lire en ligne)
  15. « Mariam sa vie - Le carmel de Pau », sur Les carmélites de Terre Sainte, carmelholyland.org (consulté le 30 mars 2015).
  16. a et b « Mariam - Florilège de textes », sur Le Carmel en France, carmel.asso.fr (consulté le 30 mars 2015).

Amédée Brunot : Mariam, la petite arabe

  1. Brunot 2009, p. 37 à 74.
  2. Extases rapportées par le témoignage de Carmélites à Pau.
  3. Dans l'enceinte du Carmel de Pau, des Carmélites l'ont vues plusieurs fois perchée en haut d'un tilleul, sur de petites branches trop fines pour porter son poids.
  4. Notes du Carmel de Pau, témoignage du Père Lazare à Mangalore, témoignage de la maîtresse des novices mère Marie de l'Enfant Jésus au Carmel de Béthléem.
  5. En 1869, durant le concile Vatican I, Mariam signal la position de 3 bombes qui doivent exploser durant le concile. Par ses indications, elles ont pu être désamorcée à temps. Mgr Lacroix confirme par écrit certaines prophéties et vision au Cardinal Antonelli dans une lettre du .
  6. Témoignage de Sœur Joséphine des religieuses de St Joseph de l'Apparition (rapport en 1895 du phénomène observé par elle en 1876 sur l'île de Chypre alors que Myriam est en Palestine).
  7. Autopsie du cœur réalisée le jour de son décès par Mr Carpani chirurgien de Jérusalem en présence de témoins qui rédigent un rapport et le signent. Rapport des docteurs Aris et Ecot le à Pau qui déclarent Il est difficile de donner une explication scientifique. Le cœur portait une blessure qu'on aurait dit produite par une large pointe de fer. Les deux lèvres de la plaie étaient desséchées, signe de l'ancienneté de la blessure.
  8. Visions de saints rapportées par le témoignage de Carmélites.
  9. Les personnes qui l'ont connue témoignent que même à la fin de sa vie Mariam ne savait pas lire ni écrire le français correctement, qu'elle le parlait avec des fautes grammaticales, mais néanmoins elle serait l'auteur de poèmes qui auraient impressionné par leur qualité des intellectuels. Voir les exemples de poèmes intégrés dans sa biographie pages 69 à 72.
  10. Épitaphe gravée sur sa tombe « J.M.J.T. Ici repose dans la paix du Seigneur la sœur Marie de Jésus Crucifié, religieuse professe de voile blanc. Âme de grâce et de vertus singulières, elle se distingua par son humilité, son obéissance et sa charité. Jésus, unique amour de son cœur l'a rappelée à lui dans la 33e année de son âge, et la 12e de sa vie religieuse, à Bethléem, 26 août 1878. Requiescat in pace ! » – Brunot 2009, p. 171.