Marcel Arnac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arnac (homonymie).
Marcel Arnac
Nom de naissance Marcel Fernand Louis Bodereau
Naissance
Paris 11e, Drapeau de la France France
Décès (à 44 ans)
Nanterre, Seine, Drapeau de la France France
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

Les Désopilantes Aventures de Trouillet Détective

Frontispice du Brelan de Joie

Marcel Arnac, de son vrai nom Marcel Fernand Louis Bodereau, né le à Paris 11e[1] et mort le à Nanterre est un écrivain, illustrateur et humoriste, un des précurseurs de la bande dessinée sous la forme de roman graphique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il collabore à de nombreux journaux comme L'Illustré national (1903-1910), Le Sourire (1907), Le Bon Vivant (1907-1910), L'Épatant, Touche à Tout (1908), Le Pêle-Mêle (1908-1910), L'Almanach des Gourmands (1909), La Vie de garnison (1909-1920), Le Vivant (1910-1911), Le Cri-cri, L'Intrépide (1911), Romans militaires (1912), Pages de Gloire (1912), L'Inédit (1912-1914), La Boxe et les Boxeurs (1913), Le Pays de France (1915), La Baïonnette (1915-1919), Fantasio (1915-1924), Le Rire (1915-1931), Le Tord Boyau, Le Petit Parisien (1916), Le Régiment (1916-1917), Le Journal (1916-1930), qui lui commanda un dessin par semaine, Drôle de vie, Les On-dit (1917), Le Canard enchaîné (1918), Le Petit Journal (1918-1921), Paris Midi (1919), Le Merle blanc (1919-1924), La Vie Parisienne (1919-1930), Le Petit Monde (1920), Carnet de la semaine (années 1920), Ric et Rac (1929-1931), Bagatelle (1930), Candide, Les Belles Images, L'Intransigeant, La France de Bordeaux, L'Œuvre, L'Excelsior, Les Échos

Il existe des traductions en allemand et en anglais de Marcel Arnac, comme Private Memoirs of a Profiter (éd. Walden, New York, 1939), ou Ein Herz und Zwei Strohmattent, adapté au cinéma en Allemagne en 1934, ou Thirty-Six Inches of Adventure (Planet, New York, 1930, trad. Louis Colman), etc.

Il mène également une carrière de dessinateur publicitaire et est le scénariste de trois courts métrages de la série réalisée par Georges Monca qui a pour héros le personnage comique de Rigadin incarné à l'écran par Charles Prince.

Sa première femme meurt dans un accident d'automobile. Il se remarie avec Blanche Gallaud, fille de Zo d'Axa, dont il a une fille, la comédienne et chanteuse Béatrice Arnac[2].

Il présente Buster Keaton en France. Il est ensuite invité ensuite aux États-Unis pour une tournée de conférences universitaires sur l'humour, mais sa mort brutale empêche ce projet de se réaliser. C'est Marcel Achard qui le remplace.

Il meurt le , tué par un éclat de fonte qui tombe sur sa maison à la suite de l'explosion de l'usine d'élévation des eaux de Suresnes. Sa fille avait 4 mois.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Proses[modifier | modifier le code]

Lettrine : Illustration du livre le Brelan de Joie (sur l'édition Athena de 1945, édition originale Grasset 1924), page 201
Illustration du livre le Brelan de Joie
  • L’Inénarrable Voyage de la Famille Lempaillé (1913)
  • Les Exploits sportifs et tordants d’Isidore Flapi (1917)
  • La Vie et les Aventures de Guenille, Biffin et Pattefolle
  • Les Désopilantes Aventures de Trouillet Détective (1918)
  • Mendigots (1918)
  • Le Sire de Robidaine (1920)
  • Sylvain, la femme nue et les fantoches (1923)
  • Le Brelan de joie, Grasset Paris (1924)
  • Les Amours de Tringle et Cie (1925)
  • 83 centimètres d’aventures, éd. Georges Anquetil, 1925 - rééd. Agence parisienne de Distribution, 1950
  • Ce qu'il faut savoir pour ne pas passer pour une andouille. Encyclopédie à l'usage des grands enfants… - Paris, Javal et Bourdeaux, éditeurs, 1927
  • Loin des mufles, Flammarion (1927)
  • Saint-Lettres, Grasset (1928)
  • La Farce de l’île déserte, La nouvelle société d’édition, Paris (s.d. 1928)
  • À l’héritage, ou les Vacances singulières (1929)
  • La Vie romancée de M. Braise (éd. Montaigne, 1929)
  • Madame Diogène (Les maîtres du roman, 1930, 1er tirage 10 000 exemplaires)
  • L’Amour au miroir (éd. des Portiques, 1930)
  • Un cœur et deux paillassons (1930)[3]
  • Défense de rire (s.d.)
  • Le Dictionnaire des sports
  • Les Mémoires de monsieur Coupandouille 1859-1931, roman animé, éd. Montaigne (1931), son dernier livre. Réédition De Varley éditions en 2012 : Préface de Béatrice Arnac, postface d’Yves Frémion.

Illustrations[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

En tant que scénariste[modifier | modifier le code]

Adaptations au cinéma[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives départementales de Paris en ligne, acte de naissance N° 11e/4904/1886
  2. Site officiel ainsi que les préface et postface de la réédition des Mémoires de Monsieur Coupandouille aux éditions De Varley.
  3. Le premier tirage aux éditions Montaigne en 1930 fut de 10 000 exemplaires. Et il y en eut d'autres juste avant sa mort en 1931. Ce roman fut adapté deux fois à l'écran.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire des illustrateurs, 1890-1945. Sous la direction de Marcus Osterwalder. Éditions Ides et Calendes, 1992. p. 28
  • Les Humoristes de Francis Carco

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :