Marc de Vos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Marc de Vos est un important sculpteur bruxellois du XVIIe siècle.

Comme pour d'autres sculpteurs bruxellois sa biographie et l'étude de son œuvre n'ont jusqu'à présent pas attiré l'attention des chercheurs, alors qu'il fut un des créateurs de la Grand-Place de Bruxelles à côté d'autres sculpteurs ou architectes bruxellois, comme Pierre van Dievoet, Jean Cosyn, Antoine Pastorana, Jean van Delen et Corneille van Nerven.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né à Bruxelles le 11 août 1645 en la paroisse de Saint-Nicolas et décéda en 1717.

Il était le fils d'Henri de Vos et le petit-fils de Jean de Vos, maître-boulanger et maître-graissier établi à Bruxelles au coin de la rue Neuve.

Sollicité par les autorités françaises pour aller s'établir en France où on lui promettait la franchise dans son art et la nationalité française, il préféra rester à Bruxelles où il récupéra le 3 septembre 1674 le droit de bourgeoisie que son père avait perdu pour être né hors de l'ammanie.

Le fait de devoir subvenir aux besoins de son père aveugle[1] explique sans doute qu'il n'ait pas rejoint la France de Louis XIV, où on l'avait sollicité en lui promettent la citoyenneté et le libre exercice de son art et où à l'instar de nombre de ses compatriotes comme Philippe de Champaigne, Philippe van Dievoet, Adam François van der Meulen, etc., il aurait certainement pu faire une carrière plus brillante.

Réalisations[modifier | modifier le code]

Chaire de vérité de l'église Notre-Dame du Sablon

On connait de lui les sculptures ornant plusieurs maisons de la Grand-Place comme la « Maison de la Louve », la « Maison du Renard » et la « Maison de l'Arbre d'Or » (Maison des Brasseurs).

C'est lui qui fit le "bozzetto" de la première statue équestre de Maximilien-Emmanuel qui vint orner le faîte de la « Maison de l'Arbre d'Or »

De lui encore la chaire de vérité actuellement dans l'église Notre-Dame du Sablon, mais sculptée d'abord pour l'église des Augustins, stupidement détruite au XIXe siècle et dont la façade fut transférée à Ixelles. Deux autels baroques furent récupérés par l'église de Saint-Josse où ils ornent les chapelles latérales.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jan Caluwaerts, Poorters van Brussel 1350-1795/Bourgeois de Bruxelles, tome II, 1601-1695, Louvain, Jan Caluwaerts, uitgever, 2005, p. 313 : "Marcus de Vos, geboren Brussel parochie Sint-Niclaes (11-08-1645), beltsnijder van sijnen stielen, jonckman, filius Hendrick. Hij verklaart dat hij 'mits sijnen voorn. vaeder bij ongeval is geboren terwijlen sijne moeder buyten was gegaen toy het verbvolgh van eenighe affairen men den suppliant niet en wil aenveerden voor borger daer nochtans Jan de Vos sijnen grootvaeder ende alle voorouders sijn geweest geboren borgers, sijnde den voors. Jan geweest backer ende vettewarier, gewoont hebbende op den hoeck vande Nieuwstraet; ende den suppliant alhier geboren onder Sinte Nicolaes prochie, nu gemerckt den suppliants vader is eenighe jaeren blint geweest ende niet en can geven om te comen tot het borgerschap ende ambachte maer ter contrarie den suppliant sijnen vader noch moet onderstant doen daer hij niet en heeft als sijen daegelijcksche dachhuere seer weynich importerende, ende sonder jactantie geschreven, sijn ambacht seer wel is verstaende, ende bij soo vere hij vrij meester waere wat eerelijckx soude connen vuytwercken ende sijnen vader ende moeder beter behulpich wesen, waertehij niet en can geraecken obsterende hem bij t'voors. het borgerschap ende bij faute van dyen sich soude van hier moeten retireren in andere quartieren alwaer namentlijck in Vranckrijck men hem het borgherschap ende vrijdom van sijne conste heeft gepresenteert' 100 fl. (Trésorerie, 1300 f° 452-453 ; 03-09-1674)".

Voir aussi[modifier | modifier le code]