Maria Clara Eimmart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Maria Clara Eimmart
Phase of the Moon Observed.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Père

Maria Clara Eimmart, mariée Maria Clara Müller, née le à Nuremberg où elle est morte le , est une graveuse et astronome de Nuremberg[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle fut la fille et également l'élève puis l'assistante de Georg Christoph Eimmart (le Jeune)[2].

En 1706, Maria Clara Eimmart épouse Johann Heinrich Muller, l'élève et le successeur de son père[3].

Illustrations astronomiques[modifier | modifier le code]

Eimmart est surtout connue pour ses illustrations astronomiques très précises et exactes. Entre 1693 et 1698, Eimmart exécuta plus de 250 dessins des phases de la lune[4]. Cette collection de dessins faite à l'aide d'un télescope fut nommée Micrographia stellarum phases lunae ultra 300. Douze de ces dessins furent données au comte Marsili, un collaborateur scientifique de son père, et dix d'entre elles sont aujourd'hui conservés à Bologne[3],[2].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Schiebinger 1991, p. ?.
  2. a et b (en) Neil Jeffares, « Maria Clara Eimmart », sur Dictionary of pastellists before 1800.
  3. Schiebinger 1991, p. 81, note no 2.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Karl Christian Bruhns, « Eimmart, Georg Christoph » dans Allgemeine Deutsche Biographie, vol. 5, p. 758.
  • (de) Hans Gaab, « Zum 300. Todestag von Maria Clara Eimmart (1676–1707) » dans Regiomontanusbote, vol. 20, no 4, 2007, p. 7–19.
  • (de) Hans Gaab, « Maria Clara Eimmart. Eine Nürnberger Astronomin » dans Nadja Bennewitz, Gaby Franger, Geschichte der Frauen in Mittelfranken. Alltag, Personen und Orte, Ars vivendi, Cadolzburg, 2003, p. 145–152.
  • (de) Siegmund Günther, « Müller, Johann Heinrich » dans Allgemeine Deutsche Biographie, vol. 22, p. 583-585.
  • (en) Londa Schiebinger, The mind has no sex? : women in the origins of modern science, Cambridge, Mass., Harvard University Press, , 355 p. (ISBN 978-0-674-57625-4, lire en ligne).
  • (de) Ronald Stoyan, Die Nürnberger Mondkarten, partie 1 : « Die Mondkarte von Georg Christoph Eimmart (1638–1705) und Maria Clara Eimmart (1676–1707) » dans Regiomontanusbote, vol. 14, no 1, 2001, p. 29–39.
  • (de) Adolf Wißner, « Georg Christoph Eimmart » dans Neue Deutsche Biographie (NDB), Berlin, Duncker & Humblot, 1959, vol. 4, p. 394–394.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :