Marguerite d'Écosse (1424-1445)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une personnalité image illustrant écossais
Cet article est une ébauche concernant une personnalité écossaise.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marguerite d'Écosse.
Marguerite d'Écosse
Margaret Stuart Dauphine of France.jpg

Marguerite d'Écosse[1].
Portrait à la sanguine sur pierre noire, Recueil d'Arras, fo 8, Bibliothèque municipale d'Arras.

Titre de noblesse
Dauphine de France
Biographie
Naissance
Décès
Famille
Père
Mère
Frères
Sœurs
Isabelle d'Écosse
Marie Stuart (en)
Éléonore Stuart
Annabelle Stuart (en)
Jeanne Stuart (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint

Marguerite d'Écosse, née à Perth le et morte à Châlons-en-Champagne le , est une princesse écossaise devenue dauphine de France par son mariage avec le futur Louis XI.

Biographie[modifier | modifier le code]

Caveau de Marguerite à Thouars.

Marguerite est le premier enfant du roi Jacques Ier d'Écosse et de son épouse Jeanne Beaufort, et la sœur aînée du futur roi Jacques II.

En 1428, Jacques Ier accepte de marier Marguerite, âgée de cinq ans, avec le dauphin Louis, futur Louis XI. Cependant, Jacques ayant obtenu que sa fille ne se rende pas en France avant d'être plus âgée, le mariage n'est célébré que le 24 juin 1436 au château de Tours par l'archevêque de Reims, Renault de Chartres. Marguerite se rend en France escorté de nobles écossais comme John Wishart. Sur le chemin, elle manque d'être interceptée par les Anglais, qui voient ce mariage d'un mauvais œil[2].

Décrite comme très belle et cultivée, Marguerite adore la vie de cour, mais son époux la néglige parce qu'elle a une infirmité et dégage une odeur insupportable pour lui. Elle ne s'entend pas avec son mari, allant jusqu'à prendre le parti de son beau-père Charles VII contre lui. Elle meurt à l'âge de 20 ans, de tuberculose ou de pneumonie, au cloître saint-Étienne de Châlons-en-Champagne. Sa maladie a été accentuée par le chagrin que lui avaient causé les accusations du courtisan Jamet de Tillay, qui l'avait surprise en compagnie de Jean d'Estouteville et d'un autre gentilhomme[3]. Selon la tradition, ses derniers mots auraient été : « Fi de la vie en ce monde, ne m'en parlez plus[4]. »

Le corps de Marguerite est d'abord inhumé en la cathédrale de Châlons. Le 1er novembre 1479, il est transféré à Thouars, dans l'église collégiale Saint-Laon[5].

Une princesse artiste[modifier | modifier le code]

Marguerite, délaissée par son époux et ne pouvant avoir d'enfants, a trouvé un dérivatif dans l'art poétique. Quoiqu'il ne reste pas trace de ses écrits, elle passait des nuits entières à composer des rondeaux[6] ; sa cour comptait des poètes comme Jeanne Filleul, Louise de Beauchastel et une légende veut qu’elle ait donné à Alain Chartier un baiser sur la bouche (fait impossible en raison de la date de mort de ce poète : 1430, Marguerite avait alors 6 ans). Son époux le dauphin Louis la soupçonnait d'avoir des liaisons avec des poètes de son entourage, (il la faisait espionner par Jamet de Tillay) ; ce dont la dauphine se défendit jusqu'à son lit de mort[7].

Quoiqu'il fût d'usage de ne pas nommer les dames dans les rondeaux de l'époque, Blosseville est assez explicite dans Celle pour qui je porte l'M ; et la mort prématurée de Marguerite lui inspire Vous qui parlés de la beauté d'Élaine.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Professeur honoraire d'histoire de l'art à l'université de Strasbourg, Albert Châtelet conteste l'identification du portrait avec Charlotte de Savoie, inscrite dans la partie inférieure du dessin. Selon Châtelet, cette interprétation ne résiste pas à l'examen puisque le dessin constitue la copie d'une œuvre disparue, peinte par « un maître anonyme travaillant en France » et composant probablement l'un des « volets d'un triptyque de dévotion » qui représentait le dauphin Louis et sa femme en orants. En raison de la jeunesse visible (entre treize et dix-sept ans) du modèle dans le dessin figurant le dauphin, fo 7 du Recueil d'Arras et pendant visible du fo 8 reproduisant les traits de la dauphine, Châtelet conclut que celle-ci doit être identifiée à Marguerite d'Écosse puisque ce n'est qu'à un âge plus avancé (vingt-huit ans) que Louis épouse Charlotte de Savoie (Albert Châtelet et Jacques Paviot, Visages d'antan : le Recueil d'Arras XIVe-XVIe siècle), Lathuile, Éditions du Gui, , 475 p. (ISBN 978-2-9517417-6-8 et 2-9517417-6-6), p. 401).
  2. Duchein 1998, p. 148.
  3. [Paula Higgins, « 'The Other Minervas': Creative Women at the Court of Margaret of Scotland », Kimberly Marshall, éd., Rediscovering the Muses: Women's Musical Traditions, Northeastern University Press, 1993, p. 172 [lire en ligne]]
  4. Duchein 1998, p. 150.
  5. Jean-Paul Barbier, Ils sont passés à Châlons, Petit Catalaunien illustré, , p. 26.
  6. Rondeaux et autres poésies du XVème siècle, page XV, note 5)
  7. http://books.google.fr/books?id=k1IGAAAAQAAJ&pg=PA26&lpg=PA26&dq=%22Marguerite+d%27%C3%89cosse+++%22+Louis+XI+%22Jamet+de+Tillay%22&source=bl&ots=KxH_tJppLh&sig=DvoEFn4p9yk8vE5jE2fmlqqd-zk&hl=fr&sa=X&ei=vqpbUvjuCsjwhQf4_oDoBQ&sqi=2&ved=0CDkQ6AEwAg#v=onepage&q&f=false Charles Pinot-Duclos, Joachim Le Grand : Histoire de Louis XI, page 26]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Geneviève et Philippe Contamine (dir.), Autour de Marguerite d'Écosse. Reines, princesses et dames du XVe siècle. Actes du Colloque de Thouars (23 et 24 mai 1997), , Paris, Honoré Champion, coll. « Études d'histoire médiévale », 4, 1999, 262 p., [compte rendu en ligne].
  • Priscilla Bawcutt et Bridget Henisch, « Scots Abroad in the Fifteenth Century: The Princesses Margaret, Isabella and Eleanor », dans Elizabeth Ewan et Maureen M. Meikle éd., Women in Scotland, c.1100-1750, East Linton, Tuckwell, 1999, p. 45-55.
  • Michel Duchein, Histoire de l'Écosse, Paris, Fayard, .
  • (en) Elizabeth Bonner, « Scotland ‘Auld Alliance’ with France, 1295-1560 », History, vol. 84, no 273,‎ .
  • Paula Higgins, « 'The Other Minervas': Creative Women at the Court of Margaret of Scotland », Kimberly Marshall, éd., Rediscovering the Muses: Women's Musical Traditions, Northeastern University Press, 1993, p. 169-185 [lire en ligne]

Sur les autres projets Wikimedia :