Marcel Golay (mathématicien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marcel Golay (astronome) et Golay.
Marcel Jules Édouard Golay
Naissance
Neuchâtel (Drapeau de la Suisse Suisse)
Décès (à 86 ans)
La Conversion (Drapeau de la Suisse Suisse)
Nationalité Suisse
Domaines Physicien et théorie de l'information
Diplôme Ph D.
Formation Université de Chicago
Renommé pour codes de Golay, Filtre électronique de Savitzky-Golay, cellule de Golay

Marcel Jules Édouard Golay (1902—1989) était un mathématicien, physicien et théoricien de l'information, connu pour ses applications des mathématiques aux problèmes militaires et industriels, notamment pour les codes de Golay. Il a aussi inventé une cellule infrarouge (la « cellule de Golay ») et a décrit la généralisation non binaire des codes Hamming[1]. Il est coauteur avec Abraham Savitzky (en) d'une méthode de filtrage qui porte leurs noms.

Carrière[modifier | modifier le code]

Marcel Golay est né à Neuchâtel (en Suisse) et a étudié le génie électrique à l'École polytechnique fédérale de Zurich. Il a rejoint les Laboratoires Bell à New York en 1924, en y consacrant quatre ans puis a reçu un doctorat en physique de l'Université de Chicago en 1931[2].

Golay a ensuite rejoint le Corps des signaleurs de l'Armée américaine, finissant par en devenir scientifique en chef. Il était principalement basé à Fort Monmouth, dans le New Jersey. Il y a développé des systèmes de radar et a inventé la cellule de Golay qui a permis de repérer à distance les émissions infrarouges des aéronefs.

Entre 1955 et 1963, Marcel Golay fut consultant pour Philco Corporation de Philadelphie et la Société PerkinElmer de Norwalk, dans le Connecticut. En 1963, il joignit la société PerkinElmer à temps plein en tant que chercheur principal et il y travailla sur de nombreux problèmes, y compris la chromatographie en phase gazeuse et la spectroscopie optique, jusqu'à sa retraite[2]. Il est resté actif jusqu’à son décès à l'âge de 86 ans à La Conversion (Suisse)[2]

Réalisations[modifier | modifier le code]

  • Co-auteur avec Abraham Savitzky de l'algorithme de Savitzky-Golay ;
  • Développement des codes de Golay ;
  • Généralisation aux codes de Hamming non binaires ;
  • Inventeur de la cellule de Golay, un type de détecteur infrarouge ;
  • Il a introduit des séquences complémentaires, des paires de séquences binaires dont les fonctions d'auto-corrélation s'ajoutent à zéro pour tous les changements de temps non nul. Aujourd'hui, ils sont utilisés dans diverses normes WiFi et 3G ;
  • Il a introduit la théorie de la dispersion dans des colonnes tubulaires ouvertes (colonnes capillaires) et a démontré leur efficacité au Second symposium international sur la chromatographie gazière à Amsterdam en 1958[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) James L. Massey, « Marcel J.E. Golay (1902-1989) », IEEE Information Theory Society Newsletter,‎ (lire en ligne [PDF]).
  2. a, b et c (en) « Finding Aid to Marcel J. E. Golay, 1931-2002 (bulk 1946-1989) », Chemical Heritage Foundation Archives (consulté le 20 juin 2017).
  3. (en) M. J. E. Golay, « Vapor Phase Chromatography and Telegrapher's Equation », Anal. Chem., vol. 29, no 6,‎ , p. 928–932 (DOI 10.1021/ac60126a019, lire en ligne).

Bibliographie choisie[modifier | modifier le code]

  • (en) M. Golay, « Notes on Digital Coding », Proc. IRE, vol. 37,‎ , p. 657 (lire en ligne).
  • (en) M. Golay, « Sieves for low autocorrelation binary sequences », IEEE Transactions on Information Theory, vol. 23, no 1,‎ , p. 43–51 (DOI 10.1109/TIT.1977.1055653).
  • (en) M. J. E. Golay, « Preparative capillary chromatography-a proposal », Journal of High Resolution Chromatography, vol. 11, no 1,‎ , p. 6–8 (DOI 10.1002/jhrc.1240110103).
  • (en) M. Golay, « Complementary series », IEEE Transactions on Information Theory, vol. 7, no 2,‎ , p. 82–87 (DOI 10.1109/TIT.1961.1057620, lire en ligne).

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d’autorité international virtuel • Bibliothèque du Congrès • WorldCat