Mari (langue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mari.
Mari
Марий йылме (Marij jylme)
Pays Russie
Région Volga
Nombre de locuteurs 509 090[1]
Typologie SOV, agglutinante, accusative, à accent d'intensité
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle Flag of Mari El.svg République des Maris
Codes de langue
ISO 639-2 chm
ISO 639-3 chm
Étendue macro-langue
Type vivante
IETF chm
Linguasphère 41-AAC-a
WALS mme mah, mme
Carte
Les quatre principaux dialectes du mari :     mari des montagnes,      mari du Nord-Ouest,      mari des prairies,      mari de l'Est.
Les quatre principaux dialectes du mari :
     mari des montagnes,      mari du Nord-Ouest,      mari des prairies,      mari de l'Est.

Le mari, ou tchérémisse (en mari : мари́й йы́лме, marij jylme [maˈrij ˈjəlme] ; en russe : мари́йский язы́к, ISO 9 : marijskij jazyk [mɐˈrʲijskʲɪj jɪˈzɨk]), est une langue appartenant à la famille des langues ouraliennes.

Locuteurs[modifier | modifier le code]

Le mari est parlé par plus de 500 000 personnes. Il s'agit de la langue officielle – avec le russe – de la République des Maris, une république de la Fédération de Russie. Le mari est également parlé dans les républiques voisines du Tatarstan et d'Oudmourtie, ainsi que dans l'oblast' de Perm.

D'après le recensement de 1989, le nombre de Maris était de 670 868. Parmi eux, 80 % (soit 542 160) déclaraient le mari comme leur langue maternelle, contre 18,8 % qui en indiquaient une autre. La République des Maris – ou « Mari El » (Мари́й Эл) – atteste quant à elle de quelque 11,6 % d'habitants ne considérant pas le mari comme leur première langue.

Dialectes[modifier | modifier le code]

La plupart des linguistes russes, tchérémisses, allemands et anglo-saxons distinguent les dialectes en deux macro-dialectes traditionnels pour plus de commodité :

  • le mari des montagnes (кы́рык ма́ры/kyryk mary, littéralement « mari de la montagne », ou ку́рык мари́й/kuryk marij dans le premier dialecte, désigné par les linguistes anglo-saxons de Hill Mari et de Berg-Mari par ceux d’Allemagne), parlé dans le sud en amont de la Volga, sur la rive droite et dans une partie de la rive gauche, près de Kozmodemiansk,
  • le mari des prairies, qu’on pourrait désigner de mari de la plaine (о́лык мари́й/olyk marij, « mari de la prairie », Meadow Mari en anglais, Wiesen-Mari en allemand), parlé à l’aval de la Volga. De nos jours, la plupart des spécialistes subdivisent ce macro-dialecte en trois variantes :
    • le mari des plaines proprement dit, au nord et à l’ouest de la Volga, près du confluent de la Malaïa Kokchaga et de la Volga, dans la capitale de la république Yoshkar-Ola et alentours ;
    • le mari de l’Est, à l’est du Viatka, le plus pratiqué numériquement et très largement utilisé dans les quotidiens, les écoles, les universités, les associations culturelles, les radios, par les écrivains et jusque sur l'Internet... ;
    • le mari du Nord-Ouest.

Tous ces dialectes sont traditionnellement transcrits en cyrillique depuis les années 1930, avec toutefois cinq lettres supplémentaires qui sont directement dérivées de l'alphabet russe : ҥ, ö, ӱ, ä, ӹ (les deux dernières ne concernent que le dialecte des montagnes).

Certains Maris parlent aussi le tatar, une langue turco-mongole. Ce dernier ainsi que le russe ont fortement influencé le mari, notamment celui des prairies.

Le concept de macro-langue peut être illustré par la macro-langue marie, parlée en Russie. Elle est constituée de deux variétés, le mari des plaines (ou mari des prairies) et le mari des collines (ou mari des montagnes). À l'origine existait sans doute un continuum linguistique : les différentes tribus parlaient des langues proches, mais néanmoins distinctes. Lorsque ces tribus se sont unifiées, le dialecte de la tribu dominante s'est petit à petit imposé. Dans le cas des Maris, cependant, deux groupes distincts se sont formés, les Maris des montagnes et les Maris des prairies. Au fil du temps, la langue de chaque groupe s'est consolidée et différenciée de l'autre variété, à tel point que la création d'un standard unique s'est avéré impossible[2]. Suite aux efforts de standardisation et de codification, deux standards ont été créés pour chaque variété du mari[2]. Pour Zoja Zorina, « la naissance des langues maries n’est pas le résultat d’une codification : c’est au contraire parce qu’il existait deux langues différentes que la standardisation a été possible et nécessaire »[2]. Aujourd'hui, les deux langues maries sont des langues écrites et codifiées, aux règles de prononciation et de grammaire bien établies (à l'inverse de dialectes qui eux n'ont pas forcément de forme standard et sont souvent cantonnés à la sphère orale). De plus, des traductions sont effectuées entre le mari des prairies et le mari des montagnes et les habitants sont conscients de l'existence de deux langues différentes[2].

Cependant, la République des Maris a adopté en 1995 une Loi sur les langues dont l'article 1 stipule : « Les langues d’État de la république du Mari El sont le mari (des collines et des plaines) et le russe… ». Autrement dit, cette loi présente les deux langues mari comme une seule langue. Pour Zoja Zorina, la loi a créé « une langue abstraite (la « langue marie ») qui n’existe pas. »[2]. L'un des buts de la loi était de renforcer l'unité entre les Maris (selon l'idée qu'un peuple doit parler une seule et même langue), mais cela n'a fait qu'augmenter la confusion autour des deux langues maries. Finalement, la macro-langue marie est née pour des motifs politiques bien plus que linguistiques[2].

Phonologie[modifier | modifier le code]

Trois alphabets ont été utilisés pour transcrire la langue :

  • un projet non abouti d’alphabet latin datant des années 1930 ;
  • l'alphabet cyrillique utilisé traditionnellement pour l’écriture du mari des montagnes ;
  • l'alphabet cyrillique également pour le mari des prairies.

Projet d’alphabet latin datant des années 1930[modifier | modifier le code]

A a Ä ä B ʙ G g D d Z z Ƶ ƶ I i
J j K k L ʟ Ļ ʟ̧ M m N n N̡ n̡ Ŋ ŋ
O o P p R r S s T t U u Ü ü C c
Ş ş Ç ç Ə ə Ə̈ ə̈ E e F f H h Č č
Ť ť Ď ď

Alphabet cyrillique traditionnellement utilisé pour le mari des prairies[modifier | modifier le code]

А а Б б В в Г г Д д Е е Ё ё Ж ж
З з И и Й й К к Л л М м Н н Ҥ ҥ
О о Ö ö П п Р р С с Т т У у Ӱ ӱ
Ф ф Х х Ц ц Ч ч Ш ш Щ щ Ъ ъ Ы ы
Ь ь Э э Ю ю Я я

Alphabet cyrillique utilisé pour le mari des montagnes[modifier | modifier le code]

А а Ä ä Б б В в Г г Д д Е е Ё ё
Ж ж З з И и Й й К к Л л М м Н н
О о Ö ö П п Р р С с Т т У у Ӱ ӱ
Ф ф Х х Ц ц Ч ч Ш ш Щ щ Ъ ъ Ы ы
Ӹ ӹ Ь ь Э э Ю ю Я я

Grammaire[modifier | modifier le code]

Le mari comporte neuf cas de base dans sa variante des plaines et jusqu'à douze dans les autres dialectes : nominatif, génitif, accusatif, datif, inessif, illatif, latif, comparatif, comitatif. De même qu'en finnois ou en hongrois, les rapports de possession s'expriment au moyen de suffixes possessifs, le déterminant se trouvant généralement au génitif. Ainsi, par exemple, les phrases « la fille du pêcheur » ou « l'enfant des parents » se traduiront littéralement de la sorte : « du-pêcheur sa-fille » (колызын ÿдыржö/kolyzyn üdyržö) ; « des-parents leur-enfant » (ача-аван йочашт/ača-avan jočašt).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ethnologue code « chm ».
  2. a, b, c, d, e et f Zoja Zorina (trad. Vincent Lorenzini), « La situation linguistique dans la république du Mari-El », Études finno-ougriennes,‎ (ISSN 0071-2051, DOI 10.4000/efo.2322, lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Eeva Kangasmaa-Minn, « Mari », dans Daniel Mario Abondolo, The Uralic languages, Londres, New York, Routledge, coll. « Routledge language family descriptions », , XXIV-619 p., 24 cm (ISBN 0-415-08198-X, OCLC 468378953, notice BnF no FRBNF37544234, LCCN 96029898, lire en ligne), p. 219-248
  • (en) Bernard Comrie, « Uralic languages », dans The languages of the Soviet Union, Cambridge, New York, Cambridge University Press, coll. « Cambridge language surveys », , XX-317 p., 24 cm (ISBN 0-521-29877-6, OCLC 300552964, LCCN 80049861, présentation en ligne), p. 92-141
  • Alhoniemi, A. : Marin kielioppi, Helsinki, 1985 (Hill and Meadow);
  • Alhoniemi, A. : Marin kielen lukemisto sanastoineen, Helsinki, 1986 (dialectes des montagnes et des prairies);
  • Alhoniemi, A. : Grammatik des Tscheremissischen (Mari), traduit du finnois par Hans-Hermann Bartens, Buske Verlag, 1993 (dialectes des montagnes et des prairies);
  • Beke, О. : Cseremisz nyelvtan, Budapest, 1911 (Hill and Meadow);
  • Bereczki, Gábor : Chrestomathia Ceremissica, Budapest, 1990;
  • Budenz, J. : Erdéi és hegyi cseremisz szótár, Pest, 1866 (Mari [Hill and Meadow], Hungarian, Latin);
  • Castrén, M. A. : Elementa grammaticae tscheremissicae, Kuopio, 1845 (Hill);
  • Галкин, И. С. : Историческая грамматика марийского языка, vol. I & II, Yoshkar-Ola, 1964, 1966;
  • Галкин, И. С. : Происхождение и развитие марийского языка, Марийцы. Историко-этнографические очерки/Марий калык. Историй сынан этнографий очерк-влак, Yoshkar-Ola, 2005: 43-46;
  • Glukhov, N. & Glukhov, V. : Mari men and women as bearers of the Mari language and identity, Wiener elektronische Beiträge des Instituts für Finno-Ugristik, 2003. Available, along with other papers on Finno-Ugric languages and cultures, at http://webfu.univie.ac.at/archiv.php
  • Ingemann, F. J. & Sebeok, T. A. : An Eastern Cheremis manual: phonology, grammar, texts and glossary (= American Council of Learned Societies, Research and Studies in Uralic and Altaic languages, project nos. 6 and 31), Bloomington, 1961 (Meadow);
  • Иванов, И. Г. : История марийского литературного языка, Yoshkar-Ola, 1975;
  • Иванов, И. Г. : Марий диалектологий, Yoshkar-Ola, 1981;
  • Кармазин, Г. Г. : Материалы к изучению марийского языка, Krasnokokshajsk, 1925 (Meadow);
  • Кармазин, Г. Г. : Учебник марийского языка лугово-восточного наречия, Yoshkar-Ola, 1929 (Meadow);
  • Klima, L. : The linguistic affinity of the Volgaic Finno-Ugrians and their ethnogenesis, 2004: http://mek.oszk.hu/01700/01794/
  • Коведяева, Е. И. : Марийский язык - Языки мира: Уральские языки. Moscow, 1993: 148-164;
  • Коведяева, Е. И. : Горномарийский вариант литературного марийского языка, Языки мира: Уральские языки. Moscow, 1993: 164-173;
  • Крылова, Г. С. & Якимова, Э. С. : Марийский язык для всех, ч. 2. Йошкар-Ола: Марийское книжное издательство, 1991;
  • Lewy, E. : Tscheremissische Grammatik, Leipzig, 1922 (Meadow);
  • Moisio, A. : Marilais-suomalainen sanakirja, Turun yliopisto (Université de Turku), 1992;
  • Moisio, A., Galkin, I. & Vasiljev, V. : Suomalais-marilainen sanakirja, Turun yliopisto (Université de Turku), 1995;
  • Ramstedt, G. J. : Bergtscheremissische Sprachstudien, Helsinki, 1902 (Hill);
  • Riese, Th., Bradley J., Yakimova E. & Krylova, G. : Оҥай марий йылме - a comprehensive introduction to the Mari language, Department of Finno-Ugric Studies, University of Vienna/Université de Vienne, 2010;
  • Räsänen, M. : Die tschuwassischen Lehnwörter im Tscheremissischen, Helsinki, 1920;
  • Räsänen, M. : Die tatarischen Lehnwörter im Tscheremissischen, Helsinki, 1923;
  • Sebeok, T. A. & Raun., A. (eds.) : The first Cheremis grammar (1775): a facsimile edition, Chicago, 1956;
  • Szilasi, M. : Cseremisz szótár, Budapest, 1901 (Mari [Hill and Meadow], Hungarian, German);
  • Троицкий, В. П. : Черемисско-русский словарь, Kazan', 1894 (Hill and Meadow);
  • Учаев, З. В. & Ефремов А. С. : Поро кече - самоучитель марийского языка, Йошкар-Ола, Марийское книжное издательство, 1998;
  • Шорин, В. С. : Маро-русский словарь горного наречия, Kazan', 1920 (Hill);
  • Васильев, В. М. : Записки по грамматике народа мари, Kazan', 1918 (Hill and Meadow);
  • Васильев, В. М. : Марий мутэр, Мoscow, 1929 (Hill and Meadow);
  • Васильев, В. Н. : Русско-марийский разговорник, Йошкар-Ола, Марийское книжное издательство, 2004;
  • Wichmann, Y. : Tscheremissische Texte mit Wörterverzeichnis und grammatikalischem Abriß, Helsingfors, 1923 (Hill and Meadow);
  • Wiedemann, F. : Versuch einer Grammatik der tscheremissischen Sprache, Saint Petersburg, 1847 (Hill);
  • Юадаров, К. Г. : Горномарийский язык (учебное пособие для учителей родного языка, студентов), Йошкар-Ола, 1997;
  • Зорина, З. Г., Крылова, Г. С. & Якимова, Э. С. : Марийский язык для всех, ч. 1. Йошкар-Ола: Марийское книжное издательство, 1990.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]