Mareth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mareth
Mareth
Centre de Mareth
Administration
Pays Drapeau de la Tunisie Tunisie
Gouvernorat Gabès
Délégation(s) Mareth
Maire Hédi Chaïr (Ennahdha)[1]
Code postal 6080
Démographie
Population 11 678 hab. (2014[2])
Géographie
Coordonnées 33° 37′ 04″ nord, 10° 17′ 10″ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tunisie

Voir la carte administrative de Tunisie
City locator 14.svg
Mareth

Géolocalisation sur la carte : Tunisie

Voir la carte topographique de Tunisie
City locator 14.svg
Mareth

Mareth (arabe : مارث) est une ville de Tunisie située à une quarantaine de kilomètres au sud de Gabès, à mi-distance entre la côte du golfe de Gabès et les monts de Matmata.

Démographie[modifier | modifier le code]

Rattachée administrativement au gouvernorat de Gabès, elle constitue une municipalité de 11 678 habitants et le chef-lieu d'une délégation de 63 122 habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

C'est une oasis dont le périmètre rejoint l'oasis de Zarat, le tiers de sa population active vivant de l'agriculture. Mareth a également été un important foyer d'émigration vers la France, qui se traduit notamment par la présence d'une communauté marethienne dans la ville de Cassis[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Elle est surtout connue par sa célèbre ligne de défense, la ligne Mareth, construite par les Français à partir de 1936, au temps du protectorat français, visant à protéger la région d'une attaque italienne. En 1943, durant la campagne de Tunisie, la ligne Mareth, tenue par les Allemands de l'Afrika Korps, arrête l'attaque frontale de la 8e armée britannique qui doit la contourner en mars, contraignant les Allemands à battre en retraite. Le musée militaire installé sur la route en direction de Médenine commémore d'ailleurs cette bataille.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Tunisie – Municipales 2018 : des nouveaux Conseils municipaux installés », sur directinfo.webmanagercenter.com, (consulté le 8 juillet 2018)
  2. (ar) « Populations, logements et ménages par unités administratives et milieux » [PDF], sur census.ins.tn (consulté le 19 novembre 2017)
  3. Denis Peiron, « De Mareth à Cassis, un bidonville de tôles et de souvenirs », La Croix, 8 juin 2005

Lien externe[modifier | modifier le code]