Marc van Roosmalen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marc van Roosmalen
Naissance
Tilburg (Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas)
Domicile Brésil
Nationalité brésilienne
Domaines Primatologie
Diplôme zoologie
Renommé pour Heroes of the Planet
Distinctions prix de la fondation Het Kronendak

Marcus Gerardus Maria van Roosmalen (Marc) (né le , Tilburg) est un primatologue d'origine néerlandaise. Van Roosmalen a été élevé au titre d'Officier dans l'ordre de l'Arche d'or par le Prince Bernhard des Pays-Bas, en 1997. Il est devenu célèbre pour avoir été sélectionné comme Heroes of the Planet (« héros de la planète » littéralement en anglais) par le Time Magazine en 2000[1] du fait d'être très impliqué dans la défense de la forêt amazonienne. En 2001, il reçoit le prix de la fondation Het Kronendak à Wageningen et Amsterdam.

Il vit à Manaus au Brésil où il a obtenu sa naturalisation depuis 1996[2].

Ses recherches lui ont permis d'identifier plusieurs espèces de singes du Nouveau Monde notamment le Titi du Prince Bernhard, mais également divers autres animaux et plantes[3].

Difficultés avec les autorités[modifier | modifier le code]

En 2002, il s'est vu infliger une amende par l'IBAMA pour transport illégal de singes et d'orchidées de la région amazonienne inexplorée de la Serra do Aracá. La réaction des autorités s'explique par la crainte de voir des ressources biologiques potentielles quitter le pays sans autorisation. En avril 2003, Roosmalen est renvoyé de l'INPA pour exportation sans autorisation d'échantillons génétiques hors des frontières du Brésil[4].

En 2007, il est arrêté par le gouvernement brésilien pour avoir gardé illégalement des singes orphelins dans un refuge sur la propriété où il vit, en Amazonie, et pour détournement de fonds publics brésiliens[4]. Il est condamné à quinze ans et neuf mois de prison[5]. Des rumeurs dénoncent alors la corruption du gouvernement brésilien par les industries forestières et les agro-industriels du soja en raison de ses prises de positions protectionnistes en faveur de la forêt amazonienne[6]. En 2008, il est libéré pour son procès en appel, après sa deuxième demande, en vertu du principe de l'Habeas corpus[7]. Il a reçu l'appui de nombreux scientifiques du monde entier[8].

Quelques espèces décrites[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Surinaams vruchtenboek, Institut für systematische Pflanzenkunde Utrecht, 1977. (OCLC 4109369)
  • Fruits of the Guianan flora, Institute of Systematic Botany, Utrecht Univ., 1985, (OCLC 12736751)
  • Strange New Species: Astonishing Discoveries of Life on Earth, Kelsey /Vorwort von Van Roosmalen, Pub Group West, (OCLC 58051044)
  • Habitat preferences, diet, feeding strategy and social organization of the black spider monkey (Ateles paniscus paniscus Linnaeus 1758) in Surinam, Acta amazônica vol. 15, no. 3-4, supl., 1985, (OCLC 3495363)
  • Unter Klammeraffen und Schamanen. Der Evolution auf der Spur, Rowohlt Verlag, 2007, (ISBN 9783498057770)

Notes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]