Marcel Mouly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marcel Mouly
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 89 ans)
ClamartVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Marcel Léon Paul MoulyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Mouvement
Distinctions

Marcel Mouly, né le à Paris et mort le à Clamart, est un peintre et lithographe français[1]. Il travaille dans la tradition française classique, fait partie du courant de la synthèse entre le formel et l’informel, composant des natures mortes, des scènes d’intérieur, des paysages et des marines avec une palette de couleurs très colorée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ateliers des Beaux-Arts, 80 boulevard du Montparnasse

Marcel Mouly naît dans le 7e arrondissement de Paris[2]. Il est âgé de 5 ans lorsque ses parents, de condition modeste 'son père est forgeron), s’installent place Félix-Faure où il demeurera jusqu’à sa majorité. En 1931, le port du Havre inspire ses premiers dessins. C'est à cette même date (il a alors 13 ans), restitue Gisèle d'Assailly, qu'il abandonne l'école primaire afin de devenir apprenti et ainsi de soutenir financièrement ses parents : successivement vendeur de journaux, mécanicien-dentiste, caviste et livreur de vin ; en 1935, son patron, ancien comédien dramatique qui fait aussi de la peinture, l'incite à se distraire pinceau à la main et Mouly, à court de surfaces blanches, utile les murs de sa chambre qu'il décore de thèmes exotiques en employant alternativement fusain et ripolin[3]. En 1935, il s’inscrit aux cours du soir d'André Auclair aux ateliers des Beaux-Arts du 80, Boulevard du Montparnasse[3].

De 1938 à 1940, Marcel Mouly effectue son service militaire dans la Marine. Il tracte alors des canons dans la presqu’île du Cotentin. Pendant l’hiver rigoureux 1938-1939, il tombe gravement malade et, pour soulager l’hôpital durant sa convalescence, il aide les infirmiers. Rejoignant Cherbourg, il subit les bombardements d’Abbeville et d’Amiens. Durant une permission à Paris, l’armistice du 22 juin 1940 est signé et il ne réintègre plus l’armée. Il exerce alors une série de métiers de fortune (conducteur de poids lourd, charpentier, manœuvre) et partage avec un ami un grand atelier à Auteuil[3].

En 1942, il est surpris sans permission par la Gestapo en train de faire des dessins à Houlgate, zone très sensible. Il est suspecté avec son ami d’être un espion. Pour cette raison, ils sont mis au secret durant 3 mois à la prison de Fresnes après quoi ils seront innocentés et libérés. Il fait alors la connaissance d'Édouard Pignon et habite avec ce nouvel ami dans l'atelier du sculpteur Chaim Jacob Lipchitz à Boulogne-Billancourt où, en plus du dessin et de la peinture, il se consacre au modelage de la terre cuite et, afin de gagner sa vie, à la poterie[3].

1945 (année où il épouse Sylvana qui, de naissance italienne, délaisse alors le chant au profit de la mosaïque[3]), 1946 et 1947 marquent le lancement de sa carrière ; il expose au Salon d'automne, au Salon de Mai, en compagnie de Matisse, Picasso, Fernand Léger, Édouard Pignon, Maurice Estève, Manessier, Jean Bazaine, Gustave Singier, Jean Le Moal et Marcel Burtin. Il s’installe en 1946 à la Ruche (2, passage de Dantzig), rencontrant alors Pablo Picasso et Constantin Brâncuși. Travailleur acharné, il est du matin au soir devant son chevalet, entrecoupé de voyages pendant lesquels il exécute des dessins ou des croquis qui alimenteront son inspiration sa vie durant. Il commence en 1950 une longue suite d’expositions personnelles, en France et dans le monde entier, qui se termineront par celle de 2007, rue Saint-Honoré à Paris.

Marcel Mouly est en 1982 l'un des neuf membres fondateurs - avec Jean Bertholle, Roland Bierge, Jack Chambrin, Paul Charlot, Jean Cornu, Albert Laurezo, Jean Marzelle et Roger Montané - de l'Association 109 qui est à compter de 1983 l'initiatrice de la Biennale 109, nouvelle manifestation annuelle se revendiquant rupture d'avec le Salon d'automne[4].

Marcel Mouly meurt le à Clamart[2],[5].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Style[modifier | modifier le code]

De l’héritage cubiste, Marcel Mouly a gardé une composition architecturale parfaite, où il reconstruit la perspective. Sa composition ressemble à un vitrail dont on pourrait presque séparer des verres.

Sa peinture est illuminée de l’intérieur comme si un soleil invisible l’irradiait, remplie de force paisible et heureuse où règne l’harmonie, sa palette est plus chatoyante que la réalité, elle est le reflet fidèle de sa personnalité. De l’œuvre de Marcel Mouly se dégage une vibration sensible, avec des oppositions de tons parfois très osés, au service de sa volonté artistique. Marcel Mouly est connu pour être humain exceptionnel, pour sa gentillesse, sa bonne humeur et pour sa fidélité. Sa peinture compte avec force dans le panorama de la peinture contemporaine. Il a maintenant une place unique, en dehors des modes tout en restant dans la grande tradition de l’art du XXe siècle.

Contributions bibliophiliques[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • Derrière le jeu des apparences, une évocation de ce que les romantiques appelaient l'âme des choses : on trouve son admiration pour Henri Matisse dans la grâce des arabesques, mais la combinaison savante de ses arrangements lui appartient bien : des surfaces animées plastiquement et judicieusement, des accords savamment répartis grâce à l'importance accordée aux valeurs plus qu'à la couleur. - Gérald Schurr[20]
  • Il confère à ses scènes une atmosphère particulière, en appliquant la couleur, à la manière de filtres aux tons intenses (cyan, jaune, magenta et leurs dérivés). Parti de pures arabesques inspirées de l'œuvre de Matisse, il reçut l'influence d'Édouard Pignon, et recompose la réalité selon des règles toutes postcubistes, avec un sens décoratif très sûr. - Dictionnaire Bénézit[14]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Algérie Algérie[modifier | modifier le code]

Drapeau : États-Unis États-Unis[modifier | modifier le code]

Drapeau de la Finlande Finlande[modifier | modifier le code]

Drapeau : France France[modifier | modifier le code]

Drapeau du Japon Japon[modifier | modifier le code]

Drapeau du Luxembourg Luxembourg[modifier | modifier le code]

  • Musée national d'Histoire et d'Art du Grand-Duché du Luxembourg.

Drapeau de la Suède Suède[modifier | modifier le code]

Drapeau de la Suisse Suisse[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Morre o pintor Marcel Mouly; Agence France-Presse: (Aug. 1, 2008): http://afp.google.com/article/ALeqM5h02wotz7ll3rjTLaI5EwfW-9ysuw
  2. a et b Archives de Paris 17e, acte de naissance no 176 année 1918 (vue 3/31) (avec mentions marginales de mariages et décès)
  3. a b c d e et f Gisèke d'Assailly, Paroles en couleurs, Éditions René Julliard, 1963.
  4. Samantha Deman, « Biennale 109 : peinture et sculpture sur les bords de Seine », Art Hebdo Medias, 21 septembre 2011
  5. « Décès du peintre Marcel Mouly », L'Obs, 8 janvier 2008
  6. Gérald Schurr, « Les expositions à Paris », La Gazette de l'Hôtel Drouot, n°39, 6 novembre 1987, page 82.
  7. Jean Rollin, « La plénitude par la couleur », L'Humanité, 17 janvier 1995
  8. Park West Gallery, Marcel Mouly
  9. Marcel Mouly at Park West Gallery, reportage (source : YouTube ; durée : 2'08")
  10. Galerie Chrystel Anthep, Marcel Mouly
  11. Léa Sanchez, « Rétrospective sur le peintre Marcel Mouly », Sud-Ouest, 11 avril 2015
  12. Léa Sanchez, « Exposition d'exception au Domaine perdu », Sud-Ouest, 24 avril 2017
  13. Patrick-F. Barrer, L'histoire du Salon d'automne de 1903 à nos jours, Arts et Images du Monde, pages 278, 389, 428.
  14. a b c d e f et g Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, vol.9, page 912.
  15. Musée San Telmo, 1er Salon Biarritz - Saint-Sébastien, présentation de l'exposition, 1965
  16. Michel Ratier et Geneviève Testonière, catalogue d'exposition, Galerie Chardin, 1973.
  17. a et b Françoise Woimant, Marie Cécile Miessner et Anne Mœglin-Delcroix, De Bonnard à Baselitz - Estampes et livres d'artistes, B.N.F., 1992, page 299.
  18. « From clay to canvas : the intersecting carrers of Marcel Mouly and Pablo Piccaso », Park West Gallery, 2019
  19. « Pablo Picasso and Marcel Mouly come to the Monthaven Art and culturel Center », reportage en ligne (source : YouTube ; durée : 2'22")
  20. Gérald Schurr, Le Guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1993, page 745.
  21. Gérard Valat, Marcel Mouly, Galerie Bourreau-Ravier, Noirmoutier
  22. Maison des arts de Grand-Quevilly, Marcel Mouly dans les collections

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Edwin Livengood, Mouly, « Cahiers d'art », Èditions Pierre Cailler, Genève, 1958.
  • Gisèle d'Assailly et Jacques Ménétrier, Paroles en couleurs, avec Paul Charlot, Camille Hilaire, Jean Marzelle, Marcel Mouly, Daniel Ravel, Maurice-Elie Sarthou, Claude Schürr, Éditions René Julliard, 1963.
  • Sous la direction de Bernard Dorival, Peintres contemporains, Mazenod, Paris, 1964.
  • René Huyghe de l'Académie française et Jean Rudel, L'art et le monde moderne, vol.2, Larousse, 1970.
  • Jeanine Warnod, Les artistes de Montparnasse : La Ruche, Mayer - Van Wilder, 1988.
  • Préface de Roger Peyrefitte, Marcel Mouly, Gentilly, Les Ateliers Gourdon, , 155 p..
  • Patrick-F. Barrer, L'histoire du Salon d'automne de 1903 à nos jours, Arts et Images du Monde, 1992.
  • Françoise Woimant, Marie-Cécile Miessner et Anne-Mœglin Delcroix, De Bonnard à Baselitz, estampes et livres d'artistes, 1992.
  • Lydia Harambourg, L'École de Paris, 1945-1965 - Dictionnaire des peintres, Ides et Calendes, Neuchâtel, 1993.
  • Gérald Schurr, Le Guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1993.
  • Bruno-Pascal Lajoinie, Entretien avec Marcel Mouly, Éditions Le Domaine perdu, 1996.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs, graveurs, vol.9, Gründ, 1999.
  • Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001.
  • Dominique Paulvé (texte) et François Goudier (photographies), La Ruche - Un siècle d'art, Gründ, 2002.
  • Sylvie Buisson, La Ruche, cité d'artistes au regard tendre, 1902-2002, Éditions Atlantica/Musée du Montparnasse, 2002.
  • Marcel Mouly, Marcel Mouly, Opéra Galleruy, 2006.
  • Sylvie Buisson et Martine Fresia, La Ruche, cité des artistes, collection « Arts en scène », Éditions Alternatives, 2009.
  • Éric Mercier, Années 50 : La Jeune Peinture - L'alternative figurative, Éditions Art Acatos, 2010.

Liens externes[modifier | modifier le code]