Marcel Bertinotti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marcel Bertinotti
Marcel Bertinotti.jpg
Marcel Bertinotti
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Instrument

Marcel Bertinotti, né le à Chambéry, mort à Aix-les-Bains le , est un organiste, improvisateur et compositeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

À l’âge de huit ans, Marcel Bertinotti entre à la maîtrise de la cathédrale de Chambéry, où il découvre sa vocation d’organiste.

Admis au Conservatoire à rayonnement régional de Chambéry, il a pour professeurs André Thiriet pour l’harmonie et le contrepoint, et Pierre Joz pour l’orgue. Il poursuit son perfectionnement à l’orgue avec Marcel Paponaud, professeur d’orgue au Conservatoire national de Lyon, titulaire de l’orgue de Saint-Bonaventure et avec Adine Jemain, disciple d’Eugène Gigout, à Paris.

Dès l’âge de 18 ans, il est organiste de la cathédrale de Chambéry. Il en est le titulaire de 1946 à 1950.

En 1948, il épouse une jeune pianiste, Marie-Thérèse Pallud. Deux fils, Paul et Philippe, naîtront de leur union.

En 1960, il est nommé organiste titulaire de l’église Notre-Dame d'Aix-les-Bains[1], charge qu'il honorera jusqu'à sa mort. Sous son impulsion, deux restaurations de l'orgue seront menées à bien, celui-ci devenant ainsi un instrument très prisé des grands organistes, et tout particulièrement Pierre Cochereau, Jean-Jacques Grunenwald, Gaston Litaize

Dans le même temps, il œuvre activement pour le sauvetage de l’église Saint-Swithun et de son orgue qu’il fera restaurer également, et fonde l’association « Les Amis de l’Orgue de Saint-Swithun »[2]. Le conseil municipal le nomme conservateur de cet instrument[3].

Il préside pendant plusieurs années le conseil d’administration de l’École de musique, contribue à son essor et obtient sa transformation en Conservatoire[4].

Son activité musicale est animée par le souci du rayonnement spirituel et culturel de l’orgue et son engagement actif à la beauté des liturgies. Il organise également des séances de « Découverte de l’orgue » pour les scolaires comme pour les adultes ; il n’avait de cesse d’apprendre aux enfants que « l’orgue est né lorsque le vent a commencé de souffler dans les roseaux »[5] . Il participe régulièrement à des émissions musicales sur les ondes de RCF Savoie. Il donne de nombreux concerts et crée la tradition des concerts de l’Assomption à Notre-Dame d’Aix-les-Bains[6].

Organiste liturgique inlassable, il est à ce titre compositeur et surtout improvisateur de talent.

Il a reçu les insignes de Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres[7]. Le pape Jean-Paul II l’a fait Chevalier de l’Ordre de Saint-Grégoire-le-Grand[8].

Son testament de musicien d'église et d'homme de foi : « L'orgue…un chemin vers l'infini »[9].

Œuvres musicales[modifier | modifier le code]

Œuvres écrites pour orgue: Fantaisie Choral sur un cantique de Saint François de Sales, Suite sur 4 Noëls savoisiens, Pavane pour 7 cordes de soie, « Et j’attends la vie du monde à venir » (Credo inspiré par un texte de Raïssa Maritain, en suite d'échanges avec le philosophe Jacques Maritain)…

Œuvres écrites pour chœurs: Magnificat, Les Béatitudes, Messe « in dulci jubilo ».

Discographie[modifier | modifier le code]

Les orgues d’Aix-les-Bains (REM 1988 no 311076 XCD).

Il a enregistré plusieurs CD, hors commerce, principalement d’improvisations en concerts thématiques. Leurs thèmes sont liturgiques ou inspirés de textes forts lus en prologue : poèmes de Charles Péguy, le Chemin de la Croix de Paul Claudel, lu par François Claudel son petit-fils[10], mais aussi par Jean Negroni à Brangues, la vie de Saint François d’Assise sur des textes écrits et dits par Elizabeth Commelin…

Contributions littéraires[modifier | modifier le code]

Chant de l'orgue et parole de Dieu Bulletin du monastère de Ganagobie no 22 1997[11]

L’orgue de Saint-Swithun, Arts et Mémoire Aix-les-Bains no 13, juin 1999[12].

Les orgues de Notre Dame, Arts et Mémoire Aix-les-Bains no 15, juin 2000[12].

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lettre du Chanoine Dénarié curé-archiprêtre du 27 avril 1960. Archives privées
  2. Journal municipal d'information d'Aix-les-Bains n°116 http://fr.calameo.com/read/00108917624d4d778a037
  3. Archives de la ville d'Aix-les-Bains, non numérisées
  4. Site d'information Chambe-Aix.com http://www.chambe-aix.com/musique/actualite/Marcel_Bertinotti_organiste_aix_les_bains.html
  5. Journal La Croix 21 janvier 2010
  6. Journal le Dauphiné Libéré. Bulletin paroissial de ND d'Aix-les-Bains.
  7. Arrêté du 10 juillet 2007 de Madame la Ministre de la Culture et de la Communication
  8. Acte pontifical du 11 mai 1984
  9. Textes écrits de sa main et objets de concerts
  10. Journal municipal d'information d'Aix-les-Bains n°104 http://fr.calameo.com/read/00108917673bc65cdb34c
  11. Bulletin du monastère de Ganagobie
  12. a et b la Revue de la société d'art et d'histoire d'Aix les Bains