Margaret Trudeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Trudeau.

Margaret Sinclair Trudeau Kemper, née le 10 septembre 1948 à Vancouver en Colombie-Britannique, est une personnalité canadienne, ancienne épouse du premier ministre Pierre Elliott Trudeau et mère de l'actuel premier ministre Justin Trudeau.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est la fille du ministre des Pêcheries James Sinclair et elle étudie à l'université Simon Fraser.

À dix-huit ans, en voyage à Tahiti, elle rencontre Pierre Trudeau, alors ministre de la Justice. De trente ans plus jeune que lui, elle étonne la nation en l'épousant le à Vancouver. Le mariage célébré en secret n'est révélé que quelques jours plus tard[1]. Elle devient catholique comme le souhaite son mari. Ses opinions progressistes et sa jeunesse vigoureuse plaisent aux jeunes gens de l'époque.

Avec Pierre, elle a trois fils : Justin, Alexandre et Michel. Leur relation s'effondre lentement, Margaret a des relations extra-conjugales. Le couple se sépare en 1977. Le soir de l'élection canadienne de 1979, lorsque Trudeau est battu, elle danse dans un club à New York avec le rockeur Mick Jagger. Elle nie toute relation intime avec le chanteur, malgré la rumeur médiatique, dans son autobiographie Beyond Reason[2]. Elle admet par contre ses liaisons avec Ron Wood, Warren Beatty, Leonard Cohen, Ted Kennedy, puis Jack Nicholson, rencontré à Londres pendant le tournage de Shining[3]. Trudeau et elle divorcent finalement en 1984.

Margaret Sinclair se remarie avec l'entrepreneur en immobilier Fred Kemper, avec lequel elle a deux enfants. Loin du regard du public, elle continue à élever ses enfants. Elle est dévastée par la mort de son fils Michel Trudeau dans une avalanche en 1998 au lac Kokanee en Colombie-Britannique. À la mort de Pierre Trudeau en 2000, elle est à ses côtés. Aujourd'hui, elle est la présidente honoraire de WaterCan, un organisme basé à Ottawa qui aide à développer les réserves d'eau dans les pays du tiers-monde.

Arrêtée pour conduite en état d'ivresse, le 30 mai 2004, elle est innocentée par une juge qui invoque la Charte des droits et libertés de son ex-mari pour rejeter les accusations du ministère public. Bien que le taux d'alcool sanguin de Mme Kemper ait été de 0,107 %, soit supérieur à la limite légale, la juge Lise Maisonneuve de la Cour de l'Ontario a souligné qu'elle n'a pas pu contacter son avocat et que sa détention est donc illégale. Ces violations de la charte par le policier ayant effectué l'arrestation compromettraient son droit à un procès juste selon la juge[4],[5]. Souffrant de dépression bipolaire, Margaret reçoit le prix de la Fondation de santé mentale Royal Ottawa en mars 2007[6].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Pierre Elliott Trudeau épouse Margaret Sinclair », Archives, Radio-Canada,‎ (consulté le 31 décembre 2009)
  2. (en) « The Rolling Stones: Canada gets Satisfaction », Archives, CBC,‎ (consulté le 31 décembre 2009)
  3. Margaret Trudeau passe aux aveux, Paris-Match [1]
  4. (fr) « Margaret Trudeau acquittée », Faits divers, LCN,‎ (consulté le 31 décembre 2009)
  5. (fr) David Santerre, « Les Boulanger militent en faveur du 0,05 », Société, Journal de Montréal,‎ (consulté le 31 décembre 2009)
  6. (fr) SRC Ottawa, « Margaret Trudeau honorée », Santé mentale, Radio-Canada,‎ (consulté le 31 décembre 2009)

Liens externes[modifier | modifier le code]