Marcello De Angelis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marcello De Angelis
Marcello de angelis jpeg.jpg
Fonctions
Député de la République italienne
Sénateur italien
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (60 ans)
RomeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Fratrie
Autres informations
Parti politique

Marcello De Angelis (né le à Rome) est un journaliste et homme politique italien. Il est aussi le chanteur du groupe 270bis, groupe de rock identitaire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père était un décorateur pour Rai, son grand-père était le chanteur d'opéra Nazzareno De Angelis, son frère Nanni De Angelis nb était un militant d'extrême droite du groupe Terza Posizione.

Son militantisme politique a commencé au lycée. Après avoir milité dans le Front de la jeunesse, il quitte la même année où il entra (1974).

Extraparlementaire[modifier | modifier le code]

En 1977, avec son frère aîné Nazareno (« Nanni »), il rejoint Lotta Studentesca, dont est né, en 1978, Terza Posizione. Puis son frère Nanni est décédé dans la prison de Rebibbia le , dans des circonstances encore floues.

Après le massacre de Bologne en 1980, Terza Posizione est interdite. Certains dirigeants du mouvement font l'objet de mandats d'arrêt pour association subversive avec un groupe armé et De Angelis, après avoir appris que certains de ses amis fugitifs à Londres sont sur le point d'être arrêtés, part en train pour les avertir, mais est arrêté et reste dans la prison à sécurité maximale de Brixton à Londres pendant six mois.

Les juges anglais refusent l'extradition vers l'Italie en raison de la nature politique des crimes allégués et De Angelis, libéré de prison, commence à travailler en tant que graphiste. Cependant, il veut rentrer en Italie et décide de se constituer en 1989: condamné à une peine de cinq ans et demi d'emprisonnement pour association subversive et à une bande armée qu'il purge trois ans, il a quitté la prison en 1992.

Carrière musicale[modifier | modifier le code]

Après avoir purgé sa peine au début des années 1990, il découvre que les chansons qu’il avait enregistrées sur une cassette sont très présentes dans les cercles de droite. Il a ensuite fondé le groupe musical 270bis dont le nom est tiré de l'article du code pénal concernant les associations à vocation de terrorisme, même international, ou de subversion de l'ordre démocratique.

La plupart des morceaux du groupe 270bis ont été écrits en cachette à Londres et gravés sur une cassette audio de façon amateur en utilisant uniquement une guitare et sa propre voix [3]. Les morceaux, réarrangés dans une tonalité beaucoup plus proche des sons du rock et de la pop, feront partie du premier album du groupe, Signori della guerra en 1995.

Le chanteur-compositeur-interprète De Angelis n'épargne pas, dans ses textes, les regrets de la période fasciste, sans cacher ses idées et ses convictions politiques à l'auditeur.

Il a également dédié une chanson à Rigoberto López Pérez, le meurtrier du dictateur Somoza au Nicaragua, intitulée Il Poeta et écrite dans les années 70.

Carrière parlementaire[modifier | modifier le code]

Lors des élections de 2006, Marcello De Angelis a été élu sénateur. Puis, à celles de 2008, il est devenu député, élu dans une circonscription des Abruzzes, sur une liste du Peuple de la liberté.

En 2008, il a été élu député à la Chambre sur les listes du Popolo della Libertà, toujours dans les Abruzzes, et a été membre du Comité du budget, de la Commission de la défense et de la Commission de surveillance du Rai à la XVIe législature.

Il a été pendant plusieurs années lié à la composante de la droite sociale d'AN et à Gianni Alemanno, plus tard, après la confluence de AN dans le PDL, se rapproche de Gianfranco Fini, au sein de « l'actuelle » Finiana est considérée comme une « colombe » qui fonctionne pour éviter la rupture avec Berlusconi, avec la scission de Future et la liberté reste encore dans le PDL.

En février 2013, il n'est pas réélu au Parlement.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • P. Gomez, M. Travaglio, Se li conosci li eviti, Chiarelettere, (ISBN 978-88-6190-054-7).
  • Luca Telese. Cuori Neri. Sperling & Kupfer, Milano, 2006.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Voir aussi[modifier | modifier le code]