Marguerite Burnat-Provins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Provins (homonymie).
Marguerite Burnat-Provins
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
GrasseVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Marguerite Burnat-Provins, née à Arras le et morte à Grasse le , est une écrivaine, peintre et dessinatrice franco-suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'une famille aisée, elle accomplit des études artistiques à Paris avant d'épouser, en 1896, un architecte de Vevey, Adolphe Burnat. C'est le début d'un séjour de quelque douze années en Suisse romande. En 1905, elle crée la Ligue pour la Beauté, futur Heimatschutz, aujourd'hui Patrimoine suisse (organisation suisse de protection du paysage naturel et construit). Son mariage avec Adolphe est rompu en 1908, événement à l'origine de son départ définitif de la Suisse. Remariée à Paul de Kalbermatten, ingénieur valaisan, pour qui elle écrit Le Livre pour toi, cent poèmes en prose d'une très grande beauté, elle connaît bien des demeures éphémères, et goûte aux splendeurs de l'Orient (Syrie, Liban) et de l'Afrique du Nord, en particulier le Maroc, qui sera un temps son pays d'élection et animera ses rêveries exotiques. Puis elle se retire au Clos des Pins, à Grasse, où elle passe ses dernières années. Son œuvre d'écrivaine est forte d'une vingtaine de volumes de proses poétiques, tandis que son œuvre de peintre comporte des tableaux de la vie rurale proches de ceux de l'école de Savièse en Valais (elle était une intime d'Ernest Biéler), des compositions décoratives.
À partir de 1914, elle réalisa une importante série de dessins étranges nés d'hallucinations récurrentes. Cette série, que Marguerite Burnat-Provins nommait Ma Ville, est riche de quelque 3000 dessins, et fut intégrée parmi les productions médiumniques de l'art brut.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Petits Tableaux valaisans, (réimpr. 1985 - Slatkine, Genève)
  • Heures d'automne, (réimpr. 2004 - Éditions Plaisir de Lire, Lausanne)
  • Chansons rustiques,
  • Le Chant du verdier,
  • Sous les noyers,
  • Le Livre pour toi, (réimpr. 2006 - Éditions de l'Aire, Vevey)
  • Le Cœur sauvage, 1909, récit.
  • Cantique d'été,
  • La Fenêtre ouverte sur la vallée, (réimpr. 1986 - Éditions Plaisir de Lire)
  • La Servante,
  • Poèmes de la boule de verre,
  • Nouveaux poèmes de la boule de verre,
  • Vous, (réimpr. 2001 -Éditions Plaisir de Lire)
  • Heures d'hiver, (réimpr. 2004 - Éditions Plaisir de Lire)
  • Poèmes troubles, (réimpr. 1999 - L'Escampette, Bordeaux)
  • Le Livre du Pays d'Ar Mor,
  • Poèmes de la soif, 1921 (réimpr. 2006 - Zoé, Genève), suivis de Une nuit chez les Aïssaouas
  • Poèmes du scorpion,
  • Contes en vingt lignes,
  • Le Voile, 1929 (réimp. 2002 - Éditions Plaisir de Lire)
  • Près du rouge-gorge, (réimpr. 2003 - Éditions Plaisir de Lire)
  • La Cordalca,
  • Heures de printemps et Heures d'été, Editions Plaisir de Lire,
  • Hôtel, Éditions Plaisir de Lire, 2010.

Bibliographie critique (esquisse)[modifier | modifier le code]

  • Georges de Morsier, Art et hallucination, Marguerite Burnat-Provins, Neuchâtel, La Baconnière,
    Collection « Langages et Documents »
  • Catherine Dubuis, Pascal Ruedin, Marguerite Burnat-Provins, Lausanne, Payot, 1994.
  • Catherine Dubuis, Les Forges du paradis / Histoire d'une vie: Marguerite Burnat-Provins, Vevey. L'Aire, 1999.
  • Collectif dir. par Helen Bieri Tomson et Catherine Dubuis, Marguerite Burnat-Provins, de l'Art nouveau à l'art hallucinatoire, Paris, Somogy, 2003.
  • Anne Murray-Robertson, Marguerite Burnat-Provins. Coeur sauvage, Gollion, Infolio, 2019.

Catalogues d'exposition[modifier | modifier le code]

  • Collectif, Art spirite, médiumnique, visionnaire, Messages d’Outre-Monde, Paris, Halle Saint Pierre / Hoëbeke,
    Catalogue d’exposition

Œuvres picturales[modifier | modifier le code]

  • Primitivisme rural et art décoratif : Musée d'Art de Sion (Valais, Suisse).
  • Dessins hallucinatoires : Collection de l'art brut, section Neuve Invention, Lausanne (Vaud, Suisse).

Liens externes[modifier | modifier le code]