Marcel Briguiboul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marcel Briguiboul
Marcel Briguiboul.jpg

Autoportrait au haut de forme et à la pipe (1861)

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 54 ans)
Nîmes
Nationalité
Activité
Maître

Jean Pierre Marcel Numa Briguiboul, né le à Sainte-Colombe-sur-l'Hers, et mort le à Nîmes, est un artiste peintre et un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Pierre Marcel Numa Briguiboul est né le 2 novembre 1837 à Sainte-Colombe-sur-l'Hers[1]. Élève de Léon Cogniet et de Gleyre, il entre à l'École des Beaux-Arts de Paris le 4 avril 1859[1], où il rencontre Jean-Paul Laurens, Auguste Renoir et même Claude Monet[2]. Il fréquente l'atelier du 6 rue Furstemberg[1].

En 1861, il expose au Salon : sa peinture s'avère influencée par l'Espagne, l'orientalisme autant que par l'impressionnisme d'Auguste Renoir et le symbolisme.

En 1863 il obtient la médaille de 3e classe[1].

Il se retire à Castres ou à Monte-Carlo à partir de 1882, n'exposant plus au Salon.

Il est mort le 20 mars 1892 à Nîmes[2].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Son œuvre est riche en nombre (219 œuvres), comme en diversité (peinture, sculpture, aquarelle...).

Par décisions successives du peintre puis de son fils unique (1893) et de sa veuve (1927), la ville de Castres hérite de toute son œuvre ainsi que de ses biens et de sa fortune. C'est ainsi que, dès 1893, trois toiles de GoyaAutoportrait aux lunettes, Portrait de Francisco del Mazo et La Junte des Philippines —, achetées par Marcel Briguiboul à Madrid le 7 mai 1881, deviennent le point initial de la collection d'art hispanique du musée Goya de Castres. Ce musée possède aujourd'hui la plus grande collection de peintures espagnoles en France après celle du Louvre.

  • Danaé[1]
  • Vénus et Adonis[1]
  • Robespierre dans la salle du Comité de salut public[1]
  • Jubal enseigne la musique à ses enfants[1]
  • Combat de Castor et Pollux contre Idas et Lyncée[1]
  • Fauconnier[1]
  • Mars et Minerve[1]

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

La rue et le parc Marcel Briguiboul à Castres lui rendent hommage.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Bellier et Auvray
  2. a et b « Marcel Briguiboul », sur musees-midi-pyrenees.fr (consulté le 16 janvier 2017).

Bibliographie[modifier | modifier le code]