Mariachi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le mariachi, musique à cordes, chant et trompette du Mexique *
UNESCO logo.svg Patrimoine culturel immatériel
de l’humanité
Pays * Drapeau du Mexique Mexique
Région * Amérique latine et Caraïbes
Liste Liste représentative
Fiche 00575
Année d’inscription 2011
* Descriptif officiel UNESCO
Un groupe de mùariachis, aux XIII Encuentro Internacional del Mariachi y la Charreria, Guadalajara, Mexique
Les mariachis de Sonia Fausto

Mariachi est un terme qui désigne tout à la fois :

Un groupe de Mariachis est souvent constitué de :

  • Deux trompettes jouant souvent à la tierce,
  • Deux à quatre violons reprenant en alternance la mélodie,
  • Une vihuela (ressemblant à une petite guitare) donnant le rythme,
  • Une à quatre guitares d'accompagnement, et
  • Un guitarron, genre de grosse guitare donnant les basses.

Quelques autres instruments notamment d'Amérique centrale ou latine peuvent aussi s'y adjoindre tels que :

Les refrains de la majorité des compositions sont chantés par un soliste puis repris en chœurs. Quelques compositions sont purement instrumentales.

Les rythmes principaux sont la polka, le zapateado, la valse, le paso-doble, le huapango et la cumbia.

Certaines formations comportent plusieurs dizaines de musiciens.

Origines du Mariachi[modifier | modifier le code]

Rapprochement populaire au mariage[modifier | modifier le code]

En France le mot mariachi a longtemps été considéré à tort ou non, comme une déformation du mot français « mariage », pour agrémenter et fêter les cérémonies (ce qui est souvent le cas), et qui aurait été introduit dans le pays à l'époque de l'Intervention française au Mexique au XIXe siècle.

Les historiens mexicains affirment par contre que le mot existait avant l'arrivée des troupes françaises[1]. Une possibilité serait que le mot provienne de la langue coca du XVIe siècle (une variante du nahuatl), et de racines indigènes[2]. Il désignait alors une plateforme de bois de pilla ou cirimo (Tilia sp.) sur laquelle les musiciens jouaient ensemble. On a d'ailleurs prétendu par la suite que les instruments de mariachi étaient fabriqués avec ces essences, ce qui reste sujet à caution.

Son costume est souvent confondu à l'étranger avec celui du charro.

La musique mariachi telle qu'on la connaît aujourd'hui trouve ses origines dans la région mexicaine de Jalisco, voir selon certaines légendes populaires dans la ville de Cocula, au XIXe siècle. Les formations mariachis étaient proches des orchestres de théâtre espagnols, constitués de violons, harpe et guitares. À la fin du XIXe, la vihuela (remplaçant la harpe), les deux violons et le guitarron, constituaient le quatuor de base des groupes de mariachis.

Développement de la musique mariachi[modifier | modifier le code]

Les compositeurs mexicains ont créé et continuent de créer des milliers d'airs et de chansons pour les mariachis.

Ajout des trompettes vers 1935[modifier | modifier le code]

Avant cette époque, les violons et guitares constituaient principalement uniquement les ensembles. Les trompettes ont commencé de s'associer aux Mariachis seulement vers 1935, avec notamment l'influence espagnole, mais aussi du jazz de l'époque[3].

Le son jalisciense de Jalisco a été popularisé par le morceau El Son de la Negra composé par Blas Galindo en 1940.

Le son huasteco ou huapango inclut parfois une flûte, comme dans La Malagueña une composition de Blas Galindo et de Elpidio Ramírez publiée pour la première fois en 1947 par Peer International et la Serenata Huasteca de José Alfredo Jiménez (1926-1973).

Le style mariachi s'est propagé à travers le Mexique puis dans d'autres pays, en particulier en Colombie. De nos jours, c'est une musique internationalement connue, portée par les émigrants mexicains et répandue dans le paysage musical mondial moderne.

Par extension, les groupes de mariachis peuvent jouer toutes les musiques qu'elles soient nationales ou étrangères, de la valse au hip-hop, mais certains compositeurs mexicains n'ont composé que pour eux.

Il existe une infinité de titres récents, souvent produits pour des films, certains faisant encore l'objet de droits d'auteurs, parmi eux :

  • El huapango de Moncayo classique
  • Mexico Lindo y querido (ranchera)
  • El Rey (ranchera)

Rythmes favoris[modifier | modifier le code]

  • Le zapateado, rapide à 3 temps, apparenté à la séguédille espagnole, fut introduit au Mexique au 18° siècle
  • La jarabe, signifiant "douce boisson", possède jusqu'à 70 pas différents, dont le zapateado, la valse et la polka
  • Le huapango de Vera-Cruz, de nom aztèque "Place couverte avec du bois". Les danseurs s'alignent en colonne et le corps reste droit
  • Le corrido, la valse et la polka mexicains qui se retrouvent de manière internationale dans de nombreux pays
  • Le paso-doble, dû à l'influence des corridas espagnoles
  • Le boléro mexicain ou cubain
  • la cumbia, rumba, guajira et sons cubain, portoricain ou colombien[4].

Costumes traditionnels[modifier | modifier le code]

Lors des cérémonies et spectacles pour les touristes notamment, les musiciens se dotent principalement des costumes traditionnels proches du charro, ainsi qu'un genre de nœud papillon, ceintures de cuir et bottes, tout en étant coiffés d'un grand sombrero.

Pour compléter, certains portent la moustache frisée et recourbée typique.

Les danseuses sont vêtues lors des spectacles, de costumes aux couleurs et décors flamboyants, rappelant celles du folklore andalou, faisant tournoyer leurs grandes robes avec dextérité.

Le rythme rapide des zapateados, est souvent renforcé par les danseurs de martèlements des pieds en rythmes rappelant les claquettes espagnoles, si vifs et puissants qu'ils peuvent même faire des éclats de bois du plancher[2].

Sur les grandes barques décorées couvertes Trajinera sillonnant les canaux et étangs de Xochimilco près de Mexico, un orchestre mariachis sonorise le déjeuner des touristes[5].

Interprétations orchestrales[modifier | modifier le code]

De nombreux grands orchestres de musique légère, de variétés ou d'ambiance se sont inspirés de ces musiques traditionnelles aux rythmes mélodieux et enjoués, soit en reprenant les compositions les plus célèbres mexicaines, soit leur chef composant et jouant dans le style "Mariachis", tels que ceux de Percy Faith, Pierre Duclos (Paysages du Mexique), Roberto Delgado (ou Horst Wende), ou le trompettiste Herb Alpert et son Tijuana Brass.

Orchestres et compositions célèbres[modifier | modifier le code]

Compositions[modifier | modifier le code]

Ensembles folkloriques[modifier | modifier le code]

Le nombre d'ensembles Mariachi existants ou ayant existé, en jouant dans des spectacles ou sur disque au Mexique ou dans tous les pays est considérable. Parmi les plus célèbres, figurent notamment :

  • Le Ballet Folklórico de México (en), dirigé par Amalia Hernández, réunit un imposant orchestre, avec de nombreux danseurs pour la chorégraphie des spectacles.

Chanteurs et formations avec mariachis[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) History of the Mariachi
  2. a et b http://www.mexique-fr.com/art-culture/mariachis/
  3. http://www.cityzeum.com/ar/la-tradition-des-mariachis-au-mexique
  4. Extrait du texte de Alfredo de Robertis sur le livret du CD "Fête au Village mexicain" supervisé par Pierre-Marcel Ondher
  5. http://www.rev-vacances.fr/catalog/mex.ammex.fra.html?dtres=20111116
  6. Polka du baril de bière ou Rosamunde, d'origine tchèque, célèbre aussi en Bavière
  7. http://www.senscritique.com/film/Le_Magnifique/critique/6531940

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]