Marcelle Loubchansky

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marcelle Loubchansky
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

Marcelle Loubchansky est une artiste peintre française née à Paris le et morte dans la même ville le [1],[2],[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses études artistiques débutent à l’École des beaux-arts et l'École des arts décoratifs de Paris, mais sont vite interrompues par la Seconde Guerre mondiale, en 1942, l’obligeant à se réfugier à Cannes, où elle exerce la céramique. La pratique de la peinture redevient active à partir de 1946, dès son retour à Paris. Elle fréquente alors le monde littéraire et artistique de Saint-Germain-des-Prés, notamment le milieu surréaliste.

Grâce à Camille Bryen, elle expose en 1948 pour la première fois ses toiles à la galerie des Deux-Îles, quai aux Fleurs à Paris.

La galerie Breteau, qui deviendra une des galeries attitrée du mouvement nuagiste, organisera la même année une exposition de ses œuvres avec un autre peintre, Mandorlo.

Après avoir participé en 1950 au Salon des réalités nouvelles, Marcelle Loubchansky voit sa première exposition personnelle organisée par Suzanne de Coninck à la galerie de Beaune en 1951.

Ses toiles de la première période se caractérisent par une abondance de formes enchevêtrées et quelques graphismes errants, loin encore de la transparence et de la fluidité qu’elle devait développer quelques années plus tard. Son activité est alors intense et son audience internationale s’affirme.

Elle figure dans le comité d’organisation du Salon d'octobre de 1952 en compagnie notamment de Jean Degottex, René Duvillier, Alexandre Istrati, Jean Messagier et James Pichette. Elle participe à de nombreuses expositions collectives, en particulier à celle des Peintres de la Nouvelle École de Paris à la galerie de Babylone en 1952, puis la même année à Édimbourg dans le groupe Young Painters of École de Paris, à l’initiative du British Council et à New York, au musée Solomon R. Guggenheim à l’exposition « Younger European Painters ». Le critique d’art Charles Estienne, promoteur du tachisme, avec qui elle se lie d’amitié, la fait participer à des expositions d’envergure, telles que « La Coupe et l’épée », en 1953, en compagnie de Degottex, Duvillier et Simon Hantaï à la galerie À l’Étoile scellée, marquée par le surréalisme défendu par André Breton, puis à la galerie Craven pour l'exposition « Nouvelles propositions du réel ». 

Le surréalisme et le tachisme entretiennent alors une proximité évidente et renvoient à une conception de la peinture à laquelle adhère Marcelle Loubchansky, qui affirme : « Le but de la peinture me semble être en premier lieu l’expression de soi-même. De plus, je pense que le surréalisme est un des courants fondamentaux de notre temps. L’abstraction, cependant, est à mon avis un passage nécessaire, comme la synthèse du surréalisme et du classicisme, du contenu et de la forme. »[réf. nécessaire]

Une nouvelle exposition personnelle est organisée à la galerie Craven en 1954, année de la rencontre avec Jean Fournier, jeune directeur de la galerie Kléber. Charles Estienne présente le dans cette galerie la fameuse exposition « Alice in Wonderland », où Loubchansky expose au côté de Degottex, Duvillier, Roger-Edgar Gillet, Hantaï, Toyen et Thanos Tsingos.

Lors de son exposition personnelle, dans la même galerie, en 1956, André Breton signe une préface enthousiaste : « Nul n’a su comme elle libérer et rendre tout essor à  ces formes issues du sein de la terre et participant à la fois de l’humidité et de la flamme qui attestent une nouvelle gestation. »[réf. nécessaire] Lors de cette exposition apparaissent déjà ces grandes plages de couleur irisée de lumière, grâce à une technique consistant à faire couler une peinture préalablement diluée à l’essence directement sur la toile et à manipuler celle-ci pour obtenir des zones de nuances et d’ombres d’une grande fluidité, puis en travaillant à la brosse ses couleurs. À partir de la fin des années 1950, Julien Alvard (en) l’intègre au groupe nuagiste.

Elle participe à l’exposition « Le vide et l’obscurité », présenté par Julien Alvard à la galerie Kléber en 1958, mais surtout à la fameuse exposition « Antagonismes » au musée des Arts décoratifs de Paris en 1960.

Ses peintures des années 1960 sont marquées par un dépouillement et par une communion avec la nature que l’on retrouve dans ses titres L’avant-aube, Avec le soleil, ainsi que par l’utilisation de couleurs transparentes, avec des roses, des jaunes et toujours des rouges intenses (Espace rouge, 1961).

À l’exposition personnelle au palais des beaux-arts de Bruxelles, en 1963, les thèmes naturalistes sont également omniprésents, de même qu’à la rétrospective que lui consacre Jean Fournier dans sa nouvelle galerie de la rue du Bac en 1965.

Dans sa préface, Geneviève Bonnefoi insiste sur le « sentiment cosmique » qui inspire les toiles de la dernière décennie, version moderne et amplifiée du célèbre « sentiment de la nature » des romantiques.

Elle fait partie de l’exposition nuagiste organisée par Julien Alvard à la saline royale d'Arc-et-Senans en 1966 (La civilisation des cimes ou Pourquoi nous combattons) avec Frédéric Benrath, René Laubiès, Pierre Graziani, Fernando Lerin et Nasser Assar.

Maryse Haerdi, dans sa préface à l’exposition « Fusion » présentée à la galerie Zodiaque à Genève en 1970, qualifie pour sa part l’œuvre de Marcelle Loubchansky de « peinture d’expression cénesthésique-cosmique ».

Au cours des années 1980, Marcelle Loubchansky participera à de nombreuses expositions collectives, sous l’impulsion notamment de Geneviève Bonnefoi dans le cadre de la collection de l'abbaye de Beaulieu-en-Rouergue, mais aussi dans le cadre d’hommages à Charles Estienne ou à Michel Ragon.

Son décès en devait interrompre son œuvre. Après le rachat de la moitié de son atelier, la galerie Carole Brimaud présenta en 1991 un hommage à cette artiste, qui précéda la rétrospective couvrant les années 1950 à 1988 organisée à l'abbaye de Beaulieu-en-Rouergue par Geneviève Bonnefoi en 1992.

Marcelle Loubchansky sut durant toutes ces années renouveler la manière de traiter ses thèmes favoris, ses formes issues du cosmos, de la terre et de l’eau, en créant un véritable langage où les couleurs et la transparence suscitent une tension lyrique indéfinissable.

Expositions[modifier | modifier le code]

Principales expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • 1948 : galerie des Deux-Îles, 1 Quai aux Fleurs, 75004 Paris.
  • 1951 : galerie de Beaune, Paris. (directrice : Suzanne de Coninck).
  • 1953 : galerie Ex-Libris, Bruxelles.
  • 1954 : galerie Craven, Paris, préface de Charles Estienne. (directeur : John Craven)
  • 1956 : galerie Kléber, 24 Avenue Kléber, Paris XVIème, préface d’André Breton. (directeur : Jean Fournier)
  • 1956 : galerie Aujourd’hui, Bruxelles, préface de P.Janlet.
  • 1957 : galerie Kléber, 24 Avenue Kléber, Paris XVIème, préface de Renée Beslon. (directeur : Jean Fournier)
  • 1960 : galerie Kléber, 24 Avenue Kléber, Paris XVIème, préface de Charles Estienne. (directeur : Jean Fournier)
  • 1963 : Palais des Beaux-Arts, Bruxelles, préface de R.V.Gindertael.
  • 1965 : galerie Fournier, 22 rue du Bac, Paris VIIème, préface de Geneviève Bonnefoi. (directeur : Jean Fournier)
  • 1970 : « Fusion », galerie Zodiaque, Genève, préface de Maryse Haerdi.
  • 1991 : galerie Carole Brimaud, Paris.
  • 1992 : abbaye de Beaulieu-en-Rouergue, « Rétrospective 1950-1988 ».
  • 1993 : mairie du 6e arrondissement de Paris, « Hommage à Marcelle Loubchansky 1917-1988 ».
  • 2001 : galerie Le Sphinx, Montauban.
  • 2009 : galerie Carole Brimaud, Paris. Publication d'un catalogue : Marcelle Loubchansky, Les moires de la mémoire, 1948-1980 (). Reproduction en fac-similé du manuscrit de La ronde des menhirs, poème de Charles Estienne dédicacé à Marcelle Loubchansky reproduit en fac-similé in : Marcelle Loubchansky, Les moires de la mémoire, 1948-1980, Paris, galerie Brimaud, ].
  • 2009 : galerie Convergences, Paris.
  • 2014 : « Espaces cosmiques », galerie 53, Paris.
  • 2017 : galerie Convergences, Paris. Publication d'un catalogue : Effusion colorée.

Expositions collectives (sélection)[modifier | modifier le code]

  • 1948 : « Loubchansky et Mandorlo. Peintures récentes », galerie René Breteau, 70, rue Bonaparte à Paris, . Préface de Charles Estienne.

  • 1948 « Présente un groupe de peintres non figuratifs. La rose des vents », exposition collective : Bandeira, Boumeester, Bryen, Loubchansky, Marc, Russel, Schöffer, Selim. Vernissage vendredi . Galerie des Deux Îles, 1 Quai aux Fleurs 75004 Paris.
  • 1950 : Salon des réalités nouvelles, Paris.
  • 1952 : « Peintres de la Nouvelle École de Paris », -, galerie de Babylone, 38, Boulevard Raspail à Paris. Premier groupe : Jean Bazaine, Berçot, Jean Deyrolle, Maurice Estève, Hans Hartung, Hilaireau, André Lanskoy, Charles Lapicque, Jean Le Moal, Alfred Manessier, Richard Mortensen, Jean Piaubert, Édouard Pignon, Serge Poliakoff, Marie Raymond, Gérard Schneider, Surgier, Pierre Soulages, Nicolas de Staël, Pierre Tal Coat, Raoul Ubac, Victor Vasarely, Maria-Elena Vieira da Silva. Secod groupe, vernissage le  : François Arnal, Jean Michel Atlan, Jean-Marie Calmettes, Jules Chapoval, Denise Chesnay, Jean Degottex, Cicero Dias, Pierre Dmitrienko, René Duvillier, Roberta Gonzalez, Robert Lapoujade, Marcelle Loubchansky, Jean Messagier, Mehmed Devrim Nejad, James Pichette, Jean Pons, Bernard Quentin, Serge Rezvani, Fahr-el-Nissa Zeid[4].
  • 1952 : « Rose de l’insulte », librairie-galerie La Hune, 170, Boulevard Saint-Germain à Paris. Marc Chagall, Jean Degottex, Jean Deyrolle, René Duvillier, Fahr-el-Nissa-Zeid, Roberta Gonzalez, Marcelle Loubchansky, Jean Messagier, Richard Mortensen, Mehmed Devrim Nejad, James Pichette, Serge Poliakoff, Marie Raymod, Hans Reichel.
  • 1952 : « Marcel Duchamp ou la Joconde mise à nu », Salon d’octobre, salle André Baugé, 1952 [pp.40-42.]. Premier Salon d’octobre. Hommage à Marcel Duchamp et rétrospective Chapoval. Salle André Baugé[5].
  • 1952 : « Young Painters of Ecole de Paris », à l’initiative du British Council, Édimbourg.
  • 1952 : « Younger European Painters », Solomon Guggenheim Museum, New York.
  • 1953 : « La coupe et l’épée » (Degottex, Loubchansky, Duvillier, Messagier), galerie À L’Étoile scellée, 11 rue du Pré-aux-Clercs à Paris, du 10 au . Texte de Charles Estienne.
  • 1953 : « Nouvelles propositions du réel », galerie Craven, 5, rue des Beaux-Arts à Paris, . (Arnal, Degottex, Duvillier, Fahr-el-Nissa Zeid, Loubchansky, Messagier, Ossorio).
  • 1953 : deuxième Salon d’octobre. Hommage à Picabia, galerie Craven. 5 rue des Beaux-Arts à Paris, du 1er au [6].
  • 1954 Exposition collective : « Appel, Arnal, Bryen, Burri, Capogrossi, Dova, Dodeigne, Claire Falkenstein, Sam Francis, Ruth Francken, Gillet, Hartung, Hultberg, Kline, Loubchansky, Etienne Martin, Mathieu, Ossorio, Poliakoff, Pollock, Riopelle, Ronet, Sallès, Serpan, Soulages,  Tobey, Wols » ; Galerie Rive Droite, 82, rue du Faubourg Saint-Honoré, 5-.
  • 1955 : ouverture de la librairie-galerie Kléber, 24, avenue Kléber à Paris, directeur : Jean Fournier. Seconde exposition (la première est une exposition de l’artiste Abidine en ) : « Alice in Wonderland », du 1er au (Bernard Childs, Corneille, Jean Degottex, René Duvillier, Fahr-el-Nissa Zeid, Roger-Edgar Gillet, Simon Hantaï, Jan Krizek, Marcelle Loubchansky, Wolfgang Paalen, Toyen,  Thanos Tsingos).
  • 1955 : « Encres et aquarelles », librairie-galerie Kléber, 24, avenue Kléber à Paris, juin-septembre (Degottex, Duvillier, Krizek, Loubchansky). Chaque carton d’invitation au vernissage était orné d’une œuvre originale d’un des quatre artistes, une encre de couleurs ou une aquarelle non signée.
  • 1955 : « Pérennité de l’Art Gaulois », musée pédagogique de Paris, présentation d’André Breton et texte de Charles Estienne.
  • 1956 : Salon de Mai, musée d’Art moderne de la ville de Paris. Participe au même Salon en 1957, 1958, 1959, 1960, 1962, 1965, 1966, 1968.
  • 1956 : « L’île de l’homme errant », librairie-galerie Kléber, 24, avenue Kléber à Paris, du au (Chagall, Compard, Degottex, Duvillier, Fahr-el-Nissa Zeid, Loubchansky, Toyen).
  • 1958 : « Le vide et l’obscurité », présenté par Julien Alvard, galerie Kléber, 24, Avenue Kléber à Paris.
  • 1960 : « Antagonismes », musée des arts décoratifs, Paris, février-.
  • 1960 : participe à l’exposition W.W.I.C., Londres.
  • 1963 : « Le Surréalisme », galerie Charpentier, commissaire : Patrick Waldberg.
  • 1966 : exposition « Nuagiste » organisée par Julien Alvard à la salines royale d’Arc-et-Senans (La civilisation des cimes ou Pourquoi nous combattons) avec Nasser Assar, Frédéric Benrath, Pierre Graziani, René Laubiès, Fernando Lerin.
  • 1967 : « Dix ans de peinture vivante », Fondation Maeght, Saint-Paul-de-Vence, commissaire : François Wherlin.
  • 1967 : « Une aventure dans l’art abstrait, 50-57 », musée Galliera, Paris, suivi d’une exposition itinérante aux musées de Brest, de Nantes, de Reims. Présentation de Michel Ragon.
  • 1968 : « Le musée dans l’usine, Peter Stuyvesant Collection », Amsterdam, Stratford et Montréal (publication d'un catalogue).
  • 1969 : participe au prix d’Europe, Kultureel Centrum Ostende, Belgique.
  • 1973 : « Espace lyriques depuis 45 » (Geneviève Bonnefoi), CAC Abbaye de Beaulieu.
  • 1974 : « Cenesthesic Art », exposition par Maryse Haerdi, galerie du Manoir, La-Chaux-de-Fonds, Suisse et université de Bâle (ILMAC).
  • 1975 : « Certitude de l’incertain », collection du musée Cantini, Marseille, présentée par Marielle Latour.
  • 1980 : « Autour d’une collection 1945-1980, Donation Geneviève Bonnefoi et les Amis de Beaulieu », abbaye de Beaulieu.
  • 1985 : « La couleur », musée de Rennes, de Morlaix et de Saint-Malo avec le FRAC Bretagne.
  • 1986 : « La Collection de Beaulieu », abbaye de Beaulieu.
  • 1990 : « La Collection de Beaulieu-1945-1990, XXIe anniversaire du centre d’art contemporain », abbaye de Beaulieu-en-Rouergue.
  • 2008 : « Les Nuagistes », collégiale Saint-André, Chartres, -. Commissaires : Michel Calmon et Nadine Berthelier. Hôtel du département, Chartres, -. Commissaire : Jean-Claude Lethiais (publication d’un catalogue conçu par Michel Calmon). Nasser Assar, Frédéric Benrath, Manuel Duque, René Duvillier, Pierre Graziani, René Laubiès, Fernando Lerin, Marcelle Loubchansky et Karl Godeg.
  • 2011 : « L’Aventure de l’Art Abstrait, Charles Estienne, critique d’art des années 50 », musée des Beaux-Arts de Brest, commissaire : Françoise Daniel et Catherine Elkar, du au .
  • [Quand ?] : galerie Hervé Courtaigne, Paris. Expositions collectives.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Belgique
États-Unis
France

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Super User, « Loubchansky Marcelle », sur www.hervecourtaigne.com (consulté le 29 septembre 2018).
  2. « Disparition de la collectionneuse et critique d'art Geneviève Bonnefoi | Connaissance des Arts », Connaissance des Arts,‎ (lire en ligne, consulté le 29 septembre 2018).
  3. Adélie Floch, « Brest. Le combat des femmes artistes continue », Ouest France,‎ (lire en ligne)
  4. « Pré-vernissage des peintres de la Nouvelle École de Paris. Devant ma toile, Charles Estienne dit à Duvillier qu’il montrera à ceux  qui recherchent l’espace avec des tire-lignes et des compas, qu’on peut le rechercher aussi avec du flou ! » - Jean Messagier, Journal, 1952, cité in Jean Messagier, Traces, par Francette Messagier, éditions Néo, 2006, p.24.
  5. Salon créé le par Charles Estienne, où exposent Pierre Alechinsky, Angel Alonso, Avni Arbas, François Arnal, Geneviève Asse, Baram, Barta, Claude Bellegarde, Gianni Bertini, Huguette Arthur Bertrand, Bloch, Roger Bissière, Francis Bott, Christine Boumeester, Michel Bouqueton, Alain de la Bourdonnaye, Braun, Manolis Calliyannis, Jean-Marie Calmettes, Charbonnel, Michel Carrade, Carrey, Carton, Oscar Chelimsky, Denise Chesnay, Collignon, Constant, Jean-Michel Coulon, PIerre Courtin, Olivier Debré, Jean Degottex, Pierre Dmitrienko, Jacques Doucet, Bernard Dufour, Natalia Dumitresco, Dumulon, René Duvillier, Marcel Fiorini, Oscar Gauthier, Jacques Germain, Gilbert, Émile Gilioli, Georges Goulet, Guba, Hoerdur, Alexandre Istrati, Joly, Ida Karskaya, Kilic, John-Franklin Koenig, Georges Koskas, Lambert, David Lan-Bar, Charles Lapicque, Laviolle, René Legrand, Marcelle Loubchansky, Marc-Antoine Louttre, Manton, Maryan, Jean-René Megard, Jean Messagier, Wilfrid Moser, Moti, Nadal, Louis Nallard, Mehmed Devrim Nejad, Jean Perrier, James Pichette, Serge Poliakoff, Jean Pons, Marcel Pouget, Proweller, Riba Rovira, Risi, Sauer, Schaar, Schelchow, Stoloff, Wiking Swensson, Shinkichi Tajiri, Uriber, Van Haardt, Vega,  Waldberg, Wendt, Zao-Wou Ki.
  6. Comité d’honneur : André Beaugé, Georges Boudaille, Palma Bucarelli, Pierre Courthion, Sonia Delaunay, Charles Estienne, Bernard Gheerbrandt, Roger Van Gindertael, Nina Kandinsky, Jacques Lassaigne, Frans Meyer, Roland Penrose, A. Rudlinger, Willem Sandberg, Michel Seuphor, J.J.Sweeney. Comité actif : Pierre Alechinsky, François Arnal, Denise Chesnay, Jean Degottex, Bernard Dufour, René Duvillier, Jan Krizek, Marcelle Loubchansky, Jean Messagier, James Pichette, Jean Pons. Du 1er au  : Pierre Alechinsky, François Arnal, Pierre Baltensberger, Laci Barta, Marcelle Baumann, Claude Bellegarde, Huguette Bertrand, Michel Bouqueton, Alain de la Bourdonnaye, Camille Bryen, Manolis Calliyannis, Carrey [« Nous apprenons la mort de notre camarade, survenue brusquement le 26 août au Zoute, Belgique], Denise Chesnay, Corneille, Jean-Michel Coulon, Olivier Debré, Jean Degottex, Roger Derieux, Pierre Dmitrienko, Jacques Doucet, Gianni Dova, Bernard Dufour, Natalia Dumitresco, René Duvillier, Fahr-el-Nissa Zeid, Sonja Ferlov, Marcel Fiorini, Ruth Francken, Oscar Gauthier, Claude Georges. Du 15 au  : Jacques Germain, Roger-Edgar Gillet, Van Ginneken, Georges Goulet, Otto Greis, René Guiette, Alexandre Istrati, Siegfried Jonas, [Kallos], Ivan Kawun, Jan Krizek, Charles Lapicque, René Legrand, Bengt Lindström, Marcelle Loubchansky, Marc-Antoine Louttre, Suzanne Masse, Jean Messagier, Siryù Morita, Moti, Francisco Nieva, James Pichette, Serge Poliakoff, Jean Pons, Marcel Pouget, Andrée Rouvel, Saint Maur, Iaroslav Serpan, Kumi Sugaï, Wiking Svensson, Shinkichi Tajiri.
  7. galerieconvergences.com.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Monographies et principaux catalogues d’exposition[modifier | modifier le code]

  • Loubchansky, catalogue de l’exposition à la Galerie Kléber, Paris, 1956, préface d’André Breton.
  • Loubchansky, catalogue de l’exposition à la Galerie Kléber, Paris, 1960, préface de Charles Estienne.
  • Loubchansky, catalogue de l’exposition au Palais des Beaux-Arts, Bruxelles, 1963, préface de R.V.Gindertael.
  • Loubchansky, catalogue de l’exposition à la Galerie Jean Fournier, Paris, 1965, préface de Geneviève Bonnefoi.
  • Loubchansky, catalogue de l’exposition à la Galerie Zodiaque, Genève, 1970, préface de Maryse Haerdi.

Varia[modifier | modifier le code]

  • Charles Estienne, « Une révolution : le Tachisme. Historique-Esthétique. », Combat-Art, n°4, .
  • Le surréalisme, même, revue trimestrielle, 5 volumes (livraisons), directeur : André Breton, éditeur : Jean-Jacques Pauvert, du n° 1 () au n° 5 (). 5 volumes de : 156 + 168 + 96 + 64 + 64 pp, petits in-4 brochés, couvertures imprimés.
  • Charles Estienne, « L’art d’aujourd’hui : morts et vivants », Combat-Art, n°85, .
  • Charles Estienne & l’Art à Paris, 1945-1966, Centre national des arts plastiques/Fondation nationale des arts graphiques et plastiques, -. Commissaire : Jean-Clarence Lambert. Organisation de l’exposition : Marie-Claude Volfin, Lina Nahmias. Textes de Gérald Gassiot-Talabot (pp.7-8.), Jean-Clarence Lambert (« Déterrons le feu ») (pp.9-12.)
  • Nathalie Reymond, « Dictionnaire, mode d’emploi », Université de Paris I, UER des arts plastiques et sciences de l’art, pp.15-95.
  • Charles Estienne, une idée de nature, exposition réalisée à partir des collections du Fonds régional d’art contemporain, musée des Beaux-Arts de Brest, -. Exposition réalisée par Françoise Chatel et René Le Bihan.
  • L’Aventure de l’Art Abstrait, Charles Estienne, critique d’art des années 50, musée des Beaux-Arts de Brest, commissaire : Françoise Daniel et Catherine Elkar, -. Exposition regroupant 35 peintres et sculpteurs.
  • Henri Belbéoch, René Le Bihan, 100 peintres en Bretagne, Quimper, éditions Palantines, 1995.
  • Jean-Clarence Lambert, « Charles Estienne », in Adam Biro, René Passeron, Dictionnaire général du Surréalisme et de ses environs, Paris, Presses Universitaires de France, 1982, p.152.
  • Marguerite Bonnet et Jacqueline Chénieux-Gendron, Revues surréalistes françaises/Autour d’André Breton, 1948-1972, Millwood, New York & London, England, Kraus International Publications, 1982.
  • André Breton, Le Surréalisme et la Peinture, Paris, Gallimard, 1965.
  • André Breton, Le Surréalisme et la Peinture, Œuvres complètes, tome IV, Écrits sur l'art et autres textes, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, Gallimard, 2008. Édition publiée sous la direction d'Étienne-Alain Hubert avec la collaboration de Philippe Bernier et Marie-Claire Dumas.
  • Gérard Durozoi, Histoire du Mouvement Surréaliste, Paris, Hazan, 1997, « Apports de Charles Estienne », pp.548-553., « Notice : Charles Esienne », p.672. [pp.512, 532, 535, 549, 550, 553, 556, 559, 579].
  • Charles Estienne, L’Art Abstrait est-il un académisme ?, Paris, Éditions de Beaune, coll. « Le Cavalier d’épée »., 1950.
  • Charles Estienne, Le Surréalisme, Aimery Somogy/Gründ, coll. « Tendances de la peinture moderne », 1956.
  • Jean-Michel Goutier, Benjamin Péret, Paris, Henry Veyrier, 1982.
  • Lydia Harambourg, L'École de Paris 1945-1965 : dictionnaire des peintres, Neuchâtel, Éd. Ides et Calendes, (1re édition 1993).
  • Jean-Clarence Lambert, La peinture abstraite, Lausanne, Éditions Rencontre, 1967.

Liens externes[modifier | modifier le code]