Marcelle Rondenay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marcelle Rondenay
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 60 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Maître
Distinction

Marcelle Andrée Rondenay, née le dans le 5e arrondissement de Paris (au 18, Avenue des Gobelins)[1]et morte le en son domicile dans le 16e arrondissement de Paris[2], est une artiste peintre paysagiste et orientaliste de l'école française, ainsi qu'une voyageuse.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

D'abord élève de Jacques Ferdinand Humbert (1842-1934), Marcelle Rondenay devient en 1905 membre de la Société des artistes français.
Elle expose pour la première fois au Salon des artistes français en 1904, où elle obtient une mention honorable. En 1905, elle y reçoit une médaille de troisième classe, puis en 1908 une médaille de deuxième classe. Enfin, au Salon de 1910, elle est récompensée par une bourse de voyage et se lance peu après dans un périple à travers l'Europe et le nord de l'Afrique.
Marcelle Rondenay voyage en Algérie en 1920. Les femmes algériennes constituent un de ses sujets de prédilection.

Elle exposera régulièrement à la Société des amis des arts de Bordeaux de 1927 à 1939.

Honneurs et distinctions[modifier | modifier le code]

En 1930, Marcelle Rondenay fut nommée chevalier de la Légion d'honneur[3].

Œuvres (choix)[modifier | modifier le code]

  • Baigneuse en mer
  • Fleurettes
  • Maternité en Palestine
  • Juive à Constantine (musée du Luxembourg, Paris)
  • L'Atelier Humbert à l'école des beaux-arts (Tourcoing)
  • Portrait du père de l'artiste (Uzès)
  • Portrait de Jacques Fernand Humbert (1842-1934), peintre (Paris)
  • Portraits de Mlles de U... (Paris)
  • Les « trois huit » : travail, loisirs, sommeil (Paris)
  • Portrait de Mlle Magdeleine Tripier, 1912 (Paris)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]