Maria Felice Tibaldi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Marie Félicité (homonymie).
Maria Felice Tibaldi
Maria Felice Tibaldi by P.Subleyras (Kursk gallery).jpg

Pierre Subleyras, Maria Felice Tibaldi,
musée de Kursk.

Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Lieu de travail
Conjoint
Pierre Subleyras (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata

Maria Felice Tibaldi est une artiste peintre italienne, née à Rome en 1707 et morte dans la même ville en 1770.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maria Felice Tibaldi est la fille du compositeur de musique et violoniste Giovanni Battista Tibaldi, et la sœur de Teresa et Isabela Tibaldi mariée en 1734 à Pierre Charles Trémolières[1].

Elle s'est mariée en 1739 à Pierre Subleyras.

Elle a d'abord peint à l'huile des portraits et des sujets historiques, puis ne supportant plus l'huile elle s'est orientée vers des miniatures, copies de maîtres anciens et, à l'occasion, des pastels. Parmi ses portraits miniatures, on a noté Bacchus et Ariane et Angelica et Medoro.

Elle est devenue membre de l'Accademia di San Luca de Rome en 1742. L'année suivante, avec son mari, elle a été admise à l'Accademia dell’Arcadia sous le nom d'Asteria Aretusa.

Elle a présenté le tableau Marie-Madeleine au pied de Jésus dans la maison de Simon le pharisien (Rome, galleria Capitolina) au pape Benoît XIV qui lui a payé 1 000 scudos pour soutenir la famille du peintre en 1752. Une copie du tableau de son mari se trouve maintenant à Paris au musée du Louvre. Le tableau original de Maria Felice Tibaldi est conservée aux musées du Capitole[2].

Après la mort de son mari, elle a voyagé en Allemagne.

Une de ses dernières miniatures est une copie d'Aurore, une fresque de plafond du Guerchin qui se trouve à la villa Ludovisi[3].

On a établi une liste des miniatures qu'elle a peintes mais aucune des œuvres nous est parvenue.

Elle a peint deux miniatures pour Jacques Augustin de Silvestre (1719-1809) : Bacchus assis près d'Aridne sur un rocher de l'île de Naxos et Angélique et Médor[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pahin de La Blancherie, Pierre Subleyras, p. 395, Nouvelles de la république des lettres et des arts, 1787 (lire en ligne).
  2. The Project Gutenberg eBook : Walter Shaw Sparrow, Women Painters of the World, 1905.
  3. Voir : Pahin de la Blancherie.
  4. François-Léandre Regnault-Delalande, Catalogue raisonné d'objets d'art du cabinet de feu M. de Silvestre, ci-devant chevalier de l'ordre de Saint-Michel et maître à dessiner des enfants de France, 1810.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pahin de la Blancherie, Marie Felice Tibaldi, Nouvelles de la république des lettres et des arts, 1787, p. 396 (lire en ligne).
  • (en) Michael Bryan, Dictionary of Painters and Engravers, Biographical and Critical, Volume II, « L-Z », Londres, George Bell and Sons, 1889, p. 570.

Liens externes[modifier | modifier le code]