Marcel Chassard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marcel Chassard
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance

Paris
Décès
(à 90 ans)
Paris
Nom de naissance
Marcel René Chassard
Nationalité
Drapeau : France Française
Activité
Formation
Maître
Mouvement
Influencé par
Conjoint
Janine Schmidt
Distinctions
Chevalier de l'ordre du Mérite

Marcel René Chassard est un artiste peintre et lithographe figuratif (nus, portraits, paysages, natures mortes) français né le 29 juin 1907 à Paris. Également directeur artistique dans l'édition d'art, designer publicitaire et dessinateur d'ex-libris, il vécut rue Lecourbe, puis au 54, rue Cambronne dans le 15e arrondissement de Paris, s'y partageant avec un second atelier dans le château de Montgermont à Pringy (Seine-et-Marne). Il est mort à Paris le 17 octobre 1997. Il signait ses toiles en lettres capitales, M.R.CHASSARD, toutes assorties à partir de 1947 de l'empreinte digitale de son index droit.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marcel Chassard naït impasse du Rouet dans le 14e arrondissement de Paris. André Flament restitue « une enfance sans histoires et dont il n'y aurait rien à dire si ce n'est qu'elle fut tout entière tendue vers le dessin et la peinture ». Il décide de consacrer sa vie à cette vocation lorsqu'à l'âge de treize ans, en 1920, il obtient la plus haute récompense du concours de dessin qu'ouvre la ville de Paris aux meilleurs élèves de toutes les écoles communales. Il entre ainsi en 1921 à l'École des arts appliqués Germaine-Pilon où il a pour maîtres Robert Wlérick en sculpture, Jules Chadel (1870-1942) en dessin et Pierre Paul Montagnac (1883-1961) en décoration[1].

Après un bref passage à l'École nationale supérieure des beaux-arts en 1924, après aussi que son tempérament se soit senti partagé entre la tentation cubiste « qui ne fut pour lui qu'une étape »[2] et le recentrage vers le classicisme favorisé par les conseils de Pierre Laurens et André Favory[1], Marcel Chassard entre au service artistique de l'imprimerie Draeger de Montrouge en 1925. Y revenant en 1929 (année où il épousera Janine Schmidt) après un service militaire de deux ans au 34e Régiment d'aviation du Bourget, pour y travailler avec des artistes comme Jean Piaubert et Victor Vasarely, il fréquente assidûment les cours du soir de l'Académie Colarossi où il reçoit les conseils d'Othon Friesz. En 1933 (année de naissance de sa fille Colette), il est directeur de la revue Synthèse (aux fins d'en illustrer les publications bibliophiliques, il réalise ses premières lithographies chez Fernand Mourlot), puis directeur artistique et technique de la revue Le Jardin des modes en 1936[1]. Pour Claude-Saulvy, « si les réalités quotidiennes obligèrent Marcel Chassard à pratiquer un métier, il sut garder, des dix ans passés chez Draeger, un apport dont son talent profita. Et c'est peut-être aux disciplnes de la mise en page et des procédés d'impression qu'il doit ses qualités d'équilibre et de construction et aussi cette force tranquille et sûre qui émane de ses toiles »[3].

Mobilisé en 1939, alors que ses toiles récentes évoquent des villégiatures dans le Pays basque (L'église de Biriatou), en Corrèze (La cascade à Gimel), en Suisse (L'Église San Lorenzo à Lugano)[4], Marcel Chassard est élève officier de réserve. En 1942, il suit les cours de l'Académie de la Grande Chaumière. Sa première rencontre avec Jean Jansem date de 1945. Dans une amitié durable, les deux artistes peindront ensemble des paysages, des nus, ainsi que, réciproquement, un portrait de l'un par l'autre.

Si l'année 1947 inaugure une période de quarante années d'expositions, l'après-guerre montre un Marcel Chassard toujours en quête d'approfondissement de ses connaissances, notamment par l'approche de deux maîtres qui n'ont rien de commun sinon de le fascinner : Sandro Botticelli qu'il découvre réellement dans les musées à la faveur d'un voyage en Italie en 1947 et dont « les paysages et les portraits lui procurent un viatique spirituel et matériel absolument nécessaires » ; Lyonel Feininger dont en 1959 « il étudie passionnément la construction des toiles avec leur chromatisme coloré du prisme ». Entretemps, en 1957, Marcel Chassard fait la connaissance de Camille Hilaire dont il édite la monographie avec un texte de Robert Rey[1].

Le château de Montgermont en Seine-et-Marne

Dès cette époque, la peinture de Marcel Chassard énonce l'attirance de la Seine-et-Marne (Pique-nique à Fontainebleau, toile de 1950[4]). S'installant un atelier dans le château de Montgermont, il brosse des paysages qui vont de Moret-sur-Loing à Misy-sur-Yonne et participe aux expositions annuelles organisées par Guy Isnard à Barbizon. Si des toiles de 1970 (La maison des viviers à Quiberon) à 1987 (Masques d'or à Venise)[4] reflètent encore quelques villégiatures plus éloignées, Marcel Chassard montre par sa dernière exposition, à Paris en avril 1991, que son réel thème de prédilection, celui qu'il affectionna toujours, fut bien L'éternel féminin[5].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Portraits[modifier | modifier le code]

Fresques murales[modifier | modifier le code]

  • Péristyle de Lou Souléou Pergola, Cannes, 1973.

Contributions bibliophiliques[modifier | modifier le code]

  • Somerset Maugham, Une riche nature, sept illustrations de Marcel Chassard, Synthèse, revue mensuelle réservée au corps médical, n°10, octobre 1935.
  • Roger Baschet, « Quand les Parisiennes ont froid », article illustré de deux dessins de Marcel Chassard, L'Illustration, 28 mars 1942.
  • Roger Baschet, « Les nouveaux dandys  », article illustré de six dessins de Marcel Chassard, L'Illustration, 28 mars 1942.
  • Hector Berlioz, La Damnation de Faust, coffret de prestige édité pour le concert d'exécution et d'enregistrement de l'œuvre par le grand orchestre de Radio-France placé sous la direction de Jean Fournet, textes de Georges Duhamel, illustrations (dont portrait d'Hector Berlioz) de Marcel Chassard, Palais de Chaillot, Paris, 17 novembre 1942[10].
  • Pierre Benoit, Pour Don Carlos, couverture illustrée par Marcel Chassard, collection « Le livre de demain », Librairie Arthème Fayard, 1952.
  • Jean Burnat, Napoléon par ceux qui l'ont connu, 4 tomes, édition hors commerce numérotée, reliures réalisées à l'aide d'un fer à dorer original de Marcel Chassard, Les éditions de l'Illustration, 1970.

Publicités (presse et affiches)[modifier | modifier le code]

  • Chaussures Unic, 1934, 1945.
  • Reynier Junior, Claude Fabregas, 1945.
  • Parfums Vigny - Heure intime, 1946.
  • Rigaud, 1946.
  • Produits de beauté du Docteur N.G. Payot, 1946.
  • Chapeaux Rose Valois, 1947.
  • Cutex, vernis à ongles américain, 1949, 1954.
  • Tissus Chatillon Mouly Roussel, 1950.
  • Les parfums Dana : Tabu, Canoe, 20 carats, Émir, Platine, 1951.
  • Cosmétiques Vitapointe, 1951, 1953.
  • Nounours - Chatillon Mouly Roussel, 1952.

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • Galerie du Vieux-Colombier, Paris, 1947.
  • Galerie Durand-Ruel, Paris, 1950[11], 1952.
  • Claude Robert, commissaire-priseur à Paris, Vente de l'atelier Marcel Chassard, Hôtel Drouot, Paris, 2 novembre 1987[12].
  • Galerie Everarts, 8, rue d'Argenson, Paris, avril 1991[5].

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « Il cherche légitimement à exprimer, sans platitude, la simplicité de ses réflexes de plasticien devant les splendeurs de la vie. C'est le chemin difficile. Il a conduit d'ores et déjà Marcel Chassard à des réussites singulières, et à signer notamment de remarquable nus. » - Bernard Dorival[15].
  • « Homme libre, peintre dégagé de toute influence et de toute emprise, il va droit son chemin, sans se soucier du chemin des autres... C'est un homme tout simple, affable, souriant, appréciant les choses à leur juste mesure et qui, ayant décidé d'être peintre, accomplit sa carrière comme l'artisan de jadis réalisait, sans même s'en rendre compte, son œuvre quotidienne et, parfois, son chef-d'œuvre. » - André Flament[1]
  • « Marcel Chassard crée, c'est à dire que prenant un être, un paysage, un objet, tout en restant absolument fidèle à la réalité concrète, il sait la sublimer, la transposer, par son talent et son travail la faire accéder au niveau de l'art, présenter leur vérité authentique et souvent morale. C'est un art de jeunesse : tout en s'élevant au niveau du beau, du parfait, donc de l'éternel, Marcel Chassard laisse à l'œuvre une inéluctable spontanéité. C'est aussi un art de la couleur. La gamme de Marcel Chassard, avec les bleus royaux subtils, allie d'une manière étonnante la douceur et la force, la singularité et la magnificence, animant encore la vitalité du sujet que la qualité du stylisme structure déjà avec beaucoup de rigueur et de vigueur. » - Bernard Leroux[5]
  • « Une figuration qui dans ses meilleurs moments fait peser à celle de Camille Hilaire, tout entière consacrée à la nature et à l'éternel féminin. » - Gérald Schurr[16]
  • « À juste titre, il se réfère à Camille Hilaire, usant aussi d'un dessin inspiré du post-cubisme, traitant un peu les mêmes thèmes "grand-public" : nus pulpeux ou provocants, sous-bois verdoyants accueillants, fleurs capiteuses et natures mortes d'objets rares et précieux. Audace que lui permettent auprès de son public ses thèmes de plaisir, il ose tous les heurts des couleurs les plus crues. » - Dictionnaire Bénézit[14]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Grand prix de dessin de la ville de Paris, 1920.
  • Médaille d'argent du Grand Prix de Deauville, 1950.
  • Médaille d'argent de la Société d'encouragement à l'art et à l'industrie, 1950.
  • Médaille d'or, Grand Prix de peinture de la ville de Nice, 1971.
  • Grand Prix de peinture du Salon de Moret-sur-Loing, 1974.
  • Médaille d'or du Salon Léonard-de-Vinci, Paris, 1984.
  • Médaille d'argent de la ville de Paris, 1985.
  • Médaille d'or de la Fondation Ricard, Strasbourg, 1985.
  • Chevalier de l'ordre du Mérite, décret du 3 décembre 1994[17].

Musées et collections publiques[modifier | modifier le code]

Collections privées[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g André Flament, Chassard, Éditions de l'Archipel, 1973.
  2. Pierre Imbourg, « Marcel Chassard », Air de Paris, 1948.
  3. Claude-Saulvy, Marcel Chassard, Éditions de la galerie Durand-Ruel, 1950.
  4. a, b et c Claude Robert, Catalogue de la vente de l'atelier Marcel Chassard, Paris, 1987, voir les tableaux des années 1938, 1939 et 1940 page 14.
  5. a, b et c Bernard Leroux, Chassard, Éditions de la galerie Everarts, 1991.
  6. Marcel Chapuis, « Exposition Marcel Chassard à la galerie Durand-Ruel », Silhouettes, 1950.
  7. a et b Paul Sentenac, « L'exposition des œuvres récentes de Marcel Chassard chez Durand-Ruel », Cette semaine, 1950.
  8. Bernard Leroux, Marcel Chassard : l'enfance heureuse, in Catalogue de la vente de l'atelier Marcel Chassard, Claude Robert, Paris, 1987, page 19.
  9. « Marcel Chassard », L'officiel de la couture et de la mode de Paris, n°780, 1993, pages 88-89.
  10. Sous la direction de Myriam Chimènes et Yannick Simon, La musique à Paris sous l'Occupation, Cité de la Musique / Librairie Arthème Fayard, 2013.
  11. « Actualité artistique : Marcel Chassard », L'officiel de la couture et de la mode de Paris, n°339-340, 1950, page 142.
  12. La Gazette de l'Hôtel Drouot, n°37, vendredi 23 octobre 1987, page 12.
  13. Ouvrage collectif, Un siècle d'art moderne - L'Histoire du Salon des indépendants, Denoël, 1984.
  14. a et b Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, tome 3, pages 521-522.
  15. Bernard Dorival, Les Nouvelles littéraires, 1947.
  16. Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1993, page 248.
  17. Journal officiel de la République française, n°281, 4 décembre 1994, page 17.157.
  18. Kahn-Dumousset, commissaires-priseurs à Paris, Catalogue de la collection Jean Jansem, 30 juin 2015.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude-Salvy, Marcel Chassard, Éditions de la galerie Durand-Ruel, Paris, 1950.
  • André Flament, Chassard (en frontispice, portrait de Marcel Chassard par Jean Jansem), Éditions de l'Archipel, 1973.
  • André Flament, « Chassard ou la géométrie des nuances », Chronique des arts, n°15, 1974.
  • Jean Cassou, Pierre Courthion, Bernard Dorival, Jacques Duby, Serge Fauchereau, René Huyghe, Jean Leymarie, Jean Monneret, André Parinaud, Pierre Roumeguère et Michel Seuphor, Un siècle d'art moderne - L'histoire du Salon des Indépendants, Denoël, 1984.
  • Claude Robert, commissaire-priseur, 5, avenue d'Eylau, Paris, Catalogue de la vente de l'atelier Marcel Chassard, Paris, 2 novembre 1987.
  • Bernard Leroux, Chassard, Éditions de la galerie Everarts, Paris, 1991.
  • Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1993.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.
  • Manfred Neureiter, Lexikon der Exlibriskünstler, Pro Business Gmbh, Berlin, 2016.