Marcelle Spira

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Melanie Klein

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Spira.
Marcelle Spira
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
à La Chaux-de-FondsVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata (à 96 ans)
à Isola del GiglioVoir et modifier les données sur Wikidata
Pays de nationalité SuisseVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Profession Psychanalyste et psychologueVoir et modifier les données sur Wikidata
Approche Psychanalyse
Œuvres principales Créativité et Liberté psychique (1985)
Aux sources de l'interprétation (1993)

Marcelle Spira, née à la Chaux-de-Fonds le et morte le (à 96 ans) sur l'île de Giglio en Italie, est une psychanalyste d'enfants et d'adultes, psychologue de formation.

Formation[modifier | modifier le code]

Elle s'exile au début de la Seconde Guerre mondiale à Buenos Aires (Argentine), où elle réalise sa formation de d'analyste, au sein d'un groupe d'analystes kleiniens, notamment Marie Langer qui fut son analyste, Enrique Pichon-Rivière, Willy et Madeleine Baranger.

Elle revient en 1955 à Genève, lorsque la pratique de la psychanalyse en Argentine devient réservée aux médecins. Encouragée notamment par Raymond de Saussure, lui-même revenu des États-Unis en 1952 et désireux de favoriser la diffusion de la psychanalyse en Suisse, Marcelle Spira contribue à promouvoir les conceptualisations kleiniennes dans le cadre de la Société suisse de psychanalyse, invitant Melanie Klein pour une série de conférences et de supervisions en 1957, ainsi que des personnalités kleiniennes, Hanna Segal, Betty Joseph, Herbert Rosenfeld, Esther Bick, Donald Meltzer notamment[1]. Elle a marqué nombre de psychanalystes chevronnés, kleiniens ou non, ou en formation, tels Jean-Michel Quinodoz, Danielle Quinodoz, Jean Bégoin, et d'autres, par sa finesse clinique et son originalité interprétative[2].

En 1981, elle interrompt sa pratique à Genève et s'installe sur l'île de Giglio, en Toscane, tout en poursuivant son activité de superviseuse et son enseignement, elle y décède en 2006.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. Lettres à Marcelle Spira, p.17
  2. Melanie Klein, Lettres à Marcelle Spira, édition critique établie par Jean-Michel Quinodoz, Paris : Presses universitaires de France, 3013, (ISBN 2130620698)

Liens externes[modifier | modifier le code]