Maria Nowak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nowak.

Maria Nowak, née en 1935, est une économiste, spécialiste du microcrédit, présidente-fondatrice de l'Association pour le droit à l'initiative économique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maria Nowak est née en Pologne en 1935. En 1943, elle fuit son pays occupé par l'armée nazie, laquelle incendie sa maison, fusille ou déporte sa famille. Elle s’installe en France en 1946 avec une partie de sa famille[1].

Économiste[modifier | modifier le code]

Diplômée de l'Institut d'études politiques de Paris (1956) et de la London School of Economics (1959), elle réalise un voyage d’études en Guinée et soutient une thèse sur l’économie rurale.

Elle entre à la Caisse centrale de coopération économique, qui deviendra l’Agence française de développement, où elle se spécialise sur l’Afrique. Elle devient directrice des politiques et études.

Introductrice du microcrédit en France[modifier | modifier le code]

En 1985, Maria Nowak rencontre un économiste bangladais, le Pr. Yunus, fondateur de la Grameen Bank et futur prix Nobel de la paix (2006). Elle décide de transposer en France ce modèle de microcrédit pour « donner une chance aux exclus »[2]. En 1989, elle fonde, avec le soutien moral de Muhammad Yunus, l'Association pour le droit à l'initiative économique (Adie) dont elle devient présidente[3].

En 1991, elle est détachée à la Banque mondiale à Washington pour participer au développement des programmes de microcrédit en Europe centrale. Elle devient également cofondatrice du Centre de la microfinance de l'Europe centrale et orientale.

Entre 2000 et 2002, elle est conseillère spéciale de Laurent Fabius, ministre socialiste de l'économie, des finances et de l'industrie.

En 2003, elle constitue le Réseau européen de la microfinance (REM) dont elle occupe la présidence jusqu'en 2008.

En mars 2011, elle quitte la présidence de l'Adie, dont le bureau élit Catherine Barbaroux pour lui succéder. Elle conserve le titre de présidente-fondatrice, et continue à exercer des fonctions au sein du conseil d'administration.

Elle est également membre du comité de parrainage du Collège des Bernardins.

Décorations[modifier | modifier le code]

Maria Nowak est chevalier de la Légion d'honneur en 1998, officier en 2008 et a reçu l'insigne de Commandeur[4] (2013). Elle est également commandeur de l'ordre national du Mérite (2011)[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maria Nowak : La Banquière de l'espoir. Celle qui prête aux exclus, Albin Michel, 1994
  • Maria Nowak : On ne prête (pas) qu'aux riches. La révolution du microcrédit, Jean-Claude Lattès, 2005
  • Anne Hirsch et Maria Nowak : La Place des invisibles, Jean-Claude Lattès, 2004
  • Maria Nowak : Le microcrédit ou le pari de l’homme, Rue de l’échiquier, 2009
  • Maria Nowak : L'espoir économique. Microfinance et entrepreneuriat social, ferments d’un monde nouveau, Jean-Claude Lattès, 2010

Références[modifier | modifier le code]

  1. Maria Nowak : La Banquière de l'espoir. Celle qui prête aux exclus, Albin Michel, 1994
  2. Anne Hirsch et Maria Nowak, La Place des invisibles, Jean-Claude Lattès, 2004.
  3. Maria Nowak, On ne prête (pas) qu'aux riches. La révolution du microcrédit, Jean-Claude Lattès, 2005.
  4. Décret du 31 décembre 2013, présidence de la république
  5. Décret du 13 mai 2011 portant promotion et élévation

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]