Marguerite-Thérèse Rouillé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marguerite-Thérèse Rouillé
The Marquise of Noailles in 1698.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Conjoint
Enfant

Marguerite Thérèse Rouillé (1660 - ) fut marquise de Noailles puis duchesse de Richelieu.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marguerite Thérèse est la fille de Jean Rouillé, comte, puis marquis de Meslay, conseiller d'état ordinaire, et de Marie Anne de Comans d'Astric, son épouse. Sa date de naissance est douteuse [1][1].

Le 2 septembre 1718, elle achète à la Maison de La Trémoïlle la principauté de Poix, en Picardie, dont elle entreprend de faire reconstruire le château [2]. Elle la transmet après elle au neveu de son premier époux, Philippe de Noailles, duc de Mouchy.

Premier mariage[modifier | modifier le code]

Le 4 mai 1687, Marguerite Thérèse épouse Jean-François de Noailles dit le marquis de Noailles, fils d'Anne de Noailles, 1er duc de Noailles, et d'Anne Louise Boyer.

Il meurt en Flandres, au camp de Grozeillers, le 23 juin 1699[3] .

De ce mariage, naissent trois filles, toutes mortes sans postérité avant leur mère :

Vers 1698, Nicolas de Largillière peint son portrait en veuve du marquis de Noailles, montrant le portrait de celui-ci et entourée par ses deux filles [4].

Second mariage[modifier | modifier le code]

Devenue veuve, Marguerite Thérèse Rouillé de Meslay, marquise de Noailles, se remarie à Paris, paroisse Saint Sulpice, le 20 mars 1702, avec Armand-Jean de Vignerot du Plessis, duc de Richelieu. Marguerite mit comme condition le mariage à venir entre sa fille aînée et le fils du Duc. Celui-ci objectant la différence d'âge entre les deux enfants, la marquise lui aurait fait cette réponse : "Monsieur le duc, ma fille aînée peut ne pas vivre. Si un malheur venait à la frapper, votre fils épouserait l'autre. La différence d'âge serait moindre".[1]

Né au Havre le 3 octobre 1629, il décède à Paris, paroisse Saint Sulpice, le 10 mai 1715[5]. Ce second mariage reste sans enfant[6].

Marguerite Thérèse Rouillé de Meslay, duchesse de Richelieu, meurt à Paris, paroisse Saint Sulpice, le 27 octobre 1729[7]

Titres successifs[modifier | modifier le code]

  • 1660 - 4 mai 1687 - Mademoiselle de Meslay[8]
  • 4 mai 1687 - 23 juin 1692 Madame la marquise de Noailles.
  • 23 juin 1692 20 mars 1702 Madame la marquise de Noailles douairière.
  • 20 mars 1702 - 21 août 1690 Madame la duchesse de Richelieu.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Pages connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paul Rival, Fantaisies amoureuses du Duc de Richelieu, Paris, Hachette, , 399 p., p. 31
  2. Abbé Delgove, « Poix et ses seigneurs », Mémoires de la Société des Antiquaires de Picardie, tome 25,‎ , p. 504-505
  3. Georges Martin, Histoire et généalogie de la Maison de Noailles, Lyon, l'auteur, , 246 p., p. 48
  4. Dominique Brême, Nicolas de Largillière, peintre du grand siècle. Catalogue d'exposition au Musée Jacquemart-André, Paris, Philéas Fogg, , 192 p. (ISBN 2 914498 12 8), p. 154-155
  5. Christophe Levantal, Ducs et Pairs et duchés-pairies laïques à l'époque moderne (1519-1790), Paris, Maisonneuve & Larose, , 1218 p., p. 863-864
  6. Histoire généalogique et heraldique des Pairs de France, des grands ...'
  7. Christophe Levantal, Ducs et Pairs et duchés-pairies laïques à l'époque moderne (1519-1790), Paris, Maisonneuve & Larose, , 1218 p., p. 863-865
  8. Mémoires ; Additions au Journal de Dangeau: 1721-1723: additions au Journal de Dangeau

[1]

  1. Paul Rival, Fantaisies amoureuses du Duc de Richelieu, Paris, Hachette, , 399 p., p. 30-31