Marcillac-Saint-Quentin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marcillac et Saint-Quentin (homonymie).

Marcillac-Saint-Quentin
Marcillac-Saint-Quentin
Une ruelle du village de Marcillac.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Sarlat-la-Canéda
Canton Sarlat-la-Canéda
Intercommunalité Communauté de communes Sarlat-Périgord noir
Maire
Mandat
Jean-Pierre Doursat
2014-2020
Code postal 24200
Code commune 24252
Démographie
Population
municipale
781 hab. (2016 en diminution de 3,58 % par rapport à 2011)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 57′ 05″ nord, 1° 12′ 50″ est
Altitude Min. 121 m
Max. 327 m
Superficie 16,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Marcillac-Saint-Quentin

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Marcillac-Saint-Quentin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marcillac-Saint-Quentin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marcillac-Saint-Quentin

Marcillac-Saint-Quentin est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Comprise dans l'aire urbaine de Sarlat-la-Canéda, la commune de Marcillac-Saint-Quentin se trouve en Périgord noir, dans le quart sud-est du département de la Dordogne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Marcillac-Saint-Quentin
La Chapelle-Aubareil Saint-Geniès
Tamniès Marcillac-Saint-Quentin Saint-Crépin-et-Carlucet
Sarlat-la-Canéda Proissans

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune porte le nom de Marcilhac e Sent Quentin[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1944, deux jeunes appartenant au groupement 36 des Chantiers de la jeunesse, sont tués sous le feu allemand dans la commune[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

Les communes de Marcillac et de Saint-Quentin ont, dès 1790, été rattachées au canton de Marquay qui dépendait du district de Sarlat jusqu'en 1795, date de suppression des districts. Lorsque ce canton est supprimé par la loi du 8 pluviôse an IX () portant sur la « réduction du nombre de justices de paix », les deux communes sont rattachées au canton de Sarlat (devenu canton de Sarlat-la-Canéda en 1965) dépendant de l'arrondissement de Sarlat (devenu l'arrondissement de Sarlat-la-Canéda en 1965)[3].

En 1827, les communes de Marcillac et de Saint-Quentin fusionnent sous le nom de Marcillac-Saint-Quentin.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2002, Marcillac-Saint-Quentin intègre la communauté de communes du Sarladais. Celle-ci est dissoute au 31 décembre 2010 et remplacée au 1er janvier 2011 par la communauté de communes du Périgord noir, renommée quelques mois plus tard en communauté de communes Sarlat-Périgord noir.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie de Marcillac-Saint-Quentin.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1945 1974 André Dubois    
1974[4] (réélu en mars 2014) En cours Jean-Pierre Doursat PS Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

Démographie de Saint-Quentin[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1827, les communes de Marcillac et de Saint-Quentin étaient indépendantes.

Évolution de la population
de Saint-Quentin
1793 1800 1806 1821
498435457480
(Source : Ldh/EHESS/Cassini[5])

Démographie de Marcillac, puis de Marcillac-Saint-Quentin[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7].

En 2016, la commune comptait 781 habitants[Note 1], en diminution de 3,58 % par rapport à 2011 (Dordogne : -0,09 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
12097117112575603479450628
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
650686641654576616633628597
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
567586580486477445442438412
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
378406407454598664728791775
2016 - - - - - - - -
781--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015[9], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 392 personnes, soit 50,8 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (quarante-cinq) est resté stable par rapport à 2010 et le taux de chômage de cette population active s'établit à 11,5 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte 82 établissements[10], dont trente-cinq au niveau des commerces, transports ou services, dix-huit dans la construction, dix-huit dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, sept dans l'industrie, et quatre relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale[11].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 10 mars 2014.
  2. Francis Boddart, Les chantiers de la jeunesse et la Dordogne, 1940-1944 : de la révolution nationale à la production industrielle, Périgueux, IFIE Éditions Périgord, , 342 p. (ISBN 978-2-916265-18-6), p. 276.
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 21 août 2014.
  5. « Notice communale de Saint-Quentin », sur Ldh/EHESS/Cassini (consulté le 12 mars 2013).
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. Dossier complet - Commune de Marcillac-Saint-Quentin (24252) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 28 novembre 2018.
  10. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 28 novembre 2018).
  11. Dossier complet - Commune de Marcillac-Saint-Quentin (24252) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 28 novembre 2018.
  12. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X), p. 22, 167.
  13. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X), p. 155.
  14. a et b Abbé Carles, Dictionnaire des paroisses du Périgord, éditions du Roc de Bourzac, Bayac, 2004, (réédition à l'identique de celle de 1884 : Les titulaires et patrons du diocèse de Périgueux et de Sarlat), (ISBN 2-87624-125-0), p. 89.