Marcel André

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir André.
Marcel André
Description de l'image Image manquante.jpg.
Nom de naissance Marcel-Victor-Auguste André
Naissance
Paris, Île-de-France
Nationalité Flag of France.svg Française
Décès (à 89 ans)
Paris
Profession Acteur
Films notables

La Belle et la Bête

Les Parents terribles

Marcel-Victor-Auguste André est un acteur français né le dans le 2e arrondissement de Paris, ville où il est mort le dans le 14e[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Marcel André, venu du théâtre, travailla notamment avec Firmin Gémier et Maurice de Féraudy au Théâtre Michel de Saint Péterbourg et cela bien avant 1914. Il fut un second rôle apprécié de Jean Cocteau qui l'utilisa au théâtre, mais également au cinéma notamment pour La Belle et la Bête et Les Parents terribles. Son palmarès théâtral est riche et on peut y relever : Trois garçons et une fille de Roger Ferdinand, Toi que j'ai tant aimé d'Henri Jeanson, L'Homme de joie de Paul Géraldy, Miss Mabel de R.C. Shériff, Siegfried de Jean Giraudoux, L'Alouette et Le Voyageur sans bagages de Jean Anouilh. Pour le cinéma, il tourna dans une bonne soixantaine de films. Rôles pour lesquels il se promène avec sobriété, voire une certaine indolence. Outre les deux films précités avec Cocteau, deux autres compositions sont à retenir, celle de l'équivoque Maître Lebel dans Baccara d'Yves Mirande et celle du juge d'instruction de La Vérité sur Bébé Donge d'Henri Decoin.

Il est le père du comédien-auteur Michel André (La Bonne Planque), qui disparut treize ans après lui.

Marcel André est inhumé au cimetière du Pré-Saint-Gervais (Seine-Saint-Denis).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de naissance n° 6 (vue 2/31). Archives en ligne de la Ville de Paris, état-civil du 2e arrondissement, registre des naissances de 1885 avec mentions marginales de mariages et de décès.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Raymond Chirat, Olivier Barrot, Les Excentriques du cinéma français : 1929-1958, Henri Veyrier, 1983

Liens externes[modifier | modifier le code]