Mare Imbrium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la Lune image illustrant la géologie
Cet article est une ébauche concernant la Lune et la géologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Carte montrant la position de Mare Imbrium
Mare Imbrium

Mare Imbrium, aussi appelée la mer des Pluies d'après la traduction du nom latin, est une mare (mer lunaire) située sur la face visible de la Lune. Mare Imbrium s'est formée à la suite du remplissage par de la lave liquide d'un cratère d'impact géant préexistant.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

D'un diamètre de 1 123 km, Mare Imbrium est la deuxième mer par sa superficie, après Oceanus Procellarum. Elle est la plus grande mer associée à un bassin d'impact.

C:Plato G:Archimedes N:Copernicus

Le bassin Imbrium est entouré de trois anneaux montagneux concentriques. Le plus externe d'entre eux culmine à 7 km et a un diamètre de 1 300 km. Il se compose de plusieurs chaînes : Montes Carpatus au Sud-Ouest, Montes Apenninus au Sud-Est, et Montes Caucasus à l'Est. Les directions Nord et Ouest sont plus modestes en termes d'altitude. L'anneau montagneux intermédiaire est formé de Montes Alpes bien visibles au Nord, la petite chaîne montagneuse des Montes Spitzbergen à l'Est, des cratères Archimedes et Platon appelé le « grand lac noir » par Johannes Hevelius, des Montes Jura entourant le Sinus Iridum à l'ouest. L'anneau intérieur, d'un diamètre de 600 km, a été largement englouti par le basalte, ne laissant apparaître au-dessus de la mer que quelques collines basses, Mons Pico, Montes Teneriffe et Montes Recti étant les sommets vestiges de cet anneau[1].

Vue de Mare Imbrium et des cratères Copernicus (haut) et Pytheas (centre)

Le bassin Imbrium est entouré d'une région tapissée d'éjecta, sur environ 800 km de distance, formant les plaines imbriennes de la Formation géologique Fra Mauro étudiée géologiquement par la mission Apollo 14. Une région au relief tourmenté se trouve aux antipodes de Mare Imbrium. Elle a été probablement modifiée par les ondes sismiques s'y focalisant peu après l'impact originel.

Origine[modifier | modifier le code]

Le bassin Imbrium est attribué à l'impact d'un objet de taille importante, il y a plus de 4,3 milliards d'années (Ga). Le caractère allongé de plusieurs structures associées au bassin (cratères secondaires, notamment) atteste d'un impact oblique[2],[3], avec un angle d'incidence d'environ 30°.

Les structures liées à l'impact n'étant pas toutes de disposition radiale autour du bassin, une origine endogène ou structurale a aussi été proposée[4],[5]. Une nouvelle analyse structurale associée aux simulations expérimentales et numériques (et prenant en compte les éléments non-radiaux) conforte l'hypothèse d'un impact oblique et attribuent à l'impacteur la masse d'une proto-planète (avec un diamètre d'environ la moitié de celui de Vesta)[6].

Exploration spatiale[modifier | modifier le code]

La sonde Luna 17 s’est posée dans Mare Imbrium et y a déposé le robot motorisé Lunokhod 1. La mission habitée Apollo 15 s'y est également posée, dans sa partie sud-ouest, près des Apennins.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bernard Nomblot, « Promenades sur la Lune : la pleine Lune », émission Ciel & Espace radio, 3 juin 2012
  2. (en) G. K. Gilbert, « The Moon’s face: a study of the origin of its features », Science, vol. 21,‎ , p. 305-307
  3. (en) R. B. Baldwin, The Measure of the Moon, University of Chicago Press,
  4. (en) W. K. Hartmann, « Radial structures surrounding lunar basins, I: the Imbrium System », Communications of the Lunar and Planetary Laboratory, vol. 2,‎ , p. 1-16
  5. (en) R. G. Strom, « Analysis of lunar lineaments, I: tectonic maps of the Moon », Communications of the Lunar and Planetary Laboratory, vol. 2,‎ , p. 205-216
  6. (en) Peter H. Schultz et David A. Crawford, « Origin and implications of non-radial Imbrium Sculpture on the Moon », Nature, vol. 535,‎ , p. 391-394 (DOI 10.1038/nature18278)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]