Cette page est en semi-protection longue.

Marcel Vervloesem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Marcel Vervloesem
Defaut.svg
Biographie
Naissance
Décès
(à 65 ans)
Nationalité
Activité
ActivisteVoir et modifier les données sur Wikidata

Marcel Vervloesem est un Belge né à Lierre le et mort le .

Bien que se présentant comme un militant anti-pédophile, il a été condamné en 2008 pour abus sexuels sur mineurs, diffusion de matériel pédopornographique et escroquerie.

Thèse de réseaux pédophiles

Marcel Vervloesem se présente comme « un chasseur de pédophiles », notamment via un groupe de travail appelé « Morkhoven[1] », qu'il a créé en 1988[2]. Il soutient une thèse selon laquelle il existe plusieurs réseaux d'exploitation d'enfants visant à produire des contenus pédophiles et se dit victime d'un complot. Cette thèse part notamment de l'affaire Zandvoort.

Vervloesem affirme qu'il a donné le cédérom de l'affaire Zandvoort aux autorités belges et au gouvernement français, mais qu'aucune enquête n'a été menée. Or la police néerlandaise a analysé le cédérom. Elle a identifié 472 portraits de mineurs[3] et a conclu en que « la présumée filière Zandvoort » était « une piste vaine » et « qu'il n'existait aucune preuve directe de la production de pornographie enfantine à Zandvoort[4] ». Le parquet des mineurs de Paris a prononcé un non-lieu en sur l'affaire de Zandvoort[3].

Vervloesem prétend qu'il existe plusieurs cédéroms de l'affaire Zandvoort : 21 cédéroms au total selon Vervloesem, 20 cédéroms selon Serge Garde[3]. La police belge a perquisitionné le domicile de Vervloesem le à la demande de la police néerlandaise[5], et il n'a été fait mention que d'un unique cédérom.

Dans d'autres affaires, des faits amalgamés avec l'affaire de Zandvoort ont été utilisés[réf. nécessaire] pour avancer la thèse de l'existence de réseaux pédophiles organisés en Europe :

Condamnations

Marcel Vervloesem est condamné en à Anvers notamment pour agression criminelle sur mineur, puis de divers chefs en 1982, 1985 et 1986[6].

Il est condamné en 2008 à quatre ans de prison : il a été reconnu coupable d'abus sexuels sur mineurs, diffusion de matériel pédopornographique et escroquerie[7],[8]. Il a été libéré sous conditions en .

En , Marcel Vervloesem a été de nouveau inculpé pour avoir agressé sexuellement son neveu[9]. Le , la chambre des mises en accusation d'Anvers a décidé de le libérer[7] avec une interdiction d'entrer en contact avec des mineurs ainsi qu'avec les médias. Il a été acquitté en par la cour d'appel[10].

Il décède le à l'âge de 65 ans[10].

L'affaire de Zandvoort

L'affaire de Zandvoort porte sur un service BBS commercial appelé « Apollo[11] » diffusant des images pédophiles et sur un cédérom contenant plusieurs milliers d'images pédophiles.

Les faits

Le , Gerrit Ulrich est assassiné près de Pise par Robby Van Der Plancken[4]. Dans l'appartement d'Ulrich, situé à Zandvoort, la police néerlandaise trouve un cédérom qui contient 8 500 photos pédophiles[3]. Des ordinateurs ont également été découverts, ils étaient utilisés pour un service BBS commercial diffusant des images pédophiles[5].

Marcel Vervloesem est en possession d'un cédérom contenant les images utilisés par le service Apollo. Il prétend que Gerrit Ulrich lui a donné le cédérom avant d'être assassiné[6]. La justice néerlandaise lui réclame des informations, Vervloesem refuse de collaborer car il « doute de sa volonté de démanteler les grands réseaux pédophiles »[8].

Le , la police belge perquisitionne le domicile de Vervloesem, à la demande de la police néerlandaise[5]. Le lendemain, Vervloesem annonce lors d'une conférence de presse avoir remis le matériel à la police[5].

Vervloesem prétend avoir exposé l'affaire grâce à son groupe de travail (Werkgroep Morkhoven). Selon un article du journal The Independent écrit par Tim Hulse[6], Marcel Vervloesem usurpe son rôle de héros.

Enquête judiciaire

La police néerlandaise a identifié 472 portraits de mineurs[3] sur le cédérom, dont une grande partie étaient des images anciennes, certaines vieilles de plus de dix ans, et avaient déjà été vues sur des « compilations » réalisées et diffusées par des pédophiles[6]. L'enquête a conclu en que « la présumée filière Zandvoort » était « une piste vaine » et qu'au-delà de la consommation avérée de pédopornographie par Gerrit Ulrich, il n'existait « aucune preuve directe de la production de pornographie enfantine à Zandvoort »[4].

Le , un tribunal de Pise condamne Robby Van Der Plancken à 15 ans de prison pour le meurtre de Gerrit Ulrich[12].

En , le parquet des mineurs de Paris a prononcé un non-lieu sur l'affaire de Zandvoort[3].

Médiatisation

Le , l'émission Nova de Netherland 2 révèle l'existence du service BBS « Apollo »[5].

En , l'émission Faits Divers diffusée sur la RTBF parle de « L'affaire Zandvoort »[5].

En , Serge Garde publie un article dans le journal L'Humanité[4] à partir du fichier établi par la police néerlandaise. Il coécrit un livre intitulé Livre de la honte[13] avec Laurence Beneux, journaliste au Figaro.

Le , le film Le Fichier de la honte, les Faits Karl Zéro de Karl Zéro et Serge Garde (3e œil productions) est diffusé sur la chaîne 13e rue[14]. Karl Zéro invite ensuite Serge Garde dans son l'émission Les Faits Karl Zéro.

Notes et références

  1. Le Werkgroep Morkhoven tire son nom du village belge Morkhoven où réside Marcel Vervloesem
  2. Le Werkgroep Morkhoven a été créé en 1988 selon son site internet : « Werkgroep Morkhoven »
  3. a b c d e et f Serge Garde, « Un non-lieu programmé dans l'affaire des cédéroms de Zandvoort », L'Humanité, .
  4. a b c et d Serge Garde, « Histoire secrète. Un répertoire photographique et un cédérom restent inexploités dans la lutte contre les réseaux transnationaux. », L'Humanité, .
  5. a b c d e et f Émission Faits Divers de Léon Michaux diffusée sur la RTBF : « L'affaire Zandvoort ».
  6. a b c et d Tim Hulse, « NO KIND OF HERO. Marcel Vervloesem claims he cracked a child pornography ring. But should we believe him? », The Independent, .
  7. a et b « Marcel Vervloesem remis en liberté », La Dernière Heure/Les Sports, (consulté le 6 novembre 2012)
  8. a et b « Le "chasseur de pédophiles" condamné pour viol », L'Express, .
  9. « Marcel Vervloesem reste en prison », La Libre Belgique,
  10. a et b (nl-BE) Ivo Meulemans, « Zelfverklaarde kinderpornojager Marcel Vervloesem overleden », Gazet van Antwerpen,‎ (lire en ligne, consulté le 23 janvier 2018).
  11. Apollo est également le nom du voilier de Gerrit Ulrich
  12. ANP-Belga, « ITALIE : Van der Plancken condamné à 15 ans », Le Soir, .
  13. Serge Garde et Laurence Beneux, Livre de la honte : Les réseaux pédophiles, Le Cherche Midi, , 239 p. (ISBN 978-2862749167).
  14. « Les Faits Karl Zero : le fichier de la honte ce soir sur 13e Rue ».