Marcel Body

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marcel Body
68875 Alexandra Kollontai at legation in Oslo.jpg
À la table de travail à côté d'Alexandra Kollontaï
dans la légation soviétique à Oslo (1923)
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique
Archives conservées par

Marcel Body, né le à Limoges, mort le à Chatou, a été typographe, membre du Groupe communiste français (en) de Moscou dès 1918, militant de l'Internationale communiste et diplomate de l'URSS en Norvège. Il adopte très vite une position critique vis-à-vis du pouvoir stalinien et devient un de ses opposants. De retour en France, il est exclu du Parti communiste français en 1928.

Correcteur et traducteur de nombreux ouvrages russes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Limoges en Haute-Vienne dans une famille ouvrière, Marcel Body devient à douze ans apprenti typographe. Il y découvre la lecture, tant de la presse politique (en particulier socialiste) que des romans. Sa passion pour Tolstoï le pousse à apprendre le russe. Soucieux d'une amélioration de la condition ouvrière, il se rapproche des milieux marxistes, et assiste à Limoges à des meetings de Jean Jaurès.

Mobilisé en 1916, sa connaissance du russe l'amène à être envoyé en Russie au sein de la mission militaire française. Il y assiste à la révolution russe. En 1918, il fait partie des membres de la mission militaire française qui refusent de participer à l'offensive militaire menée par les alliés (dont la France) contre le nouveau régime, et qui rejoignent le Groupe communiste français (en) à Moscou[1].

Il travaille pour l'Internationale communiste, puis passe plusieurs années comme diplomate en Norvège, aux côtés d'Alexandra Kollontaï. La lutte entre Staline et Trotski entrait dans sa dernière phase, et le premier - souhaitant écarter d'URSS une opposante potentielle - ne voyait sans doute pas d’un mauvais œil que Kollontaï quittât la Norvège pour aller au Mexique, à l’expiration de son congé.

Hostile au régime stalinien, il quitte l'URSS en 1927. Rentré en France, il devient un opposant au sein du PCF, ce qui provoque son exclusion en 1928. Il participe alors au courant communiste antistalinien, fondant, à Limoges, deux journaux : La Voix d'un militant (3 numéros), puis, La Vérité (15 numéros). Il crée aussi un mouvement éphémère, l'Union des travailleurs révolutionnaires qui s'inscrit cependant dans un courant oppositionnel plus large composé d'autres groupes.

L'écho de La Vérité fut national. Marcel Body ouvre notamment les colonnes de l'hebdomadaire à Lucien Laurat, Pierre Monatte, Boris Souvarine, Alfred Rosmer et Maurice Paz.

Il quitte Limoges en 1929, s'installe à Paris et devient correcteur. Il traduit aussi du russe de nombreux textes de Lénine, Trotsky, et plus tard de Bakounine, sous l’égide de l’Institut international d'histoire sociale d’Amsterdam. En 1940, il est mobilisé à Limoges. Après sa démobilisation, il part pour Lyon où il travaille comme correcteur à Paris-Soir jusqu’en 1942. Revenu à Limoges, il entre à « La Fraternelle » en qualité de directeur d’exploitation forestière. De retour à Paris en 1946, il travaille à nouveau comme correcteur, au journal Libération d'Emmanuel d'Astier notamment, et à des traductions - il prend sa retraite en 1960.

Dans les années 1960, il participe à la revue de Boris Souvarine : Le Contrat social. Et à partir de 1974, il collabore au Réfractaire, journal d'esprit libertaire, aux côtés de son amie, May Picqueray.

Ses souvenirs jusqu'en 1927, écrits en 1980, ont été publiés sous trois titres successifs : Un piano en bouleau de Carélie (Hachette, 1981), Un ouvrier limousin au cœur de la révolution russe (Spartacus, 1986), Au cœur de la Révolution : Mes années de Russie, 1917-1927 (Éditions de Paris, 2003).

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. . Durant la Mission militaire française à Moscou dirigée par le capitaine Jacques Sadoul (1881 Paris- 1956 Paris) avocat ; membre du Parti socialiste, du Groupe communiste français de Moscou (1918-1920), du Parti communiste (1920-1956). Avec Sadoul, Pierre Pascal et Robert Petit (1893 Saint-Symphorien, commune de Tours (Indre-et-Loire)- 1951 Budapest (Hongrie) secrétaire au grand quartier général durant la grande guerre puis de l’état major de la mission militaire envoyé en Russie en 1917 ; membre du bureau du groupe communiste français de Moscou en 1918-1919, puis employé par le comité exécutif de l’Internationale communiste comme rédacteur de la Correspondance internationale dès 1921 à Berlin et à Paris à partir de 1926 ; administrateur en 1947 de la revue dirigée par [ Jacques Duclos, Démocratie Nouvelle ; permanent du Parti communiste français.

Filmographie - Documentaire[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]