Marche nordique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La marche nordique (en anglais : nordic walking, en finnois : sauvakävely), est un sport de plein air qui consiste en une marche accélérée avec des bâtons de marche spécifiques, généralement en matériau composite. Ce sport, extrêmement populaire dans les pays scandinaves, se pratique été comme hiver. Dérivée du ski de fond, la marche nordique est différente de la marche athlétique en raison de l'utilisation des bâtons et par le fait que le marcheur ne peut pas être disqualifié pour jambe non tendue.

Les séances de marche nordique durent généralement de une à deux heures de marche, précédée d'échauffements gymniques et suivie d'étirements. Majoritairement pratiquée en activités de loisir, la marche nordique possède néanmoins des compétitions sportives. En France, ce sport est rattaché à la Fédération française d'athlétisme qui a lancé, depuis septembre 2014, le Marche Nordique tour.

Histoire[modifier | modifier le code]

Naissance en Finlande[modifier | modifier le code]

Vue latérale d'un marcheur nordique en cours d'effort. Démonstration de Marko Kantaneva.

La création originelle de la marche nordique date des années 1920[1]. Durant la décennie suivante, elle est principalement utilisée en Finlande. Les skieurs de fond finlandais s'en servent en temps que mode d'entrainement hors saison lorsqu'il n'y a pas de neige[1].

Les précurseurs finlandais de la discipline sont Leena Jääskeläinen et Mauri Repo. La première, enseignante à la Faculté d'éducation physique de l'Université de Jyväskylä à Helsinki, introduit en 1966 des sessions de marche nordique dans ses cours et vante ses mérites par rapport à la marche classique. Le second, professeur de ski finlandais, publie Hiihdon lajiosa en 1979 qui contient des méthodes d'entrainement hors saison pour le ski de fond proches de la marche nordique moderne[1],[2].

En 1997, Marko Kantaneva, professeur de sport finlandais, publie son livre Sauvakävely sur une méthode de marche avec bâtons ainsi que des exercices de préparation physique[1],[3]. Durant la même année, pour pallier le manque de neige, la fédération finlandaise de ski organise la première compétition de marche nordique[1].

La discipline connaît une importante croissance dans le pays et en 2000, on dénombre un million de pratiquants, soit une personne sur six. La même année, en Finlande, Aki Karihtala fonde l'International Nordic Walking Association (INWA) une organisation internationale qui a pour but de promouvoir et développer la pratique de la marche nordique[1].

Pratique en France[modifier | modifier le code]

Dès ses débuts en France, la marche nordique a bénéficié de contributions de la fédération française d'athlétisme (FFA). En 2009, cette dernière obtient la délégation ministérielle pour cette discipline sportive. La FFA est chargée de la promotion, de la formation, l'encadrement et de la réglementation en compétition[1],[4]. Au début des années 2010, 400 clubs proposent cette activité et ils regroupent 18 000 pratiquants licenciés athlé santé loisir[1]. La première édition de l'Euro Nordic Walk Vercors, rassemblement européen de marche nordique, a lieu dans la commune de Villard-de-Lans en 2013[1]. Depuis cette date, ce rassemblement se déroule chaque année en juin dans le massif du Vercors[5]. En 2015, ce sont désormais 700 clubs et 25 000 licenciés qui sont dénombrés[1]. Cette même année, la FFA lance le premier championnat de France de marche nordique[6].

Arja Jalkanen-Meyer, finlandaise installée en France et consultante auprès de la FFA sur la marche nordique, qualifie cette discipline de "nouveau jogging" en raison du succès croisant dans le pays[7]. Des études sociologiques relient cette forme de marche à des pratiques de course hors stade et constate que son succès rappelle celui du trail. Les deux sports possèdent d'ailleurs de nombreux points communs : même affiliation fédérale, même forme institutionnelle de pratique (entraînement, forme, effort, goût des rassemblements). La tenue vestimentaire portée par les marcheurs nordiques se rapproche des coureurs à pied et surtout des traileurs. Ces derniers utilisent également parfois des bâtons. Les épreuves de marche nordique avec classements, podiums et remises de prix sont souvent organisées de manière conjointe avec des trails[8].

Equipement[modifier | modifier le code]

Système coulissant pour passer du mode pointe à celui avec pad.
Poignée d'un bâton de marche nordique.

Les bâtons de marche nordique peuvent être de deux types : monobrin ou multibrins. Les premiers possèdent une tige d'une seul tenant et sont disponibles en plusieurs tailles. Composés de deux ou trois brins, les seconds sont télescopiques et réglables en verrouillage par torsion. Les batôns monobrins sont en général plus solides et plus légers. Ceux multibrins sont plus facilement transportables[9].

En moyenne la taille des bâtons s'obtient en multipliant la taille du pratiquant par 0,7 ou en soustrayant 50 cm. En cas d'entre deux, des bâtons plus courts sont conseillés pour une marche tranquille tandis qu'une taille supérieure convient mieux pour une allure plus soutenue[10].

Les bâtons peuvent être composés de fibres de verre, aluminium ou fibres de carbone. Les matériaux composites sont conseillés par rapport à l'aluminium plus robuste qui est remis en cause pour sa non absorption des torsions et des vibrations. Ces dernières seraient transmises intégralement aux articulations des coudes et des épaules. La fibre de verre tend à être délaissée au profit de la fibre de carbone plus résistante[9],[10].

Les pointes des bâtons sont en métal durci. Idéales pour les sentiers et la plupart des environnements naturels, elles doivent être protégées par des pads en caoutchouc sur les terrains durs tel que la route. Les pads peuvent être amovibles ou intégrés au bâtons. Les premiers peuvent être facilement perdus. Les seconds s'actionnent avec un système coulissant qui peut se bloquer à cause de la boue[9],[11].

Un bâton de marche nordique est muni d'une dragonne et d'un gantelet pour permettre son lâchage puis rattrapage. Ils sont indispensable pour assurer la propulsion vers l'arrière et le retour de la poignée dans la paume lors du mouvement de bras vers l'avant. Pour des raisons pratiques, certains modèles de bâtons ont des gantelets clipsables[9].

Concernant les chaussures, celles de marche à pied, de jogging, de trail ou de trekking conviennent à la discipline[12]. Elles doivent être légères, résistantes et aérées[13]. Certains équipementiers sportifs peuvent proposer des chaussures spécifiques à la marche nordique[12].

Effets sur l'organisme[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Groupe de marcheuses en Angleterre.

La marche nordique est un sport d'endurance[14] efficace pour :

  • le bien-être physique (sentiment de mouvement naturel) et mental (contre le stress) ;
  • le fitness en plein air (la nature comme centre de mise en forme), dans des lieux et des terrains différents, avec un aspect de découverte.

Souvent pratiquée en groupe, la marche nordique comporte aussi un aspect relationnel et social important.

Elle permet d'améliorer la respiration, le système cardio-vasculaire et l'amplitude pulmonaire et de tonifier la chaîne musculaire de l'ensemble du corps : épaules, pectoraux, abdominaux, bras, dos, cuisses et jambes ; c'est un sport complet et équilibré pouvant être pratiqué à tout âge[15],[16]. Elle présente en outre des avantages pour :

Elle constitue une base d'entraînement pour différents sports tels que la randonnée pédestre, la raquette à neige, le ski de fond (85 % des muscles sont entraînés) et elle peut être complémentaire à d'autres sports.

Du point de vue énergétique, la marche nordique permet de brûler en moyenne 400 calories par heure contre 280 calories pour la marche normale. Ainsi elle est de 40 à 50 % plus efficace que la randonnée pédestre. En revanche, elle est plus douce que le footing et le jogging ; du fait d'une réduction des charges sur les articulations du dos, des genoux, chevilles et des pieds, elle provoque moins de douleurs articulaires.

Formations en France[modifier | modifier le code]

Seule à posséder la délégation qui permet de délivrer des formations officielles, la fédération française d'athlétisme (FFA) en propose deux types :

  • la formation "Coach Athlé Santé" qui permet à un professionnel du sport d'encadrer la marche nordique, l'accompagnement running, la condition physique et la remise en forme. Les personnes formées sont en général en poste dans des clubs d'athlétisme labellisés[17],[18],[19].
  • la formation "Moniteur Marche Nordique" qui possède deux niveaux, permet aux professionnels du sport de se spécialiser en marche nordique et de l'enseigner dans leur association[17],[19],[20].

La fédération française sports pour tous et la fédération française d'éducation physique et de gymnastique volontaire, forment elles aussi, par l'intermédiaire de la FFA, des animateurs de marche nordique[17]. D'autres associations ou organismes français proposent des formations non officielles. La fédération de Nordic Walking propose une formation pour devenir moniteur de marche nordique avec trois niveaux : initiateur, animateur et instructeur. La compagnie des moniteurs de marche nordique propose une formation adaptée aux terrains de moyennes montagnes où sont proposées des techniques de descente et de montée adaptée à ce type de terrain[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i et j Bernard et Sordello 2017, p. 8-10
  2. (en) Pedro Pérez-Soriano, Alberto Encarnación-Martínez, Inmaculada Aparicio-Aparicio, José Vicente Giménez, Salvador Llana-Belloch (2014), Nordic walking: a systematic review, vol.33, European Journal of Human Movement
  3. La marche c'est la vie !, p.43
  4. La marche nordique sur athle.fr
  5. Euro Nordic Walk Vercors sur athle.fr
  6. Bénévent Tosseri, Les premiers pas de la marche nordique en compétition
  7. Arja Jalkanen-Meyer (2013), Marche nordique: tout le Nordic Walking du débutant au confirmé, Nuümik, 9782953385366, 157 pages.
  8. Romain Lepillé, Barbara Evrard, Michel Bussi, Damien Féménias, "Formes de marche et immersions dans la nature : ressourcements et dépaysements dans les forêts urbaines", Journal Loisir et Société, volume 40, 2017, pages 113-136
  9. a b c et d Bernard et Sordello 2017, p. 72-74
  10. a et b Conseil du mois Marche Nordique : Choisissez les bâtons adaptés à votre pratique sur athle.fr
  11. Rey 2014, p. 9
  12. a et b Béatrix Pfister (2013), "Votre santé par le Nordic Walking", Jouvence Santé, 240 pages
  13. Didier Pereira (2013), Organiser un évènement sport - santé - bien-être, 162 pages
  14. « Marche nordique: ce qu'il faut savoir avant de se lancer », LExpress.fr,‎ (lire en ligne)
  15. (en) Garber CE, Blissmer B, Deschenes MR, Franklin BA, Lamonte MJ, Lee IM, Nieman DC, Swain DP; American College of Sports Medicine, « American College of Sports Medicine position stand. Quantity and quality of exercise for developing and maintaining cardiorespiratory, musculoskeletal, and neuromotor fitness in apparently healthy adults: guidance for prescribing exercise », Med Sci Sports Exerc, vol. 43, no 7,‎ , p. 1334-59. (PMID 21694556, DOI 10.1249/MSS.0b013e318213fefb) modifier
  16. (en) Takeshima N, Islam MM, Rogers ME, Rogers NL, Sengoku N, Koizumi D, Kitabayashi Y, Imai A, Naruse A, « Effects of nordic walking compared to conventional walking and band-based resistance exercise on fitness in older adults », J Sports Sci Med, vol. 12, no 3,‎ , p. 422-30. (PMID 24149147, PMCID PMC3772584, lire en ligne [html]) modifier
  17. a b c et d Rey 2014, p. 4
  18. Qu’est ce qu’un Coach Athlé Santé ? sur athle.fr
  19. a et b La Filière Fédérale : Filière Athlé Santé sur athle.fr
  20. Présentation Formation Marche Nordique [PDF] sur athle.fr

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]