Marcel Delmotte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Delmotte.
Marcel Delmotte
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Marcel Delmotte, né en 1901 à Charleroi (Belgique) et décédé le à Mont-sur-Marchienne (Belgique)[1] est un artiste peintre belge et surréaliste wallon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Peintre sur toiles, aquarelliste et dessinateur autant que portraitiste, peintre de nus et de paysages, Delmotte était également sculpteur. Il s'est particulièrement spécialisé dans les paysages visionnaires et les grandes fresques symboliques.

Il fut l'élève du peintre Léon Van den Houten à l'atelier libre de l'Université du Travail à Charleroi.

Peintre réaliste à ses débuts, il fut influencé par l'expressionnisme et évolua vers le symbolisme d'esprit classique, les grandes compositions, paysages lunaires et architectures futuristes. Son idéologie était inspirée de la mythologie, de la Bible et de la Divine Comédie et, durant toute sa carrière, il se soucia de l'évolution de l'humanité.

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • Galerie d'art Léon Paulus, Charleroi, 1942.
  • Galerie Goya, Bruxelles, 1952.
  • Galerie Le Parc, Charleroi, 1952, 1953, 1956, 1957, 1958.
  • Hôtel de ville de Gosselies, 1956.
  • Galerie Le Rouge et le Noir, Charleroi, 1957.
  • Abbaye d'Aulne, Gozée, 1958.
  • Galerie de la Madeleine, Bruxelles, 1960.
  • Galerie Isy Brachot, Bruxelles, 1961, 1963, 1966, 1971, 1974, 1976, 1987, 1991.
  • Heimatmuseum, Gladbeck, 1961.
  • Galerie La Palette, Wuppertal, 1961.
  • Musée Jean-Pierre Pescatore, Luxembourg, 1962.
  • Galerie Vynche-Van Eyck, Gand, 1962.
  • Galerie de Paris, Paris, 1963. Catalogue écrit par Gisèle d'Assailly.
  • Rétrospective Delmotte, Casino de Spa, 1964.
  • Galerie Roger Dulac, Paris, 1964.
  • Galerie Mischkind, Lille, 1964, 1967.
  • Casino de Namur, 1964.
  • Galerie Laudwerlin, Strasbourg, 1965.
  • Galerie Drouant, Paris, 1965.
  • Musée de l'Athénée, Genève, 1966.
  • Hammer Gallery, New York, 1967.
  • Saks Gallery, Denver, 1967.
  • Galerie Emmanuel David, Paris, 1969, 1970, 1971.
  • Chapelle du Lycée Ampère, Lyon, 1970.
  • Maine Libre, Le Mans, 1970.
  • Église Saint-Pierre, Touques, 1970.
  • Galerie Schubert, Milan, 1970.
  • Galerie Boni & Schubert, Lugano, 1970.
  • Galerie Synthèse, Anvers, 1971.
  • Rétrospective Marcel Delmotte 1931-1971, Palais des beaux-arts de Charleroi, 1971.
  • Église Sain-Hubert, Loverval, 1972.
  • Galerie Isy Brachot, Knokke-le-Zoute, 1972, 1974.
  • Galerie du XXe Siècle, Charleroi, 1972, 1975.
  • Galerie du Carlton, Cannes, 1972.
  • Galerie La Sarbacane, Charleroi, 1972.
  • Galerie l'Obsidienne, Paris, 1975.
  • Les 75 ans de Marcel Delmotte, Galerie l'Obsidienne, Paris, 1976.
  • Galerie Schèmes, Lille, 1984, 1991.
  • Centre culturel Félicien-Rops, Namur, 1985.
  • Tokyo Art Expo, Tokyo, 1991.
  • Nathan Gallery, New-York, New Orleans et Yokohama, 1991.
  • Casino de Chaudfontaine, 1991.

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

  • Galerie d'art Signet, Charleroi, 1930, 1937.
  • Salon de la Toison d'Or, Mons, 1930.
  • Salon des artistes français, Paris, 1933.
  • L'art vivant au Pays de Charleroi, L'atrium, Bruxelles, 1933.
  • Salon du cercle artistique et littéraire, Charleroi, 1939.
  • Triennale des peintres du Hainaut, Musée des beaux-arts de Mons, 1940.
  • Salon de l'art libre, Paris, 1952.
  • L'art et la médecine vus par 24 peintres contemporains, Kunstzaal Pieter Breughel, Lokeren, 1964.
  • Sélection 1963-1964, Le Cap, Afrique du Sud, 1964.
  • Musée d'art moderne d'Arnhem, 1964.
  • Salon Terres Latines, 1965.
  • Salon Comparaisons, Paris, 1965.
  • Salon de Mai, Paris, 1965.
  • Les arts en Europe, Centre Rogier, Bruxelles, 1965.
  • Art sans frontièrees, Galerie Isy Brachot, Bruxelles, 1966, 1967, 1968, 1969, 1970, 1971, 1972, 1973, 1975.
  • Introduction au Surréalisme en Belgique (Ministère de la culture), Stavelot, Mons, Bruxelles (1967), Namur, Charleroi, Tournai (1968), La Louvière, 1969.
  • Surréalisme contemporain, Palais des beaux-arts de Charleroi, 1968.
  • Dix maîtres contemporains, Galerie Isy Brachot, Bruxelles, 1968.
  • Exposition internationale du figuratif, Galerie Tamenaga, Tokyo, 1969.
  • L'art belge, Galerie Gmurzynska, Cologne, 1969.
  • Banque industrielle et commerciale du Nord, Lille, 1969.
  • Malerei des Surrealismus, Kunstverein, Hambourg, 1969.
  • Festival d'Aix-en-Provence, 1969.
  • Surrealismus in Europa, Baukunst, Cologne, 1969.
  • Autour d'Ambroise Paré, Centre artistique et culturel du Moulin de Vauboyen, Bièvres (1969), Salle de la Mutualité, Metz, 1970.
  • Grand salon d'automne, Maison des arts du Goddiarch, Villers-la-Ville, 1970.
  • Arts des cinq provinces, Musée d'art wallon, Liège 1971, Musée des beaux-arts de Mons 1972, Maison de la culture de Namur 1973.
  • Palais du Centenaire, Bruxelles, 1972.
  • Salon Art'4/1973, Bâle, 1973.
  • Salon Iki 74, Düsseldorf, 1974.
  • Salon du Lions Club de Charleroi-Sextant, Hôtel de ville de Montignies-sur-Sambre, 2015.

Livres illustrés par Marcel Delmotte[modifier | modifier le code]

  • Ouvrage collectif : Variations sur l'imaginaire, Club du Livre & Philippe Lebaud, Paris 1972. Vingt artistes dont Marcel Delmotte, une lithographie de chaque.
  • Maurice Carême : L'envers du miroir, Fernand Nathan, 1973.
  • Maurice Carême : L'almanach du ciel, Fernand Nathan, 1973.
  • Maurice Carême : Figures, Fernand Nathan, 1977.

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « Chez Delmotte, le côté littéraire n'est jamais obsédant; jamais il n'éclipse le pictural, jamais non plus il ne s'impose au détriment de la composition. Sans cette réserve, les paysages fantastiques seraient seulement oniriques; ils perdraient cette sérénité que nous y avons décelée. C'est l'accession à l'équilibre, c'est la domination du rêve par l'esprit qui explique le calme des paysages de Delmotte. Cette confession des éléments naturels, ce dialogue qui unit les souverains du règne végétal participe certes d'un art surréaliste mais non d'un fantastique débridé. » - Marcel Fryns[2]
  • « Il passe d'un humanisme païen transcendant à la tragédie du calvaire dans des dessins aux pulsions graphiques intenses, parfois convulsives. Son instinct est constamment pur et grave. C'est un homme de la Renaissance italienne égaré dans notre siècle. De ses visages épurés et de ses nus savants, on peut écrire ce qu'Élie Faure disait des modèles de Piero della Francesca: "on dirait des statues qui marchent, ou s'agenouillent, et l'énergie qui les dresse coule dans leur forme pleine une pesanteur d'airain". » - Paul Caso[3]
  • « Ce peintre autodidacte montre une facination constante pour l'art de Piero della Francesca dans le choix des sujets, dans les formes et jusque dans les personnes.[...] Un univers fantasmagorique, des personnages inspirés de la sculpture grecque antique évoluant dans le monde imaginaire hors du temps. » - Gérald Schurr[4]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Chevalier de l'Ordre de Léopold II, 1939.
  • Premier prix de peinture Richard Dupierreux, 1960.
  • Médaille d'argent de la peinture belge, 1960.
  • Médaille d'or du Conseil européen d'art et d'esthétique, 1964.
  • Premier Prix Chapman, 1965.
  • Médaille d'or du Salon des arts de Bruxelles, 1965.

Musées et collections publiques[modifier | modifier le code]

  • Musée des beaux-arts de Charleroi : Les agapes, 1919, La nuit des temps, 1935, L'automne, 1966, toiles.
  • Musée communal d'Ostende : La promesse du Rédempteur, toile.
  • Musée Maurice Carême, Anderlecht.
  • Pinacothèque d'art moderne de Munich.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérald Schurr: Delmotte, Édité par la Galerie Drouant, Paris, 1965.
  • Marcel Fryns : Delmotte, surréaliste hors du temps, Éditions de l'art belge, Bruxelles, 1969.
  • Fernand André : Le fait Delmotte, Éditions L'Art Belge, Bruxelles, 1969.
  • Waldemar George : Le monde imaginaire de Marcel Delmotte, Éditions Max Fourny, Paris, 1969.
  • Philippe Speileux : Entretiens avec Marcel Delmotte, Université de Liège, Faculté de philosophie et lettres, section d'histoire de l'art et d'archéologie, 1971-1972.
  • Jacques Parisse : Actuel XX - La peinture à Liège au XXe Siècle, Éditions Mardaga, 1975.
  • Paul Caso : Un siècle de peinture wallonne, Éditions Rossel, 1984.
  • Jean Clair, Marcel Delmotte, œuvres de 1919 à 1950, édité par Galerie Isy Brachot, Bruxelles, 1987.
  • Robert C. Morgan : Marcel Delmotte, édité par Natan Galleries, New-York, 1990.
  • Colette Dendelot et Philippe Dufrane (préface de Paul Caso) : Les dessins de Delmotte, Mecenart Books, 1992.
  • Gérald Schurr : Le Guidargus de la peinture, Éditions de l'amateur, 1993.
  • Emmanuel Bénézit : Dictiionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999. Voir tome 4 page 413.
  • Jean-Pierre Delarge : Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001. Voir pages 330 et 331[1].
  • Serge Goyens de Heusch (sous la direction de) : XXe siècle, l'art en Wallonie, Dexia - La Renaissance du livre, 2001.
  • Paul Piron : Dictionnaire des artistes plasticiens de Belgique des XIXe et XXe siècles, Éditions Art in Belgium, 2003.
  • Frédéric Mac Donough (préf. Émile Lempereur), Abécédaire des peintres du Pays de Charleroi : du XVIe au XXIe siècle, Loverval, Éditions Labor, , 240 p. (ISBN 978-2-8040-2380-5), p. 55-60.
  • Jean-Robert Delahaut : Le monde féérique de Marcel Delmotte, 2014.
  • Dictionnaire biographique illustré des artistes en Belgique depuis 1830

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-Pierre Delarge, Marcel Delmotte, in Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains.
  2. Marcel Fryns, Delmotte, surréaliste hors du temps, Éditions de l'art belge, 1969.
  3. Paul Caso, préface à Colette Dendelot et Philippe Dufrane, in Les dessins de Delmotte, Mecenart Books, 1992.
  4. Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les éditions de l'amateur, 1993.

Liens externes[modifier | modifier le code]