Maria Monk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Monk (homonymie).
Maria Monk
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Maria Monk (1816-1849) est une femme canadienne devenue célèbre pour son récit autobiographique qui allègue que, devenue religieuse, elle fut abusée dans un couvent. Le récit pseudépigraphique a nourri l'imagination populaire aux États-Unis et a suscité des polémiques publiques.

Le récit autobiographique de Monk, intitulé The Awful Disclosures of Maria Monk, est publié en janvier 1836. L'auteur y raconte que les sœurs de l'Hôtel-Dieu de Montréal avaient construit un tunnel pour entretenir les abus et qu'elles tuaient les enfants nés d'unions illégitimes. Toutefois, ces révélations n'ont guère convaincu les historiens qui ont étudié l'affaire.

Le livre de Monk a suscité l'indignation dans la communauté protestante anglo-américaine, déjà été ébranlée par les allégations de Rebecca Reed, auteure de Six Months in a Convent, qui avait conduit aux émeutes des Ursulines de Boston, et par un drame tiré du roman Le Moine (The Monk) de Matthew Gregory Lewis. Il se vendit 26 000 exemplaire du livre de Monk, ce qui était remarquable pour l'époque.

En octobre de 1836, le colonel William Leet Stone mène une enquête dans l'établissement et conclut que les accusations ne reposaient pas sur des faits. L'évêque de Montréal, Mgr Jean-Jacques Lartigue, dut ensuite rassurer ses confrères protestants, craignant une détérioration des relations œcuméniques.

Malgré le climat de détente qui s'est instauré à la suite de cette affaire, quelques auteurs fondamentalistes protestants ont continué à propager cette rumeur, dont Loraine Boettner et Jack Chick, qui continuèrent à clamer la vérité des allégations.