Marcel Vervloesem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marcel Vervloesem
Defaut.svg
Biographie
Naissance
Décès
(à 65 ans)
Nationalité
Activité
ActivisteVoir et modifier les données sur Wikidata

Marcel Vervloesem est un Belge né à Lierre le et mort le .

Bien que se présentant comme un militant anti-pédophile, il a été condamné en 2008 pour abus sexuels sur mineurs, diffusion de matériel pédopornographique et escroquerie.

Thèse de réseaux pédophiles[modifier | modifier le code]

Marcel Vervloesem se présente comme « un chasseur de pédophiles », notamment via un groupe de travail appelé « Morkhoven[1] », qu'il a créé en 1988[2]. Il soutient une thèse selon laquelle il existe plusieurs réseaux d'exploitation d'enfants visant à produire des contenus pédophiles et se dit victime d'un complot. Cette thèse part notamment de l'affaire Zandvoort.

Vervloesem affirme qu'il a donné le CD-ROM de l'affaire Zandvoort aux autorités belges et au gouvernement français, mais qu'aucune enquête n'a été menée. Or la police néerlandaise a analysé le CD-ROM. Elle a identifié 472 portraits de mineurs[3] et a conclu en avril 1999 que « la présumée filière Zandvoort » était « une piste vaine » et « qu'il n'existait aucune preuve directe de la production de pornographie enfantine à Zandvoort[4] ». Le parquet des mineurs de Paris a prononcé un non-lieu en avril 2003 sur l'affaire de Zandvoort[3].

Vervloesem prétend qu'il existe plusieurs CD-ROM de l'affaire Zandvoort : 21 CD-ROM au total selon Vervloesem, 20 CD-ROM selon Serge Garde[3]. La police belge a perquisitionné le domicile de Vervloesem le 21 juillet 1998 à la demande de la police néerlandaise[5], et il n'a été fait mention que d'un unique CD-ROM.

Dans d'autres affaires, des faits amalgamés avec l'affaire de Zandvoort ont été utilisés[réf. nécessaire] pour avancer la thèse de l'existence de réseaux pédophiles organisés en Europe :

Condamnations[modifier | modifier le code]

Marcel Vervloesem est condamné en novembre 1979 à Anvers notamment pour agression criminelle sur mineur, puis de divers chefs en 1982, 1985 et 1986[6].

Il est condamné en 2008 à quatre ans de prison : il a été reconnu coupable d'abus sexuels sur mineurs, diffusion de matériel pédopornographique et escroquerie[7],[8]. Il a été libéré sous conditions en .

En janvier 2012, Marcel Vervloesem a été de nouveau inculpé pour avoir agressé sexuellement son neveu[9]. Le 16 mai 2012, la chambre des mises en accusation d'Anvers a décidé de le libérer[7] avec une interdiction d'entrer en contact avec des mineurs ainsi qu'avec les médias. Il a été acquitté en décembre 2014 par la cour d'appel[10].

Il décède le à l'âge de 65 ans[10].

L'affaire de Zandvoort[modifier | modifier le code]

L'affaire de Zandvoort porte sur un service BBS commercial appelé « Apollo[11] » diffusant des images pédophiles et sur un CD-ROM contenant plusieurs milliers d'images pédophiles.

Les faits[modifier | modifier le code]

Le , Gerrit Ulrich est assassiné près de Pise par Robby Van Der Plancken[4]. Dans l'appartement d'Ulrich, situé à Zandvoort, la police néerlandaise trouve un CD-ROM qui contient 8 500 photos pédophiles[3]. Des ordinateurs ont également été découverts, ils étaient utilisés pour un service BBS commercial diffusant des images pédophiles[5].

Marcel Vervloesem est en possession d'un CD-ROM contenant les images utilisés par le service Apollo. Il prétend que Gerrit Ulrich lui a donné le CD-ROM avant d'être assassiné[6]. La justice néerlandaise lui réclame des informations, Vervloesem refuse de collaborer car il « doute de sa volonté de démanteler les grands réseaux pédophiles »[8].

Le , la police belge perquisitionne le domicile de Vervloesem, à la demande de la police néerlandaise[5]. Le lendemain, Vervloesem annonce lors d'une conférence de presse avoir remis le matériel à la police[5].

Vervloesem prétend avoir exposé l'affaire grâce à son groupe de travail (Werkgroep Morkhoven). Selon un article du journal The Independent écrit par Tim Hulse[6], Marcel Vervloesem usurpe son rôle de héros.

Enquête judiciaire[modifier | modifier le code]

La police néerlandaise a identifié 472 portraits de mineurs[3] sur le CD-ROM, dont une grande partie étaient des images anciennes, certaines vieilles de plus de dix ans, et avaient déjà été vues sur des « compilations » réalisées et diffusées par des pédophiles[6]. L'enquête a conclu en que « la présumée filière Zandvoort » était « une piste vaine » et qu'au-delà de la consommation avérée de pédopornographie par Gerrit Ulrich, il n'existait « aucune preuve directe de la production de pornographie enfantine à Zandvoort »[4].

Le , un tribunal de Pise condamne Robby Van Der Plancken à 15 ans de prison pour le meurtre de Gerrit Ulrich[12].

En , le parquet des mineurs de Paris a prononcé un non-lieu sur l'affaire de Zandvoort[3].

Médiatisation[modifier | modifier le code]

Le , l'émission Nova de Netherland 2 révèle l'existence du service BBS « Apollo »[5].

En , l'émission Faits Divers diffusée sur la RTBF parle de « L'affaire Zandvoort »[5].

En , Serge Garde publie un article dans le journal L'Humanité[4] à partir du fichier établi par la police néerlandaise. Il coécrit un livre intitulé Livre de la honte[13] avec Laurence Beneux, journaliste au Figaro.

Le , le film Le Fichier de la honte, les Faits Karl Zéro de Karl Zéro et Serge Garde (3e œil productions) est diffusé sur la chaîne 13e rue[14]. Karl Zéro invite ensuite Serge Garde dans son l'émission Les Faits Karl Zéro.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Werkgroep Morkhoven tire son nom du village belge Morkhoven où réside Marcel Vervloesem
  2. Le Werkgroep Morkhoven a été créé en 1988 selon son site internet : « Werkgroep Morkhoven »
  3. a b c d e et f Serge Garde, « Un non-lieu programmé dans l'affaire des cédéroms de Zandvoort », L'Humanité, .
  4. a b c et d Serge Garde, « Histoire secrète. Un répertoire photographique et un cédérom restent inexploités dans la lutte contre les réseaux transnationaux. », L'Humanité, .
  5. a b c d e et f Émission « Faits Divers » de Léon Michaux diffusée sur la RTBF : « L'affaire Zandvoort »
  6. a b c et d Tim Hulse, « NO KIND OF HERO. Marcel Vervloesem claims he cracked a child pornography ring. But should we believe him? », The Independent, .
  7. a et b « Marcel Vervloesem remis en liberté », La Dernière Heure/Les Sports, (consulté le 6 novembre 2012)
  8. a et b « Le "chasseur de pédophiles" condamné pour viol », L'Express, .
  9. « Marcel Vervloesem reste en prison », La Libre Belgique,
  10. a et b (nl-BE) Ivo Meulemans, « Zelfverklaarde kinderpornojager Marcel Vervloesem overleden », Gazet van Antwerpen,‎ (lire en ligne, consulté le 23 janvier 2018).
  11. Apollo est également le nom du voilier de Gerrit Ulrich
  12. ANP-Belga, « ITALIE : Van der Plancken condamné à 15 ans », Le Soir, .
  13. Serge Garde et Laurence Beneux, Livre de la honte : Les réseaux pédophiles, Le Cherche Midi, , 239 p. (ISBN 978-2862749167).
  14. « Les Faits Karl Zero : le fichier de la honte ce soir sur 13e Rue ».