Marcel Renard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Renard.
Marcel Renard
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
Léopold Renard (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Marcel Renard, né à Lyon le et mort à Paris le , est un sculpteur et médailleur français[1]. Il est le fils du sculpteur Léopold Renard (1868-1945), lui-même fils du sculpteur Charles Renard (1833-1910).

Biographie[modifier | modifier le code]

Marcel Renard est d'abord l'élève de son père, Léopold Renard. Il entre à l’École des beaux-arts de Lyon dans les ateliers d’Aubert et de Ploquin, puis il est admis à l’École des beaux-arts de Paris dans les ateliers de Rost et d'Alfred Boucher. Il obtient le second grand prix de Rome en gravure de médaille, et une médaille d’or à l’Exposition des arts décoratifs de 1925.

Condisciple de Marcel Gimond, Georges Salendre, Louis Bertola et Adolphe Penin, il expose au Salon des artistes français ainsi qu’au Salon des artistes décorateurs.

Marcel Renard se fixe à Paris en 1920 et travaille avec Michel Roux-Spitz sur ses chantiers lyonnais, qu’il s’agisse de la villa Weitz (1923), du restaurant Berrier et Millet (1924-1928, avec Alfred Janniot, détruit) ou encore de la sépulture Vetter au cimetière de la Croix-Rousse à Lyon (1924)[2].

Ses œuvres sont conservées, entre autres, au Palais des beaux-arts de Lille (Donation Laporte-Pellegrin), au Musée des beaux-arts de Lyon[2], au Victoria and Albert Museum de Londres[3], au Design museum Gent à Gand, et au Dansmuseet (en) à Stockholm.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sculptures[modifier | modifier le code]

Médailles[modifier | modifier le code]

  • Édouard Herriot, 1930, plaquette pour les 25 ans de mandat municipal.
  • Édouard Herriot, médaille de ses 80 ans[5].
  • Lyon, 1945, bronze[6].
  • La Méditerranée, bronze[6].
  • Diverses médailles de paquebots[6].
  • Joueur de flûte, bronze[4].
  • Femme au piano, bronze[4].
  • La Parure, bronze[4].
  • Femme à la harpe, plaquettes éditées par la Monnaie de Paris[4].
  • Le Professeur Leriche, plaquette en bronze[4].
  • Alphonse Bertillon, 1969, bronze, Monnaie de Paris[7].
  • Le Professeur Weil, plaquette en bronze[4].
  • Le Professeur Dépéret, plaquette en bronze[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La médaille en France aux XIXe & XXe siècle. Au creux de la main, Skira Flammarion, Bibliothèque nationale de France, 2012.
  2. a et b Guichet du Savoir.
  3. collections.vam.ac.uk.
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Guichet Du Savoir.
  5. Nicolas Salagnac, Histoire de la médaille Lyonnaise. Des graveurs lyonnais, au service de leurs compatriotes
  6. a, b et c Metal connexion
  7. Catalogue des Références de la Monnaie de Paris

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Édouard-Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains 1910-1930, t. 3, 1934, p. 196.
  • Philippe Dufieux, Sculpteurs et architectes à Lyon (1910-1960), 2007.
  • Daniel Buren, Ponctuations statue/sculpteur, 1980, p. 36-37.
  • Salons à Lyon 1919-1945.
    Répertorie les œuvres exposées dans les Salons lyonnais par Marcel Renard entre 1919 et 1936, essentiellement au Salon de la Société lyonnaise des beaux-arts et au Salon d’automne en 1926.
  • Jean-Paul Donné, « Marcel Renard, sculpteur et médailleur lyonnais », Bulletin municipal officiel de la Ville de Lyon, 7 mars 2011.

Liens externes[modifier | modifier le code]