Marennes-Hiers-Brouage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marennes-Hiers-Brouage
Marennes-Hiers-Brouage
Vue aérienne de Marennes avec l'église Saint-Pierre et les places de Verdun et Chasseloup-Laubat.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Rochefort
Intercommunalité Communauté de communes du Bassin de Marennes
(siège)
Maire
Mandat
Claude Balloteau
2020-2026
Code postal 17320
Code commune 17219
Démographie
Population
municipale
6 203 hab. (2020)
Densité 121 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 49′ 21″ nord, 1° 06′ 19″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 21 m
Superficie 51,44 km2
Unité urbaine Marennes-Hiers-Brouage
(ville-centre)
Aire d'attraction Marennes-Hiers-Brouage
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton de Marennes (bureau centralisateur)
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marennes-Hiers-Brouage
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marennes-Hiers-Brouage
Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Marennes-Hiers-Brouage
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Marennes-Hiers-Brouage

Marennes-Hiers-Brouage [maʁɛn jɛʁs bʁuaʒ] est une commune nouvelle du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente-Maritime en région Nouvelle-Aquitaine, créée le . Elle résulte de la fusion des anciennes communes de Marennes et de Hiers-Brouage[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Marennes-Hiers-Brouage est une commune urbaine[Note 1],[3]. Elle fait en effet partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de Marennes-Hiers-Brouage, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[6] et 9 706 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Marennes-Hiers-Brouage, dont elle est la commune-centre[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 3 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[9],[10].

La commune, bordée par l'océan Atlantique, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[11]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[12],[13].

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Marennes-Hiers-Brouage est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), inondations, mouvements de terrains et séisme (sismicité modérée). Il est également exposé à un risque technologique, le transport de matières dangereuses[14]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[15].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du territoire à risques importants d'inondation (TRI) du littoral charentais-maritime, regroupant 40 communes concernées par un risque de submersion marine de la zone côtière, un des 21 TRI qui ont été arrêtés fin 2012 sur le bassin Adour-Garonne et confirmé en 2018 lors du second cycle de la Directive inondation, mais annulé en 2020[16]. Les submersions marines les plus marquantes des XXe et XXIe siècles antérieures à 2019 sont celles liées à la tempête du , à la tempête du , aux tempêtes Lothar et Martin des 26 et et à la tempête Xynthia des 27 et . D’une violence exceptionnelle, la tempête Xynthia a fortement endommagé le littoral de la Charente Maritime : douze personnes ont perdu la vie (essentiellement par noyade), des centaines de familles ont dû être relogées, et, sur un linéaire de l’ordre de 400 km de côte et de 225 km de défenses contre la mer, environ la moitié de ces ouvrages a subi des dommages plus ou moins importants. C’est environ 5 000 à 6 000 bâtiments qui ont été submergés et 40 000 ha de terres agricoles[17]. La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982, 1999 et 2010[18],[14].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Marennes-Hiers-Brouage.

Les mouvements de terrains susceptibles de se produire sur la commune sont des tassements différentiels[19].

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. 86,3 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (54,2 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 3 418 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 943 sont en en aléa moyen ou fort, soit 28 %, à comparer aux 57 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[20],[21].

Par ailleurs, afin de mieux appréhender le risque d’affaissement de terrain, l'inventaire national des cavités souterraines permet de localiser celles situées sur la commune[22].

Concernant les mouvements de terrains, la commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par la sécheresse en 1989, 1991, 2003, 2005, 2011 et 2018 et par des mouvements de terrain en 1999 et 2010[14].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

Le risque de transport de matières dangereuses sur la commune est lié à sa traversée par une ou des infrastructures routières ou ferroviaires importantes ou la présence d'une canalisation de transport d'hydrocarbures. Un accident se produisant sur de telles infrastructures est susceptible d’avoir des effets graves sur les biens, les personnes ou l'environnement, selon la nature du matériau transporté. Des dispositions d’urbanisme peuvent être préconisées en conséquence[23].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Marennes[modifier | modifier le code]

Les mentions anciennes de la localité sont : loco qui dicitur Maritimus en 1047[24], Petro de Maremnia, Johanne de Maremnia v.1130, locus qui dicitur Maritimus 1141[24], ecclesiam Sancti Saturni cum terra que dicitur Maremnia en 1153[24], priorissa de Marennia en 1171[24], Marennia en 1184[25], de Maremnia en 1220[24], terris, pratis et paludibus quisdam in Maremnia, in Marempnia en 1246[24], Saint Saturnin en Marempne en 1267[25], in Marempnia 1315[26], Marempina en 1374[27]

E. Nègre propose comme étymologie que Marennes est en langue d'oïl "(un terrain) en bord de mer > un marais situé près de la mer"[25]. Comme le montre la première occurrence en 1047, il dériverait du croisement entre lat. maritimus "rivage de mer" et marinus "de mer, détrempé, salé?", de sens voisins.

La ville tire son nom de l'ancienne presqu'île qui s'étendait à l'époque romaine du Chapus jusqu'au Gua, enserrée entre les golfes de Brouage et de la Seudre. Cette presqu'île se nommait Terra Maritimensis[28], désignant une terre entourée par la mer. Les environs de Marennes furent également connus comme Pagus Maritimensis[28], le pays de la mer[29].

Au Moyen Âge, la ville se nommait Saint-Pierre-de-Sales, Marennes étant le nom de la région Le pays de Marennes. Par la suite, Marennes devint également le nom de sa capitale.

Hiers[modifier | modifier le code]

Brouage[modifier | modifier le code]

La Brouage était le nom d'un ancien bras de mer issu du comblement progressif de l'ancien golfe des Santons. Longtemps ouvert à la navigation, il s'étendait jusqu'à l'ancienne ville et châtellenie de Broue, dont seuls témoignent les ruines du donjon médiéval, la tour de Broue. L'accentuation du phénomène d'envasement conduisit à la transformation du bras de mer en marais-gâts, provoquant par là même la ruine de la place forte.

Le terme broue désigne également la vase bleutée que découvre la mer.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune naît de la fusion entre de Marennes et Hiers-Brouage qui est actée par un arrêté préfectoral du [1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des communes déléguées
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Marennes
(siège)
17219 CC du Bassin de Marennes 20,09 5 647 (2016) 281
Hiers-Brouage 17189 CC du Bassin de Marennes 31,35 626 (2016) 20

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
7 janvier 2019[30] 23 octobre 2020 Mickaël Vallet PS Secrétaire des affaires étrangères en service détaché
Conseiller départemental du canton de Marennes (2015 → )
Président du Pays Marennes-Oléron (2008 → )
Maire de Marennes (2008 → 2018)
Réélu pour le mandat 2020-2026[31]
23 octobre 2020[32] En cours Claude Balloteau DVG Institutrice retraitée
Maire déléguée de Marennes (2020 → )

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis sa création.

En 2020, la commune comptait 6 203 habitants[Note 3].

Évolution de la population  [ modifier ]
2016 2017 2018 2019 2020
6 2736 2526 2506 2346 203
(Sources : Insee à partir de 2016[33].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Le culte protestant se célèbre au Temple protestant de l'Église Unie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Fabrice Rigoulet-Roze, « Arrêté préfectoral du 27 novembre 2018 portant création de la commune nouvelle Marennes-Hiers-Brouage », Recueil des actes administratifs spécial n°17-2018-023,‎ , p. 74-77 (lire en ligne [PDF])
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Unité urbaine 2020 de Marennes-Hiers-Brouage », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  12. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. a b et c « Les risques près de chez moi - commune de Marennes-Hiers-Brouage », sur Géorisques (consulté le )
  15. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le )
  16. « Un approfondissement des connaissances sur ces priorités : la cartographie des risques sur les TRI », sur www.occitanie.developpement-durable.gouv.fr (consulté le )
  17. « cartographie des risques d'inondations du TRI du littoral charentais-maritime », sur webissimo.developpement-durable.gouv.fr (consulté le )
  18. « Dossier départemental des risques majeurs de la Charente-Maritime », sur www.charente-maritime.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque inondation.
  19. « Dossier départemental des risques majeurs de la Charente-Maritime », sur www.charente-maritime.gouv.fr (consulté le ), chapitre Mouvements de terrain.
  20. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  21. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le )
  22. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune de Marennes-Hiers-Brouage », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le )
  23. « Dossier départemental des risques majeurs de la Charente-Maritime », sur www.charente-maritime.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque transport de matières dangereuses.
  24. a b c d e et f GRASLIER (abbé Th.) abbaye saint-Etienne-de-Vau, Cartulaires inédits de la Saintonge (1871), t. 1, p.17, 20, 83, 135, 172, 179.
  25. a b et c NEGRE (E.) Toponymie générale de la France (1996), t. 2, p. 1110.
  26. CARTE (Th.)Catalogue des rolles gascons, normans et françois conservés dans ... (1743), t. 1, p. 49.
  27. Ordonnances des roys de France de la troisième race, (1741), t. 6, p. 77
  28. a et b « Origines | Site officiel de la mairie de Marennes », sur www.marennes.fr, (consulté le )
  29. Site de Marennes-Île d'Oléron
  30. « Mickaël Vallet élu maire de Marennes-Hiers-Brouage », sur demoisellefm.com,
  31. Daniel Feixes, « Mickaël Vallet réélu président de la CdC », Sud Ouest édition Dordogne/Lot-et-Garonne, , p. 23.
  32. « Marennes-Hiers-Brouage : Claude Balloteau, une femme élue maire de la capitale de l'ostréiculture », sur France 3 Nouvelle-Aquitaine,
  33. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.