Margaret de Connaught

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Margaret de Connaught
Description de cette image, également commentée ci-après
La princesse Margaret.

Titre

Princesse héritière consort de Suède


(12 ans, 4 mois et 23 jours)

Prédécesseur Victoria de Bade
Successeur Louise Mountbatten
Biographie
Titulature Princesse du Royaume-Uni
Duchesse de Scanie
Dynastie Maison de Saxe-Cobourg-Gotha
Distinctions Ordre royal de Victoria et Albert
Ordre de l'Étoile d'Inde
Très vénérable ordre de Saint-Jean
Nom de naissance Margaret Victoria Charlotte Augusta Norah of Connaught
Naissance
Bagshot Park, Drapeau du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande
Décès (à 38 ans)
Stockholm, Drapeau de la Suède Suède
Sépulture Cimetière royal d'Haga
Père Arthur de Connaught et Strathearn
Mère Louise-Marguerite de Prusse
Conjoint Gustave VI Adolphe de Suède
Enfants Gustave-Adolphe de Suède
Sigvard de Suède
Ingrid de Suède
Bertil de Suède
Carl Johan de Suède
Religion Église d'Angleterre
Luthéranisme suédois

Description de cette image, également commentée ci-après

Margaret de Connaught (en anglais : Margaret of Connaught), née le à Bagshot Park (Royaume-Uni) et morte le à Stockholm (Suède), est une princesse du Royaume-Uni, devenue princesse héritière de Suède. Elle est la grand-mère du roi Charles XVI Gustave de Suède, de la reine Margrethe II de Danemark et de la reine Anne-Marie des Hellènes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et enfance[modifier | modifier le code]

Margaret et sa grand-mère la reine Victoria en mai 1882.

Margaret, surnommée Daisy, naît le à Bagshot Park, dans le Surrey. Son père, le prince Arthur, duc de Connaught et Strathearn, est le fils de la reine Victoria du Royaume-Uni et du prince Albert de Saxe-Cobourg-Gotha. Sa mère, Louise-Marguerite de Prusse est la fille du prince Frédéric-Charles de Prusse et de la princesse Marie-Anne d'Anhalt-Dessau.

Margaret est baptisée le à la chapelle privée du château de Windsor par l'archevêque de Cantorbéry. Ses parrains sont l'empereur allemand Guillaume Ier, son grand-père le prince Frédéric-Charles de Prusse, son arrière-grand-père le prince Charles de Prusse et son oncle le prince de Galles. Ses marraines sont ses grand-mères la reine Victoria du Royaume-Uni et la princesse Marie-Anne d'Anhalt-Dessau, sa tante la Kronprinzessin Victoria du Royaume-Uni, l'impératrice allemande Augusta de Saxe-Weimar-Eisenach, et la duchesse de Cambridge, Augusta de Hesse-Cassel [1].

Avec sa sœur Patricia, elle est demoiselle d'honneur au mariage du prince George et de Mary de Teck le 6 juillet 1893 [2].

Elle est confirmée en la chapelle privée du château de Windsor en mars 1898.

Mariage[modifier | modifier le code]

Lorsque la princesse Margaret a 23 ans et sa sœur cadette Patricia 18, les deux jeunes filles figurent parmi les princesses les plus belles et les plus convoitées d'Europe. Leur oncle, Édouard VII, souhaite que ses nièces épousent un roi ou un prince héritier européen. En janvier 1905, le duc et la duchesse de Connaught se rendent donc au Portugal et sont reçus par le roi Charles Ier et son épouse, Amélie d'Orléans, et leurs fils, les princes Louis-Philippe et Manuel rencontrent les jeunes princesses britanniques. Les Portugais s'attendent alors à ce que l'une des deux sœurs devienne la future reine de Portugal.

La famille poursuit son voyage en Egypte et au Soudan. Au Caire, ils rencontrent le prince Gustave-Adolphe de Suède, petit-fils du roi Oscar II. À l'origine, c'est la sœur de Margaret, Patricia, qui est considérée comme la fiancée idéale pour Gustave-Adolphe ; à son insu, une rencontre est organisée avec les deux sœurs [3]. Gustave-Adolphe et Margaret tombent amoureux au premier regard ; il la demande en mariage lors d'un dîner organisé par Lord Cromer au consulat britannique en Égypte et elle accepte aussitôt. Les parents de Margaret sont très satisfaits de cette union.

Margaret et Gustaf-Adolphe le jour de leur mariage.

Margaret et Gustave-Adolphe se marient le en la chapelle Saint-Georges de Windsor [4]. Les demoiselles d'honneur de la princesse sont ses cousines Victoire-Eugénie de Battenberg et Béatrice de Saxe-Cobourg-Gotha, la princesse Mary du Royaume-Uni, et sa sœur la princesse Patricia. Le couple passe sa lune de miel à Adare Manor dans le comté de Limerick en Irlande, et arrive en Suède le 8 juillet 1905 [5].

Le couple donne naissance à cinq enfants :

Margaret est une mère dévouée et est déterminée à passer du temps avec ses enfants. Elle refuse de les laisser à des nourrices, comme c'est alors la convention [6].

Lorsque le père de Gustave-Adolphe accède au trône le sous le nom de Gustave V, Gustave-Adolphe devint le prince héritier et Margaret la princesse héritière.

Margaret et Gustave-Adolphe avec leurs quatre premiers enfants en 1912.

Le mariage entre Margaret et Gustave-Adolphe est décrit comme un heureux mariage d'amour. Gustave-Adolphe, qui a souffert de la discipline militaire avec laquelle il a été élevé par sa mère, est séduit par les habitudes anglaises de Margaret. L'infante Eulalie d'Espagne écrit que la princesse héritière donne à la cour suédoise "une touche de l'élégance de la cour de Saint-James" et rapporte combien Margaret aime sa vie en Suède [7].

Après son arrivée en Suède, Margaret, qui y est appelée "Margareta", reçoit des cours de suédois qu'elle maîtrise au bout de deux ans, et demande à être éduquée sur l'histoire suédoise et le travail social. Elle est également impatiente d'en savoir plus sur le pays et fait souvent des voyages incognito [8]. Au cours de ses premières années en Suède, Margaret se comporte avec beaucoup de sérieux et est donc considérée comme rigide, mais son image publique change en raison de son grand intérêt pour le sport, où son attitude est plus détendue et naturelle. Margaret s'enthousiasme pour de nombreuses formes de sports ; en hiver, elle pratique le ski, le patinage et le hockey, et joue au tennis et au golf pendant l'été. Elle correspond également avec divers parents.

Margaret dans les années 1910 avec Bertil et Ingrid.

Margaret s'intéresse également à l'art et est une admiratrice des œuvres de Claude Monet [9]. Elle photographe, peint et aime beaucoup le jardinage. Elle et son époux reçoivent le palais de Sofiero en cadeau de mariage, et ils y passent leurs étés pour créer des jardins à l'anglaise sur le domaine ; leurs enfants participent à leur perfectionnement. En 1915, Margaret publie le livre Vår trädgård på Sofiero ("Notre jardin à Sofiero") et deux ans plus tard Från blomstergården ("Du jardin fleuri") illustré de ses propres dessins et photographies, qui sont vendus au profit des écoles et des garderie [10].

Pendant la Première Guerre mondiale, Margaret crée une société de couture pour soutenir la Croix-Rouge. La société appelée Kronprinsessans Centralförråd för landstormsmäns beklädnad och utrustning ("Le stockage central de la princesse héritière pour les vêtements et l'équipement des troupes à domicile"), doit équiper les forces armées suédoises de vêtements appropriés. Lorsque les réserves de paraffine deviennent rares, elle organise une collecte de bougies. En novembre 1917, elle met en place un programme pour former les jeunes filles au travail de la terre. Elle sert également d'intermédiaire pour des proches séparés par la guerre. Avec son aide, des lettres privées et des demandes de recherche d'hommes portés disparus sont transmises. Elle est également très active dans son travail en action des détenus. Elle aide en effet les prisonniers de guerre dans les camps à travers l'Europe, en particulier les ressortissants britanniques. En 1917, Margaret organise la Margaretainsamlingen för de fattiga (« La collecte de fonds Margaret pour les pauvres »). Margaret est pro-britannique, contrairement à l'attitude strictement pro-allemande de sa belle-mère. À la fin de la guerre, lorsque les dernières étapes vers une démocratie complète sont franchies en Suède, l'attitude positive de Margaret à l'égard des réformes contraste avec l'hostilité de ses beaux-parents et influence son mari. Cela aurait apaisé les tensions politiques et préservé la monarchie suédoise [11].

À 2 heures du matin le samedi 1er mai 1920, jour du 70e anniversaire de son père, la princesse héritière meurt subitement à Stockholm d'une septicémie. Quelque temps auparavant, elle avait souffert de la rougeole, qui avait endommagé son oreille, et elle venait de subir une intervention chirurgicale pour retirer une mastoïde. Depuis le dimanche précédent, elle souffre de douleurs au visage à cause de son œil, et les médecins décident d'effectuer une autre intervention. Le jeudi, des symptômes d'érysipèle apparaissent sous son oreille droite. Les symptômes de la septicémie se déclarent le vendredi soir, et elle meurt en quelques heures [12]. Âgée de 38 ans, elle était alors enceinte de huit mois de son sixième enfant. En annonçant sa mort lors des célébrations traditionnelles de la Journée internationale des travailleurs, le Premier ministre Hjalmar Branting déclare : « le rayon de soleil du palais royal de Stockholm s'est éteint » [13],[14].

La princesse Margaret est inhumée selon ses volontés, écrites en 1914. Elle a demandé à être enterrée dans sa robe de mariée et son voile, un crucifix à la main, dans un simple cercueil en chêne anglais et recouvert des drapeaux britannique et suédois. Elle a demandé à ce que son corps ne soit pas exposé après sa mort [15]. Elle repose provisoirement en la cathédrale de Stockholm, puis, comme elle avait exprimé le souhait de ne pas être inhumée à l'intérieur d'une église, elle est la première à être enterrée au cimetière royal d'Haga en 1922.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Titulature[modifier | modifier le code]

  • -  : Son Altesse royale la princesse Margaret de Connaught
  • -  : Son Altesse royale la princesse Margaret de Suède, duchesse de Scanie
  • -  : Son Altesse royale la princesse héritière de Suède

Distinctions[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Court Circular », The Times,‎ , p. 8
  2. « The Duke and Duchess of York and Bridesmaids », National Portrait Gallery
  3. Lars Elgklou (Swedish): Bernadotte. Historien - och historier - om en familj (English: "Bernadotte. The history - and stories - of a family") Askild & Kärnekull Förlag AB, Stockholm 1978. (ISBN 91-7008-882-9).
  4. « Marriage », sur St George's Windsor (consulté le )
  5. « THE ROYAL HONEYMOON », Cheshire Observer,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. Van der Kiste, John, Northern Crowns: The Kings of Modern Scandinavia, (ISBN 9780750911382), p. 77
  7. Van der Kiste, p. 76-77
  8. Van der Kiste, p. 76
  9. Van der Kiste, p. 77
  10. Från blomstergården (From the Flower Garden) a book by Margareta kronprinsessa av Sverige published by Norstedts in 1917
  11. Lars Elgklou, Bernadotte. Historien - och historier - om en familj. Askild & Kärnekull Förlag AB, Stockholm. 1978. (ISBN 91-7008-882-9).
  12. « Crown Princess of Sweden – Death After Short Illness », The Times,‎ , p. 15
  13. John Van der Kiste in Northern Crowns; the Kings of Modern Scandinavia (ISBN 0-7509-1138-7) p 78
  14. Bernadotte, Wieselgren & Ohlmarks in Sveriges hundra konungar, Biblioteksböcker, Stockholm 1956, p. 563
  15. « Princess Margaret's Last Wishes – Wedding Dress as Shroud », The Times,‎ , p. 11

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]