Marcus Valerius Messalla (consul en -32)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Valerius Messalla.

Marcus Valerius Messalla est un sénateur romain de la fin de la République romaine qui devient consul suffect en 32 av. J.-C.

Famille[modifier | modifier le code]

Il est très probablement le fils de Marcus Valerius Messalla Rufus, consul de 53 av. J.-C.[1],[2]

Potitus Valerius Messalla, consul suffect en 29 av. J.-C., est probablement son frère alors que Marcus Valerius Messalla Corvinus, consul en 31 av. J.-C., serait son cousin.

Il ne semble pas avoir eu de fils biologique. Par conséquent, il adopte probablement Marcus Valerius Messalla Appianus, qui est peut-être le fils d'Appius Claudius Pulcher, consul en 38 av. J.-C.[3]

Biographie[modifier | modifier le code]

En 53 av. J.-C., il est nommé triumvir Monetalis, c'est-à-dire membre du collège des trois magistrats officiels chargés de superviser la frappe de pièces de monnaie romaine[4].

Il ne prend a priori pas part dans les guerres civiles et les bouleversements politiques du second triumvirat. Il est nommé consul suffect en 32 av. J.-C. avec Lucius Cornelius Cinna après le départ des deux consuls éponymes Caius Sosius et Domitius Ahenobarbus, partisans d'Antoine, qui le rejoignent à Éphèse au début de la dernière Guerre civile de la République romaine[5],[6]. Rien d'autre n'est connu de sa carrière après son consulat.

Il est peut-être le Marcus Valerius patron de la ville de Mallus, en Cilicie[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ronald Syme, Augustan Aristocracy, 1986, p. 30.
  2. T. Robert S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic, 1986, vol. III, p. 213.
  3. Ronald Syme, Augustan Aristocracy, 1986, p. 147.
  4. Ronald Syme, Augustan Aristocracy, 1986, p. 228.
  5. T. Robert S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic, Vol II, 1952, p. 417.
  6. Ronald Syme, Augustan Aristocracy, 1986, p. 279.
  7. Ronald Syme, Augustan Aristocracy, 1986, p. 211.