Margarete Mitscherlich

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Margarete Mitscherlich
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
à GråstenVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata
à Francfort-sur-le-MainVoir et modifier les données sur Wikidata
Enterrement Cimetière principal de FrancfortVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité(s) Allemagne
DanemarkVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint(e) Alexander MitscherlichVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Profession(s) Psychanalyste et écrivainVoir et modifier les données sur Wikidata
Distinction(s) Commandeur de l'ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne (d), médaille Wilhelm Leuschner (d) et Prix Tony Sender (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Margarete Mitscherlich, née le à Gråsten (Danemark), et morte le à Francfort-sur-le-Main, est une psychanalyste allemande.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père est un médecin danois, sa mère est une directrice d'école allemande. Elle a vécu comme enfant dans ces deux pays, étudie dans une école privée germanophone et obtient son abitur à Flensbourg (Danemark). Elle étudie la médecine à l'université de Munich, puis de Heidelberg. Elle se forme à la psychanalyse durant les années 1950, à Heidelberg, Stuttgart et à l'Institut de psychanalyse de Londres, auprès d'Anna Freud et de Melanie Klein[1].

Le Deuil impossible[modifier | modifier le code]

Elle est connue pour avoir écrit en 1967 avec son mari, Alexander Mitscherlich, un livre qui a causé une certaine indignation en Allemagne, Le Deuil impossible (Die Unfähigkeit zu trauern. Grundlagen kollektiven Verhaltens). Cet ouvrage aborde le refus allemand de regarder en face les crimes nazis et son refoulement collectif par les Allemands après la Seconde Guerre mondiale[2]. L'ouvrage est traduit en plusieurs langues.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Le Deuil impossible, Paris, Payot, 1967.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice biographique.
  2. Hans-Martin Lohman, « Mitscherlich, Alexander », p. 1066-1067, in Alain de Mijolla (dir.), Dictionnaire international de la psychanalyse 2. M/Z. Calmann-Lévy, 2002, (ISBN 2-7021-2530-1).