Marcel Michelin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Michelin (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Michelin.

Marcel Michelin (1886-1945), fils d'André Michelin, est le fondateur et premier président en 1911 de l'Association sportive Michelin (future AS Montferrand). Résistant durant la Seconde Guerre mondiale, il mourra en déportation à Buchenwald. Aujourd'hui, le Parc des sports Marcel-Michelin à Clermont-Ferrand porte son nom.

Élements biographiques[modifier | modifier le code]

Il organisa une démonstration record de micheline le . Le prototype Michelin no 5 fit un aller et retour entre Paris-Saint-Lazare et Deauville, parcourant au retour la distance de 219,2 km qui sépare les deux gares en 2 h pile, soit 110 km/h de moyenne.

Fondateur de l'Association sportive michelin, il est président d'honneur du Comité Centre de rugby à XV (à l'époque où le Comité Auvergne n'existait pas) et Médaillé d'or de l'AS Montferrand en 1936.

Durant l'Occupation, Marcel Michelin est résistant. Arrêté avec son fils, il est déporté et meurt au camp de Buchenwald (Ohrdruf) après avoir été sauvé à deux reprises d'affectation dans des Kommandos très durs grâce à son « hospitalisation » pour une aortite décidée par le déporté et docteur Joseph Brau, médecin radiologue du Revier[1]. La troisième affectation, faite par surprise, la nuit, lui sera fatale[2].

Marcel Michelin épousa à Clermont-Ferrand en octobre 1912 Yvonne Bousquet, fille du docteur Bousquet, directeur de l'École de médecine . Ses fils Philippe et Hubert servent dans la Royal Air Force, son autre fils Jean-Pierre Michelin (né le 15 juillet 1918), Français libre qui avait réussi à s'embarquer clandestinement sur le sous-marin Casabianca, est tué en Corse à Conca le 22 septembre 1943 lors de la libération de l'île. Fernand Gambiez, commandant d'un bataillon de choc, note dans son ouvrage sur la Libération de la Corse : « Je dispose du groupe Michelin, soit : Michelin, 2 sous-officiers et 10 chasseurs. ». Il verra l'aspirant Michelin et son guide tués à bout portant par les Allemands.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lucien Cariat, Ici chacun son dû : L'histoire du Docteur Joseph Brau résistant, déporté, libéré, La Pensée Universelle,‎ , p. 77 & 164
  2. Livre Blanc sur Buchenwald, p. 202.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christophe Buron et Yves Meunier, Les "Jaune et Bleu" de A à Z : L'ABCdaire de l'ASM Clermont Auvergne, Clermont-Ferrand, Éditions Revoir,‎ , broché (ISBN 978-2-35265-024-9)