Margaret Maruani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maruani.
Margaret Maruani
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (65 ans)
TunisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Domaine
Directeur de thèse
Distinctions
Prix Helge Pross (d) ()
Médaille d'argent du CNRS ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Margaret Maruani, née le à Tunis (Tunisie), est une sociologue française, directrice de recherche[1] au CNRS. Elle dirige la revue Travail, genre et sociétés depuis sa fondation en 1999 ainsi que le Réseau de recherche international et pluridisciplinaire MAGE "Marché du travail et genre".

Biographie[modifier | modifier le code]

Après son diplôme de second cycle à l'Institut d'études politiques de Paris (1975)[2], Margaret Maruani poursuit en DEA de Sociologie dans le même IEP de Paris (1976). Elle soutient sa thèse de Doctorat de 3e Cycle de Sociologie à l'IEP de Paris en 1978. Sa thèse intitulée "L'expression des problèmes féminins dans les syndicats et à travers les conflits sociaux"[3] a été dirigée par Jean-Daniel Reynaud.

Elle commence sa carrière en 1976 comme allocataire de recherche au CNAM[4], dans le Laboratoire de Sociologie du Travail. Elle y est nommée ensuite Assistante, et en 1983, est devient Chargée de recherche au CNRS, rattachée au laboratoire de sociologie du travail du CNAM.

En 1991, elle passe l'habilitation à diriger des recherches à l'IEP de Paris, sous la direction de Jean-Daniel Reynaud et rejoint le Centre de sociologie urbaine (CSU-CNRS).

En 1992, elle est promue directrice de recherche au CNRS. Trois ans plus tard, elle fonde le groupement de recherche "Marché du travail et genre" MAGE, premier groupement de recherche sur le genre au CNRS. En 1999, elle fonde la revue Travail, genre et sociétés qu'elle dirige depuis lors.

Elle a enseigné plusieurs années à l'université de Genève, comme professeure invitée en 2002 et 2003, puis comme professeure ordinaire et directrice des études genre de 2005 à 2009, et de nouveau comme professeure invitée depuis 2012. En 2006, elle y a créé le Master en Études genre.

Depuis 2010, elle est rattachée au Centre de recherche sur les liens sociaux (Cerlis), laboratoire CNRS-Université Paris Descartes. Elle dirige le MAGE, devenu en 2011 Réseau de recherche international et pluridisciplinaire "Marché du travail et genre" qui rassemble désormais 30 universités et centres de recherche dans 13 pays.

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • Travail et genre dans le monde. L'état des savoirs (dir.), Paris, La Découverte, 2013, 460 p.
  • avec Monique Meron, Un siècle de travail des femmes en France 1901-2011, Paris, La Découverte, 2012, 230 p.
  • avec Helena Hirata et Maria Rosa Lombardi (dir.), Travail et genre. Regards croisés France, Europe, Amérique latine, Paris, La Découverte, coll. "Recherches", 2008, 278 p.
  • Femmes, genre et sociétés. L'état des savoirs (dir.), Paris, La Découverte, 2005, 480 p.
  • avec Jacqueline Laufer et Catherine Marry (dir.), Le travail du genre. Les sciences sociales du travail à l'épreuve des différences de sexe, Paris, La Découverte, Coll. "Recherches", 2003, 362 p.
  • Les mécomptes du chômage, Paris, Bayard, 2002, 159 p.
  • avec Jacqueline Laufer et Catherine Marry (dir.), Masculin-féminin : questions pour les sciences de l'homme, Paris, PUF, 2001, 246 p.
  • Travail et emploi des femmes, Paris, La Découverte, coll. "Repères", 2000, 128 p., (4e éd. actualisée 2011).
  • Les Nouvelles frontières de l'inégalité. Hommes et femmes sur le marché du travail (dir.), Paris, La Découverte, Coll. "Recherches", 1998, 283 p.
  • avec Emmanuèle Reynaud, Sociologie de l'emploi, Paris, La Découverte, Coll. "Repères", 1993, 128 p. (2e éd. actualisée 1999, 3e éd. actualisée 2001, 4e éd. actualisée 2004).
  • avec C. Nicole, Au labeur des dames, métiers masculins, emplois féminins, Paris, Syros, 1989, 192 p.
  • avec E. Reynaud et C. Romani (dir.), La flexibilité en Italie, Paris, Syros, 1989, 317 p.
  • avec A. Borzeix, Le temps des chemises. La grève qu'elles gardent au cœur, Paris, Syros, 1982, 249 p.

Articles (sélection)[modifier | modifier le code]

  • "Grèves de femmes, femmes en grève", Économie et Humanisme, no 244, novembre 1978, p. 25-35.
  • "Syndicalisme au féminin", Économie et Humanisme, no 245, Janvier-Février 1979, p. 38-49.
  • avec Chantal Nicole, "Quelques réserves sur l'armée de réserve", Revue Française des Affaires Sociales, no 2/1985, p. 23-38.
  • avec Chantal Nicole, "Du travail à l'emploi : l'enjeu de la mixité", Sociologie du Travail, no 2/1987, p. 237-250.
  • avec Chantal Nicole, "Le Clavier Enchaîné : la construction de la différence", Interventions Economiques, no 20-21, Hiver 1988, Québec, p. 123-134.
  • "Statut social et modes d'emploi", Revue Française de Sociologie, no 1/1989, p. 31-39.
  • "Les temps modernes de la discrimination", Revue Internationale d'Action Communautaire, no 25/65, 1991, Québec, p. 87-92.
  • "L'emploi féminin à l'ombre du chômage", Actes de la recherche en sciences sociales, décembre 1996, no 115, p. 48-57.
  • "Où est passée l'égalité ?", Mouvements no 9-10, mai-août 2000, p. 67-71.
  • "Activité, précarité, chômage : toujours plus ?", Revue de l'OFCE, no 90, juin-juillet 2004, p. 95-115

Pour une bibliographie complète, voir la présentation de Margaret Maruani sur le site du Mage

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]