Maria Felipa de Oliveira

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Maria Felipa de Oliveira
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Igreja de São Lourenço (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Maria Felipa de Oliveira (Ilha de Itaparica, date incertaine - ) était une pêcheuse de fruits de mer et ouvrière. Elle aurait participé à la lutte pour l'indépendance de Bahia[1],[2].

À propos du personnage, il y a un récit fictif parfois considéré comme un fait historique. La légende raconte que Maria Felipa a dirigé un groupe pour combattre des soldats portugais : avec le soutien d'hommes de la ville, elle a brûlé d'innombrables navires portugais, diminuant le pouvoir de colonisation au cours de la bataille, puis a affronté les Portugais en utilisant des feuilles des orties, une plante typique de la région, qui au contact de la peau donne une sensation de brûlure ; et toute l'action a abouti à une baisse du nombre de soldats portugais[3].

L'histoire a été créée par l'écrivain bahianais Ubaldo Osório Pimentel, grand-père du romancier João Ubaldo Ribeiro, et reste aujourd'hui dans l'imaginaire populaire[4],[5],[6].

Biographie[modifier | modifier le code]

Née sur l'île d'Itaparica, à une date inconnue, pêcheuse de fruits de mer et ouvrière, elle aurait dirigé un groupe de 200 personnes, dont des femmes noires, des Indiens Tupinambá et des Tapuias dans les batailles contre les Portugais qui ont attaqué l'île d'Itaparica, à partir de 1822[2],[7]. On dit que Maria Felipa était une femme grande et robuste, descendant de personnes noires mises en esclavage, venant du Soudan[8]. Le groupe de Maria Felipa aurait été à lui seul responsable de l'incendie de 40 navires portugais proches de l'île.

La figure historique de Maria Felipa est mentionnée dans le roman O Sargento Pedro, de l'auteur Xavier Marques[9].

Le 26 juillet 2018, elle a été déclarée héroïne de la patrie au Brésil par la loi fédérale n °13 697, ayant son nom inscrit dans le « Livre des héros et héroïnes de la patrie », qui se trouve dans le « Panthéon de la patrie et de la liberté Tancredo Neves », monument réalisé par Oscar Niemeyer et situé à Brasília[10].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • JOURNAL D'HISTOIRE DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE. Edition nº 117 - Juin 2015 - Les femmes en conflit - Matter their Independence.
  • Janaína Amado, Le Grand Menteur: tradition, vérité et information dans l'histoire orale, São Paulo, n. 14, p.   125-136, 1995.
  • Xavier Marquez, Sergent Pedro: traditions d'indépendance. 2. éd. Salvador: Catilina, 1921.
  • REIS, João José; SILVA, Eduardo. Négociation et conflit: la résistance des Noirs en esclavage Brésil. São Paulo: Companhia das Letras, 1989.
  • RIBEIRO, João Ubaldo. Vive le peuple brésilien. Rio de Janeiro: Nova Fronteira, 1984.
  • TAVARES, Luis Henrique Dias. Histoire de Bahia. 10. éd. Sauveur; São Paulo: UNESP; Edufba, 2001.
  • ______. Indépendance du Brésil à Bahia. Salvador: EDUFBA, 2005

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Maria Felipa, a Heroína Negra da Independência », Os Heróis do Brasil (consulté en 22 de dezembro de 2016)
  2. a et b « 3 mulheres são heroínas do 2 de Julho » [archive du 21 de fevereiro de 2017], Tribuna da Bahia (consulté en 22 de dezembro de 2016)
  3. (pt-BR) « 5 mulheres negras que resistiram contra a escravidão », sur CLAUDIA (consulté le 30 août 2020)
  4. « Independência da Bahia continua mal contada em 1822 », Bahia Já (consulté le 3 juillet 2019)
  5. Inácio Acioli de Cerqueira e Silva, « Memórias históricas e políticas da província da Bahia », Biblioteca Digital de Literaturas de Língua Portuguesa - UFSC, (consulté le 4 juillet 2019), p. 176
  6. « O Povo e a Guerra », UFBA (consulté le 4 juillet 2019)
  7. Eny Kleyde Vasconcelos Farias, Maria Felipa de Oliveira: heroína da independência da Bahia, Quarteto, , 148 p. (ISBN 8580050081, lire en ligne)
  8. « Sabe quem foi Maria Felipa? » [archive du ], Revista Raça (consulté en 22 de dezembro de 2016)
  9. (pt-BR) Suporte On, « LIVRO O SARGENTO PEDRO XAVIER MARQUES BAHIA , 1910 - PRIMEIRA EDIÇÃO COM DEDICATÓRIA E AUTÓGRA », sur Catálogo das Artes (consulté le 30 août 2020)
  10. « Panthéon de la Patrie et de la Liberté Tancredo Neves », sur voyages.michelin.fr, (consulté le 16 septembre 2020)