Marc de Vulson de La Colombière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Colombière.
Marc de Vulson de La Colombière
Théâtre d'honneur Vulson 06817.jpg

Gravure par Nicolas Regnesson, d'après des dessins de Robert Nanteuil (portrait) et François Chauveau (figures).

Biographie
Décès

Marc de Vulson, sieur de La Colombière (mort en 1658), est un héraldiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père était François, avocat, et sa mère, Michelle Odde de Bonniot[1] et il était protestant.

Une anecdote nous rapporte qu'en 1618 il vint à Paris chercher une grâce après qu'il eut tué une femme adultère et son amant[2].

Dans son livre Le Vray Théâtre d´honneur et de Chevalerie, (Paris, 1648), il est gentilhomme de la Maison du roi, conseiller et maître d'hostel ordinaire du roi et de l'Ordre de Saint-Michel.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Recueil de plusieurs pièces et figures d'armoiries, 1639
  • Généalogie succincte de la maison de Rosmadec, 1644
  • La Science héroïque, 1644
  • Les Oracles divertissans, 1647
  • Le Vrai Théâtre d'honneur et de chevalerie, 1648
  • La parabole du temps présent, 1649
  • Les Portraits des hommes illustres françois, 1650
  • Le Palais des curieux, 1646

Références[modifier | modifier le code]

  1. "G. de Rivoire de La Batie, Armorial et Histoire de Dauphiné, Fam. de Vulson, p. 815"
  2. "Ayant un jour surpris sa femme en adultere, il la tua elle et son gallant; il vint en poste à Paris solliciter sa grace, qu'il obtint. Cet evénement arriva à Grenoble en 1618. Depuis l'on menaçoit dans cette ville les femmes coquettes da la vulsonade." (Thomas Moule, Bibliotheca heraldica Magnæ Britanniæ. London, 1822. p. 616) (Comp. Chaudon, L. M. [Louis Mayeul], Dictionnaire universel, historique, critique, et bibliographique, XVIII, Paris, 1812, p. 149).

Liens externes[modifier | modifier le code]