Marguerite Canal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marguerite Canal
Description de cette image, également commentée ci-après
Marguerite Canal en 1920.
Nom de naissance Marie Marguerite Denise Canal
Naissance
Toulouse, Drapeau de la France France
Décès (à 87 ans)
Cépet, Drapeau de la France France
Activité principale Compositrice
Activités annexes Pianiste, Professeur de musique, Chef d'orchestre
Formation Conservatoire de Toulouse, Conservatoire de Paris
Maîtres Georges Caussade, Paul Vidal
Enseignement Conservatoire de Paris
Récompenses Prix de Rome
Distinctions honorifiques Légion d'honneur

Marguerite Canal, née le à Toulouse[1] et morte le à Cépet[2], est une musicienne, compositrice, cheffe d'orchestre et pédagogue française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issue d'une famille toulousaine, Marguerite Canal est la fille d'une mère pianiste et d'un père ingénieur mélomane[3]. Elle emménage à Paris en 1903 et réussit son entrée au Conservatoire, dans les classes de chant et de piano. Elle y obtient par la suite un premier prix d'harmonie en 1911[4], d'accompagnement au piano en 1912[5] et de contrepoint et fugue en 1915[6].

En 1917, elle est la 1ère femme à diriger un orchestre, en l'occurrence celui de l'Union des femmes professeurs et compositeurs de musique (UFPC), lors de plusieurs concerts à Paris, au Trocadéro[7] puis au Palais de Glace[8]

En 1919, elle est nommée professeure de solfège pour chanteurs au Conservatoire et en 1920 elle est la 2ème femme à recevoir le Premier grand Prix de Rome en composition musicale[9], à l’unanimité[10], avec les félicitations de Camille Saint-Saëns. Elle quitte son poste d'enseignante pour un séjour, à la Villa Médicis d Rome, jusqu’en 1925[11] mais elle reprendra ses cours en 1932.

Elle se consacre en parallèle à la composition, créant de nombreuses mélodies et berceuses inspirées de poèmes de Charles Baudelaire, Paul Verlaine, Franz Toussaint, Marceline Desbordes-Valmore ou Paul Fort (Le Bonheur est dans le pré, 1931). Elle se produit aussi au piano, accompagnant Ninon Vallin dans ses récitals.

Elle est nommée Chevalier dans l'ordre de la Légion d'honneur en 1939[12] et est l'auteure d'un opéra, resté inachevé, Tlass Atka, inspiré de la Radieuse aurore de Jack London[13].

Le musicologue Mario Facchinetti disait d'elle en 1956 : « Marguerite Canal est une compositrice inspirée qui garde à la mélodie française le style de Fauré, Debussy et Duparc, style qui est sobre, noble et pur. »[14]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Musique symphonique[modifier | modifier le code]

  • Arabesque, œuvre pour piano transcrite pour orchestre[15]
  • La chanson du rouet, mélodie transcrite pour petit orchestre
  • Le miroir, mélodie transcrite pour petit orchestre
  • Chanson pour Nanny, mélodie transcrite pour petit orchestre

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

  • Sonate pour violon et piano, écrite en 1922 lors de son séjour à Rome[16]
  • Spleen pour violoncelle solo et quintette et piano[17]
  • Idylle pour violon ou violoncelle et piano
  • Lied pour violon ou violoncelle avec accompagnement de piano
  • Élévation pour violon ou violoncelle avec accompagnement de piano
  • Près du moulin, pour violon avec accompagnement de piano
  • Thème et Variations, pour hautbois avec accompagnement de piano, morceau de concours du Conservatoire de Paris en 1936[18]

Musique pour piano[modifier | modifier le code]

  • Esquisses méditerranéennes
  • Arabesque
  • Pages enfantines
  • 3 Pièces romantiques

Musique vocale[modifier | modifier le code]

  • Six chansons écossaises, poésies de Leconte de Lisle
  • Au jardin de l'Infante, poésies d'Albert Samain
  • La flûte de Jade, poésies de Franz Toussaint
  • Trois chants extraits du Cantique des cantiques, traduction de Maudrus
  • Sagesse, poésies de Paul Verlaine
  • Sept poèmes de Charles Baudelaire
  • Amours tristes, sur des textes de la compositrice elle-même
  • L'amour marin, poèmes de Paul Fort
  • Le Bonheur est dans le pré, paroles de Paul Fort
  • Chansons et rondes enfantines, paroles de Lucie Paul-Margueritte
  • Quatre berceuses, poésies de Marceline Desbordes-Valmore
  • Chanson de route, paroles de Pascal Bonetti
  • L'image, poésie de Pierre Maudru
  • Chansons pour Michel et Miquette, poèmes de Jean Calmès

Hommages[modifier | modifier le code]

  • la ville de Toulouse a nommé un cheminement Marguerite Canal en son honneur

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Lunet, « Marguerite Canal, une musicienne toulousaine mal connue », in L'Auta : que bufa un cop cada més, organe de la société "les Toulousains de Toulouse et amis du vieux Toulouse", 2004 (lire en ligne)

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Marguerite Canal : Lieder, Songs, Melodies, Sonate für Violine & Piano, Dominique Longuet (baryton), Andreas Lucke (violon), Barbara Sarlangue-Laumeister (piano), Cavalli-Records, 2004
  • Marguerite Canal : 3 pièces romantiques, Sophia Vaillant (piano) 2019


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Archives numérisées d'état civil de Toulouse, 1890, acte de naissance n° 217, vue 28 » (consulté le 8 avril 2020)
  2. Mention en marge de son acte de naissance
  3. « L'Auta : que bufa un cop cada més : organe de la société les Toulousains de Toulouse et amis du vieux Toulouse », sur Gallica, (consulté le 8 avril 2020)
  4. « Comoedia / rédacteur en chef : Gaston de Pawlowski », sur Gallica, (consulté le 8 avril 2020)
  5. « Le Ménestrel : journal de musique », sur Gallica, (consulté le 8 avril 2020)
  6. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, (consulté le 8 avril 2020)
  7. « Figaro : journal non politique », sur Gallica, (consulté le 8 avril 2020)
  8. « Figaro : journal non politique », sur Gallica, (consulté le 8 avril 2020)
  9. « Comoedia / rédacteur en chef : Gaston de Pawlowski », sur Gallica, (consulté le 8 avril 2020)
  10. « Le Ménestrel : journal de musique », sur Gallica, (consulté le 8 avril 2020)
  11. « CANAL, Marie-Marguerite-Denise », sur artlas.huma-num.fr (consulté le 8 avril 2020)
  12. « Le Ménestrel : journal de musique », sur Gallica, (consulté le 8 avril 2020)
  13. « PORTRAIT. Marguerite Canal, cheffe d'orchestre et compositrice oubliée de Toulouse », sur actu.fr (consulté le 8 avril 2020)
  14. « Prix de Rome 1920-1929 », sur www.musimem.com (consulté le 8 avril 2020)
  15. Paul Fosse, Arabesque : oeuvre pour piano transcrite pour orchestre, M. Jamin, (lire en ligne)
  16. Marguerite Canal,... Sonate pour violon & piano, M. Jamin, (lire en ligne)
  17. Spleen... Extrait d'un carnet de notes de Marguerite Canal. 1er grand prix de Rome, pour violoncelle solo, quintette avec piano conducteur, éditions Maxime Jamin, (lire en ligne)
  18. « Le Ménestrel : journal de musique », sur Gallica, (consulté le 8 avril 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]