Mariam Abou Zahab

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zahab.
Mariam Abou Zahab
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse
Mariam Abou Zahab's coffin in Najaf.jpg

Vue de la sépulture.

Mariam Abou Zahab, née Marie-Pierre Walquemanne en février 1952 à Hon-Hergies (Nord) et morte le 1er novembre 2017 à Paris (XVe), est une chercheuse orientaliste française. Elle est chercheur et professeur d'université.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née dans une petite commune du Nord, Hon-Hergies, à la frontière franco-belge, Marie-Pierre Walquemanne fait des études secondaires à Valenciennes, puis des études supérieures à l'Institut d'études politiques de Paris (IEP), dont elle est diplômée en 1972, ainsi qu'à l'Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO)[1],[2].

Docteur en science politique, elle enseigne dans les établissements qu'elle a fréquenté lorsqu'elle était étudiante, à l'Institut d'études politiques de Paris (IEP), et à l'Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO). Elle est chercheuse au Centre d'études et de recherches internationales (CERI) à Paris et collabore notamment aux Cahiers d'études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien (CEMOTI) sur des sujets relatifs à l'Afghanistan et au Pakistan contemporains[3]. Parlant arabe, ourdou, persan, punjabi, elle est également connue pour ses ouvrages, ses articles mais aussi ses pérégrinations avec différents moyens (moto, dromadaire, à pied…) en Afghanistan, en Iran, au Pakistan, en Inde, etc. Elle s'est rendue au Bangladesh lors de l’appel d’André Malraux sur la situation dans ce pays. En 1975, elle est à Beyrouth, lorsqu'éclate la guerre du Liban. Convertie à la religion musulmance chiite, elle épouse à Damas Nazem Abou Zahab. Elle a apporté également son concours à l'organisation non-gouvernementale AFRANE[1],[2]. Elle meurt début novembre 2017 et est enterrée au cimetière chiite de Najaf, en Irak[2],[4].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Mariam Abou-Zahab et Olivier Roy, Réseaux islamiques : la Connexion afghano-pakistanaise, coll. « CERI-Autrement », Éditions Autrement, 2002 (ISBN 978-2-74670239-4).
    • réédition en poche, Hachette-Littératures, collection Pluriel, 2004, (ISBN 978-2-01279194-7).
    • en anglais sous le titre Islamist Networks: The Afghan-Pakistan Connection, Columbia University Press, The CERI Series in Comparative Politics and International Studies, 2004 (ISBN 978-0-23113364-7).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Pénélope Théry, « Marie-Pierre Walquemanne, chercheuse orientaliste mondialement célèbre, est décédée », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne)
  2. a, b et c Jean-Pierre Perrin, « Le dernier voyage de Mariam Abou Zahab », Libération,‎ (lire en ligne)
  3. « Pakistan : Les talibans ne veulent pas discuter avec le régime », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. « Décès de la chercheuse Mariam Abou Zahab, spécialiste de l’Afghanistan », sur Mizane

Liens externes[modifier | modifier le code]