Marguerite-Louise d'Orléans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marguerite d'Orléans.
Marguerite-Louise d'Orléans
Description de cette image, également commentée ci-après
Portrait de Marguerite-Louise d'Orléans en grande-duchesse.

Titre

Grande-duchesse consort de Toscane

16701721
(51 ans)

Prédécesseur Vittoria della Rovere
Successeur Anne-Marie-Françoise de Saxe-Lauenbourg
Biographie
Titulature Grande-duchesse consort de Toscane
Dynastie Maison d'Orléans
Naissance
Blois
Décès (à 76 ans)
Paris
Père Gaston de France
Mère Marguerite de Lorraine
Conjoint Cosme III de Médicis
Enfants Ferdinand de Médicis
Anne-Marie-Louise de Médicis
Jean-Gaston Red crown.png
Religion Catholicisme romain
Description de cette image, également commentée ci-après

Marguerite-Louise d’Orléans, dite Mademoiselle d'Orléans, par son mariage grande-duchesse consort de Toscane, née le à Blois et morte le à Paris, était la fille de Gaston de France, duc d’Orléans dit Monsieur en tant que frère unique du roi Louis XIII et de Marguerite de Lorraine.

Une enfance joyeuse[modifier | modifier le code]

Née après la mort du cardinal de Richelieu et la rentrée en grâce de ses parents, Marguerite-Louise, premier enfant de ce couple héroïque, portait le prénom de sa mère et celui du roi.

Elle eut quatre cadets : Élisabeth (née en 1646), abbesse de Remiremont dès 1648, renonça à son abbaye pour épouser en 1667 le dernier duc de Guise. Françoise-Madeleine née en 1648, qui épousa en 1663 Charles-Emmanuel II de Savoie. Une autre petite sœur naquit en 1650 mais ne survécut pas. En 1652 naquit enfin l'héritier tant désiré par ses parents mais il mourut peu après sa naissance.

Elle était également la demi-sœur de la "Grande Mademoiselle" que son père avait eu d'un premier mariage et qui traitait ses demi-sœurs comme les enfants qu'elle n'avait pas eus.

Un père fantasque[modifier | modifier le code]

Ayant toute sa vie comploté contre la politique – de plus en plus autoritaire – de son frère puis de la régente Anne d'Autriche, Gaston ne put s’empêcher de s’engager – avec sa fille aînée – dans la Fronde.

De nouveau vaincu par le pouvoir royal, de nouveau pardonné en tant que prince du sang, il ne rentra pas pour autant en grâce et se retira en son château de Blois où il mena en compagnie des siens une vie joyeuse.

Marguerite-Louise eut notamment pour compagne de jeu Louise de la Baume le Blanc, qui deviendra, plus tard célèbre sous le nom de Louise de la Vallière. La « Grande Mademoiselle », qui appréciait peu la deuxième épouse de son père, présente celle-ci dans ses mémoires comme une personne mal-aimable attentive seulement à la bonne tenue de ses filles.

Marguerite-Louise était jolie et d’un naturel gai ; ses parents souhaitaient lui faire épouser leur jeune neveu et souverain Louis XIV, mais lors d’une visite de politesse que leur accorda ce dernier, Marguerite-Louise se trouva alitée avec la rougeole. La visite royale fut écourtée et Louis XIV fit un mariage bien plus politique et avantageux en épousant la fille et héritière potentielle du roi d’Espagne.

En 1660, mourut Gaston d’Orléans. La duchesse et ses filles s’installèrent aux palais du Luxembourg, (actuel Sénat). Elle eut à son service le poète Jean de La Fontaine.

Un mariage politique[modifier | modifier le code]

Cosme III de Médicis, époux de Marguerite-Louise et grand-duc de Toscane à partir de 1670.

Marguerite-Louise s’éprit d’un cousin le prince Charles de Lorraine, neveu et héritier du duc régnant qui, profitant d’un des rares moments où sa patrie était en paix avec la France, séjournait à Paris.

Mais la politique du roi ne permit pas aux deux jeunes gens de se marier. Le roi souhaitait limiter l’influence austro-espagnole sur l’Italie et pour ce faire songea à marier ses cousines dans la péninsule.

Marguerite-Louise, fraîche, vive et mondaine, dut épouser à seize ans, en 1661, le grand-duc héritier de Toscane Cosme de Médicis, qui, à dix-neuf ans, était un dévot austère et avare. N’ayant pu retarder son départ, elle se laissa accompagner jusqu’à la frontière de Savoie par le galant Charles de Lorraine.

L’enfer de Florence[modifier | modifier le code]

La vie à Florence fut insupportable à Marguerite-Louise. La ville autrefois si brillante était soumise au fanatisme religieux de son mari qui, par surcroît était un jaloux.

Le couple ne s’entendit pas. Après avoir donné dès 1663 à son mari un fils, Ferdinand, prince de Florence, ils vécurent séparément, la princesse inondant le Louvre le Luxembourg et Rome de ses plaintes.

D’une réconciliation en 1667 naquit la princesse Anne-Marie-Louise, puis en 1671 le prince Jean-Gaston. En 1670, elle était devenue grande-duchesse consort après la mort de son beau-père et la montée sur le trône toscan de son époux sous le nom de Cosme III.

Le retour d’une disgraciée[modifier | modifier le code]

En 1672, mourut la duchesse douairière d’Orléans. Marguerite-Louise demanda la permission de quitter son mari et de s’installer en France. Louis XIV céda trois ans plus tard mais confina sa cousine au couvent de Montmartre qui hébergeait les dames nobles séparées de leur époux.

La grande-duchesse de Toscane mourut en 1721 sans avoir revu son mari qui la suivit dans la mort deux ans plus tard.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :