Marcel Chevalier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chevalier.
Marcel Chevalier
Description de l'image defaut.svg.
Naissance
Montrouge (Drapeau de la France France)
Décès (à 87 ans)
Vendôme (Drapeau de la France France)
Nationalité Française
Profession
Exécuteur en chef des arrêts criminels
Conjoint
Marcelle Obrecht

Marcel Charles Chevalier, né le à Montrouge et mort le à Vendôme, fut le dernier bourreau de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Imprimeur typographe depuis l'âge de treize ans (il fut « meilleur ouvrier de France »), Marcel Chevalier fait la connaissance en 1947 de Marcelle Obrecht, nièce de l'exécuteur André Obrecht et parente des bourreaux Anatole Deibler et Jules-Henri Desfourneaux. Il l'épouse l'année suivante, et ils ont ensemble deux enfants : une fille, Dominique, née en 1952, et un fils, Éric, né en 1953.

En 1951, il postule pour un emploi d'exécuteur-adjoint, mais n'est pas engagé. Toutefois, en 1958, son oncle par alliance, André Obrecht, lui fait obtenir la place souhaitée. Il participe ainsi, de 1958 à 1976, à plus de quarante exécutions en tant qu'aide du bourreau. En 1976, il succède comme exécuteur en chef à Obrecht, après le départ à la retraite de celui-ci.

C'est en cette qualité qu'il procède à la décapitation de Jérôme Carrein à la prison de Douai, le 23 juin 1977, et de Hamida Djandoubi à la prison des Baumettes à Marseille, le 10 septembre de la même année. Djandoubi est le dernier guillotiné de France, ainsi que le dernier criminel exécuté en Europe occidentale. Lors de ces deux exécutions, Chevalier se fait assister par son fils Éric en vue de le former à une éventuelle succession.

L'intéressé est demeuré en fonction jusqu'au , date à laquelle la peine de mort en France est abolie. En dehors de ses activités de bourreau, qui le réquisitionnent durant certaines nuits, il travaille comme monteur-copiste à l'Imprimerie de l'édition et de l'industrie, à Montrouge.

Il se retire à Charray, un petit village de la Beauce, et meurt le 8 octobre 2008 à la clinique du Saint-Cœur, à Vendôme[1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]